Utah – Monument Valley, Valley of the Gods et Natural Bridges

Après une belle journée autour de Page, il était temps de quitter l’Arizona pour rejoindre l’état clé de l’Ouest américain, celui de tous les parcs qui marquent l’imaginaire, des paysages incroyables et des lieux plus surréalistes les uns que les autres : l’Utah.

Il est tôt, très tôt, quand je prends la route en direction du sud-est. Il faut rejoindre la 160 pour remonter ensuite vers le nord-est et une bifurcation à gauche, toujours plus au nord, sur la 163. La première étape est tout aussi mondialement connue que le Grand Canyon puisque le lieu a été popularisé et mis en image un nombre incalculable de fois par le cinéma américain : Monument Valley.

De l’endroit, on connaît essentiellement la vue qui illustre cet article : West Mitten Butte, East Mitten Butte et Merrick Bute. Ce paysage quasi légendaire se contemple depuis l’hôtel construit sur le promontoire d’accès au parc et on pourrait presque s’en contenter, en fait.

Il y a pourtant une belle boucle tracée dans le parc, au pied des buttes et des mesas, que l’on soit avec sa propre auto ou avec l’une des jeeps ouvertes affrétées par les tours operators. Si un 4×4 ou SUV n’est pas forcément indispensable, vous serez forcément plus à l’aise sur les quelques sections abîmées de la piste.

Oh, j’ai bien vu quelques personnes en Mustang EcoBoost et clairement, ça passe… mais j’étais nettement plus tranquille avec mon Sante Fe 4WD : 0 réflexion, juste tracer la route sans réfléchir aux trous et en faisant seulement attention à quelques pierres ici ou là. D’ailleurs, c’est un de mes conseils : louez un SUV, vous serez tranquilles. La Mustang c’est mignon, sauf que la plupart des versions en locations sont tout sauf « la » Mustang, avec son V8 qui glougloute. Du pognon gâché et une voiture qui ne vous permettra pas de faire du hors pistes dans certains parcs plus contraignants que Monument Valley.

Mais bref, je digresse. Il est temps de prendre la piste et de faire ce petit tour de Monument Valley en découvrant d’abord les belles « buttes » en forme de main d’un peu plus près, avant d’arriver rapidement au point dit de « John Ford », donnant également sur la silhouette des « Three Sisters » visible ci-dessous.

La piste continue ensuite en direction d’une énorme mesa, Rain God, que l’on contourne en apercevant au loin, dans le désert, la drôle de roue de The Hub. De menues dunes se laissent apercevoir sur la droite, au pied de Thunderbird Mesa. Encore un peu plus loin, Yei Bi Chei et le Totem Pole, impressionnante découpe minérale qui tient debout par on ne sait quel miracle.

Il ne faut ensuite pas manquer la petite piste un rien plus défoncée qui bifurque à droite vers la pointe sur de Spearhead Mesa. Il y a là de nouvelles vues vers le sud du parc mais également un gros cube parfaitement découpé au pied de la falaise. Photogénique, le « petit ».

Encore un peu plus loin, une autre bifurcation part sur la droite en direction d’un point de vue splendide, peut-être le plus beau après celui de l’accueil : Artist Point Overlook.

La route continue encore, complétant le cercle amorcé à la séparation avec les Three Sisters. Une dernière bifurcation est à ne pas manquer, juste après Cly Butte, vers la vue Nord de Monument Valley. Je retire ce que j’ai dit pour Artist Point : c’est mieux ici.

La boucle est bouclée, deux heures environ après le départ, en ayant pris le temps de s’arrêter à chaque point ou presque pour profiter de la vue. Je continue ma route vers le nord, m’arrêtant rapidement pour jeter un regard en arrière, calé au milieu de la route, entre deux passages de convois d’autos et motos.

Je dépasse sur la route 163 la bifurcation avec la 261 pour quelques kilomètres, avant de me jeter dans une petite route sur la gauche, nommée « Valley of the Gods Road ». C’est parti pour 26 kilomètres de piste supplémentaires pendant lesquels j’ai croisé… allez, dix voitures.

Bienvenue dans un Monument Valley désert, peut-être un rien moins spectaculaire mais assurément plus tranquille et doté de quelques points de vue qui n’ont rien à envier au grand frère archiconnu ! On en ressort qui plus est directement sur la route 163, juste avant la suite du parcours.

Bref : Valley of the Gods vaut largement le détour, il serait dommage de passer à côté sur la route de Moab ou avant de vous rendre plus au nord ; d’autant plus que visiter Monument Valley ne prend pas si longtemps que ça.

Le bout de route qui suit est assez singulier et se nomme Moki Dugway. Il s’agit en réalité d’une piste carrossable, accessible à tous véhicules, grimpant de manière assez abrupte à la falaise qui domine les environs. C’est en réalité le seul accès direct au plateau qui domine la Valley of the Gods et le désert navajo en général. Il faut rester concentré sur la route, d’autant plus que plusieurs parkings sont aménagés et qu’il n’y a globalement pas grand monde.

Arrivé au sommet, un autre bout de piste, d’abord très roulant avant de devenir un rien plus cassant mais accessible sans aucun à priori aux SUV, vous emmène au bout du plateau, en amont du Goosenecks State Park, avec Monument Valley en fond, dans la poussière du désert. Vue imprenable que ce « Muley Point » !

Il est maintenant temps d’aborder la dernière escale de cette journée un rien ambitieuse en terme de programme mais néanmoins faisable pour qui se lève tôt et se fiche d’arriver tard dans son logement : Natural Bridges National Monument. Là encore, quelle surprise, quelle merveille !

Une petite route circulaire, remarquablement tracée au milieu de la végétation, donne accès à ces « ponts » creusés par les flots dans la roche. Il est possible de faire une randonnée complète reliant les trois ponts, Sipapu, Kachina et Owachomo ; ou bien de faire autant de petites balades vers chacun des ponts.

Un peu pris par le temps et le soleil descendant, je me suis contenté de faire la balade vers le premier, Sipapu, en me disant que je verrai bien pour la suite… Sipapu est une merveille de la nature, tout simplement. Mmm, pendant que j’y suis, on ne grimpe pas sur les ponts. Point barre. (oui j’ai vu des abrutis le faire pendant que j’y étais)

Fort de cette remarquable surprise, j’ai malgré tout fait l’impasse sur le Kachina Bridge, un peu plus éloigné de la route que Sipapu (1h A/R grosso modo pour ce dernier). J’ai voulu jouer gagnant pour le Owachomo Bridge dont je m’étais laissé dire que la forme était particulière. Arriverez-vous à le visualiser sur la photo ci-dessous à droite ?

Fin de journée. En rejoignant la route 95, je note deux drôles d’oreilles en face de moi, au loin. Bear’s Ears National Monument. 85% de cet espace a été récemment déclassé, je ne vous surprendrai pas en disant que cette décision du président élu Trump est quelque peu controversée et déporable.

Où dormir après avoir visité Monument Valley, sur la route de Moab ?

J’ai fait le choix de dormir dans un motel à Blanding, le Prospector Motor Lodge. Peu de choix d’hébergements dans la région, quasiment aucun AirBnb non plus, à moins de monter sacrément en gamme. Au final, choix très satisfaisant, avec une literie de qualité, le silence et un personnel adorable.

Où prendre le petit-déjeuner à Blanding ?

Le petit-déjeuner du Prospector Motor Lodge n’est pas très engageant, à défaut d’être mauvais. Je me suis rué chez Higher Grounds. Café excellent, muffins à tomber par terre et accueil d’une gentillesse à toute épreuve.

La carte de cette journée de roadtrip entre Arizona et Utah :

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *