Italie du Nord – Corniglia et Manarola, coup au coeur dans les Cinque Terre

Sur les cinq, j’en aurai vu quatre, la dernière ayant échappé à mon filet : trop loin, route coupée par des éboulements que la Panda pouvait difficilement franchir (imaginez une montagne de 6 mètres d’arbres, de rocs et de boue sur le bitume…), pas assez de temps pour faire le tour… Je pense toutefois avoir craqué pour deux d’entre elles : Corniglia et Manarola. La première, on la découvre depuis une des portions dégagées de ce ruban sinueux d’asphalte donnant sur les flots et les monts du parc national. Corniglia, la seule des cinq n’ayant pas d’accès direct à la mer, plantée sur son piton rocheux, tentatrice.

C’est aussi la plus verdoyante, la plus plantée avec ses plantations diverses et variées : orangers, citronniers, oliviers, vigne et autres arbres fruitiers. Les collines environnantes sont un spectacle toujours renouvelé de vert et de bleu. Il y fait bon vivre aussi, les touristes ne descendent pas ici, faute de plage. On y rencontre donc les habitants qui nous observent d’un œil curieux, un brin farouche mais rieur.

J’aime bien Corniglia en fait. On s’y sent bien. Tellement bien.

Et puis au loin, Manarola, cette petite madeleine de Proust à laquelle je pense quand j’ai un peu de vague à l’âme.

L’arrivée sur Manarola confirme la vision de loin. L’étagement en deux paliers, l’un surplombant de loin la mer, l’autre au ras des vagues et des falaises. En haut, l’église affiche une rosace délicate tandis que les arbres peuplent les rues et les jardins, fruitiers en tête. Ici aussi, on a la sensation qu’il fait (très) bon vivre. (attention, pléthore de photos, je savoure)

Plus bas enfin, la mer. La falaise. La ville qui la domine et la subit à la fois. Une promenade à flancs de falaises aussi et des couchers de soleil à se damner. (re-pléthore de photos). Manarola un 31 décembre… de quoi avoir des images dans la tête pour le restant de mes jours.

Je veux repartir à Manarola bordel. Et à Corniglia. Je veux revivre les Cinque Terre… Effroyable coup de cœur que je porterai en moi pendant bien longtemps.

Join the Conversation

7 Comments

  1. says: Charlotte

    Encore une fois, je planifie un voyage au printemps et bam tu as déjà été sur les lieux avant (rien d’étonnant concernant l’Italie que tu as déjà bien sillonné 😉 ). On a choisi Levanto comme point de chute, l’objectif est de rejoindre chaque village en combinant sentiers en balcon et train 🙂
    Merci pour ce récit

    1. says: Viinz

      Héhéhé en effet pour l’Italie, qui me manque beaucoup d’ailleurs ! Il va falloir que je songe à me balader dans les coins que je ne connais pas encore pour me reprendre une dose de ce pays 🙂

      Bonne idée en tout cas pour la combinaison sentiers / train pour les Cinque Terre. A dire vrai, j’aimerais bien y retourner pour faire exactement ça, car à l’époque je marchais moins et roulais plus.

  2. says: emilie bourgouin

    Bonsoir, on avait suivi vos précieux conseils pour un voyage a sifnos il y a quelques années et la pour le départ vers les 5, j’ai tout de suite pensé à jeter un coup d’oeil à votre magnifique blog… Auriez-vous des adresses ou conseils sur le lieu? On a 6 jours et on aimerait beaucoup se balader a pied… on cherche des endroits sympas pour dormir et les repas..; merci!

    1. says: Viinz

      Bonjour Emilie et merci de votre retour ici 🙂

      Malheureusement, l’escapade aux Cinque Terre commence un peu à dater et je n’avais à l’époque pas passé trop de temps sur place, faisant quelques allers et retours depuis mon logement dans les terres, qui se situait à Gragnola.

      Désolé de ne pas pouvoir aider plus cette fois-ci, cela me rappelle en tout cas qu’il va falloir que j’y retourne pour randonner de village en village.

Leave a comment
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.