13 ans de Denoël Lunes d’Encre – 13 blogs

13 ans que la collection Denoël Lunes d’Encre existe en ce mois d’octobre, 13 ans que j’achète ou qu’on m’offre ces bien jolis tomes souvent illustrés de main de maître par Manchu et sélectionnés avec soin et conviction par Gilles Dumay. Pour l’occasion, j’ai ressorti tous ceux qui trônent dans mes bibliothèques, les ai touchés, ouverts puis rangés de nouveau avec soin. Alors certes je n’ai pas l’ensemble de la collection, auquel cas j’aurais besoin d’une bibliothèque dédiée et quand bien même l’idée même me plaît, je doute d’avoir le temps de tout lire, mais on me demandait de penser à ce que j’avais ressenti en lisant ceux que je possède. Il fallait que j’en sélectionne un, mon préféré. Exercice délicat, difficile même car si certaines de ces lectures sont récentes, d’autres remontent à l’origine de la collection !

Le principe de cette célébration « 13 ans, 13 blogs » à laquelle je participe, c’est que nous blogueurs prenions la parole, que nous expliquions pourquoi tel ou tel ouvrage nous a marqué dans l’histoire de la collection avec à la clé pour chacun de nous les deux volumes d’Omale de Laurent Genefort, réédités ce mois-ci chez Lunes d’Encre. Billet sponsorisé me direz-vous ? Non. Parce que ce billet, je l’aurais écrit avec ou sans ce cadeau. J’ai fait de belles rencontres dans le milieu littéraire, ai pu échanger avec des auteurs que j’apprécie et ce en partie grâce à Lunes d’Encre. Ces choses n’ont pas vraiment de prix.

Alors, choisir ? Je déteste choisir. J’aime profiter, jouir de ma lecture sans me dire qu’untel ou untel est meilleur que l’autre même si je me prête volontiers à l’exercice quand je refais le monde littéraire posé dans un canapé en sirotant un bon whisky, notamment avec un certain ami nantais qui se reconnaîtra ! De là à en choisir un ? Rah.

Spin, Leviathan 99, La Tour de Babylone, AD Noctum, Le Fleuve des Dieux, Treis Altitude Zero, Seigneurs de Lumière, La Forêt de Cristal, A travers temps, l’Archipel du Rêve, Avilion, Blind Lake, Les Chroniques de Durdane, De la poussière à la chair, Destinations Ténèbres, L’échiquier du mal, Emphyrio, Julian, Stalker, Leçons du monde fluctuant, Moi Lucifer, Permanence, Le Royaume Blessé, Roi du Matin Reine du Jour, Omale, Ventus ou encore la tout juste parue et en cours de livraison (vite, tudieu !) Maison des Derviches, il y a foule de merveilles parmi les 133 ouvrages.

Toutefois, puisque je dois en choisir un, ce sera un Ian McDonald. Cet homme n’a cessé de me surprendre depuis que je l’ai découvert dans Le Fleuve des Dieux et j’attends La Maison des Derviches avec une impatience extrême… 13 ans, 13 blogs, pour moi c’est Le Fleuve des Dieux. Je m’en suis déjà expliqué dans ma chronique mais je vais en remettre une couche ici en ne me fiant qu’à mes souvenirs, sans le relire et pourtant il faudra bien que je le fasse un jour.

Je n’ai jamais mis les pieds en Inde et quand bien même ce n’est que partie remise, ce livre m’a d’ores et déjà fait voyager, m’a emmené là-bas, mêlant avec bonheur l’Inde contemporaine telle qu’on l’imagine par chez nous : foisonnante, bouillonnante, bordélique, sale, dangereuse et perturbante… Ce livre, c’est aussi l’Inde mystérieuse, religieuse et traditionnelle. Enfin, c’est finalement l’Inde que nous apercevons parfois, hautement technologique, à la pointe de certains domaines. Une synthèse de l’avant, du maintenant et du demain, utilisant des ressorts narratifs efficaces avec une technique que j’aime quand elle est bien faite : un chapitre, un point de vue, une vision de la réalité et d’un minuscule pan de l’histoire, l’ensemble prenant corps au fil du livre alors qu’on assimile tous les éléments concrets ou abstraits, les mystères et qu’on s’attache aux personnages, qu’ils soient il, elle ou eil.

Le Fleuve des Dieux a été pour moi une véritable révélation, à tel point que je me suis transformé en lobbyiste du livre, l’offrant, le conseillant même à ceux n’étant pas familiers avec la SF… parfois avec succès, parfois moins, forcément ! Il reste pour moi une des plus grosses claques découvertes littéraires de ces dernières années et alors que j’écris ces lignes, ce choix à l’origine difficile me semble désormais tout à fait évident. Foncez en tout cas dans vos librairies ou sur les internets, il n’en reste plus beaucoup…

(et allez lire les contributions de Gromovar, Efelle, Philémont, Cyrille, Cachou, Lhisbei, Henri Bademoude, le Naufragé Volontaire, Anudar, A.C. de Haenne, Tiger Lilly et Herbefol !) 

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *