Montana – Lewis and Clark Caverns SP et Virginia City

A l’origine, cette journée aurait donc du être une nouvelle journée à Yellowstone ; ceci avant d’enchaîner le lendemain sur un trajet routier de plus de onze heures de conduite… La météo en a décidé autrement en se gâtant sur le parc majeur des USA et m’a poussé à revoir mon itinéraire, quitte à sacrifier une nuit de AirBnb et en payer une en sus pour ne pas rester cloîtré sous la pluie dans un coin.

Il a aussi fallu identifier un itinéraire à la volée et trouver quelques petits coins à visiter et ma foi, le choix ne fut pas mauvais et m’a même permis de me prendre une petite dose de campagne du Montana, ce qui n’était à l’origine pas prévu. Alors, ce n’est pas le Montana de l’est, avec ses grandes plaines, mais des espaces nettement plus montagneux, avec les chaînes de Yellowstone ou de Salmon-Challis en bordures bien élevées.

Depuis Emigrant, j’ai pris la route vers le nord et le grand axe très sinueux et magnifique que constitue l’interstate 90. Au niveau de Trident ou Three Forks (un carrefour à trois routes, donc), on s’enfonce de nouveau dans les terres, en direction d’une première étape sympathique : le Lewis and Clark Caverns State Park.

Bien que baptisé “Lewis and Clark Caverns”, le réseau de galeries n’a pas du tout été visité par les deux légendaires explorateurs de l’ouest américain. Ils sont à priori passés dans la vallée juste en dessous, ignorant la montagne qui fume ou qui respire, selon les populations locales. Il y a en effet une bouche au sommet de la montagne, qui fut découverte et redécouverte par des mineurs à la recherche de filons d’or !

La ranger du parc qui fait la visite, forcément guidée pour préserver les lieux, vous expliquera tous les détails de ces cavernes et de l’histoire qui les accompagne, entre prospection minière, transformation progressive en lieu de crapahute et de tourisme naissant – avec ses excès puisque tout un chacun repartait avec un bout de stalagmite ou stalactite ! et puis enfin, la transformation en ce Lewis and Clark Caverns SP quand les rangers du parc voisin de Yellowstone ne purent plus assurer la protection des lieux au moment de la récession.

L’histoire est riche, le lieu l’est aussi, avec un superbe réseau de cavernes bien aménagées et illuminées. Un coin particulier a été donné aux éclairages, puisque les couleurs de lampe choisies mettent en valeur les “vraies” couleurs de la roche, celle que l’on verrait si on remontait le tout à la lumière du jour. L’ambiance change ainsi de pièce en pièce, avec quelques roches aux noms et formes singulières.

La visite dure un peu mais ce n’est pas du tout une déception ; même si ça a pas mal “bouffé” le programme que j’imaginais pour ma journée ! Je ne regrette en tout cas pas d’être venu là et d’avoir contribué par ma dîme à la persistance de ce lieu, forcément menacé par les restrictions budgétaires de l’administration Trump.

En bref : faites le détour, cela en vaut la peine et c’est un parfait témoin de ce qu’il faut et ne faut pas faire en terme d’exploitation touristique d’un lieu. Encore mieux : vous pouvez même venir lors des journées de nettoyage des lieux car oui, le tourisme amène un énorme lot de poussière avec lui…

Il est donc temps de reprendre la route vers la prochaine étape, une qui devrait me rappeler un peu Bodie ! Il s’agit de Virginia City, un témoin précieux et sauvegardé avec amour du Wild West. Entre vigilantes, ruée vers l’or, commerce florissant, relais de poste, développement des communications et autres luttes sociales d’importance, c’est une petite merveille qu’il faut prendre le temps de découvrir. Là-aussi… je ne m’attendais pas à passer autant de temps sur place !

A partir de là, je devais encore faire un tour à Nevada City, distante de seulement 1.5 mile mais le temps avait déjà bien filé… Je me suis donc abstenu, même si le lieu a l’air également intéressant avec sa petite centaine de bâtiments très similaires ressemblant à un énorme camp de mineurs.

Je voulais privilégier une ultime étape : le Bannack State Park, un autre camp de mineurs très prospère du milieu du XIXème, ancienne capitale territoriale du Montana et tout à fait restée dans son jus lorsque le filon local fut épuisé et que la ville fut abandonnée. Légère déception à dire vrai en voyant les photos visibles sur le site du parc, mais entre le route pour y aller, la visite et le retour, ça ne rentrait pas.

Disons donc que je me le garde pour une prochaine fois car il y avait encore une sacrée trotte jusqu’à mon lieu de villégiature. Où donc, me demandez-vous ? Ma foi, à Bellevue, à deux pas des Sawtooth Mountains… Quand je vous dis que j’ai adoré ce coin de l’Idaho !

La carte de cette journée de roadtrip dans le Montana :