Toscane – Majestueuse et grisonnante Firenze

Florence, j’en avais en tête une image d’Epinal : le Ponte Vecchio et bien évidemment le Duomo et son Campanile. Le reste n’existait pas dans mon crâne. Grossière erreur que d’avoir mis de côté la majesté de la capitale toscane, sa grisonnante majesté à dire vrai. Le temps n’a sûrement pas aidé puisque j’ai visité Florence sous des cieux quelque peu capricieux ! Ciel gris et bas, quelques gouttes deci delà, pas de quoi envisager une journée de marche en tout quiétude. Qu’importe, j’avais mon ciré, ma capote de sac d’appareil photo, j’étais prêt pour affronter les rues et ruelles détrempées avec le sourire aux lèvres.

Ces quelques mètres parcourus, je commence déjà à m’éprendre de la ville et ce sentiment ne peut qu’être renforcé en contemplant pour la première fois le Ponte Vecchio. Ahh, que ne faisait-il beau ? J’ai toujours en tête l’image de ce pont si joliment coloré sous un ciel de feu ou une aube diaphane. Tant pis, il faudra faire avec le grisonnant et les premières grosses gouttes, ça a tout de même de la gueule, même dans l’allée centrale, entre les deux rangées de maisons encore peuplées de bijoutiers mais surtout au milieu de la cohue des touristes.

toscana_firenze_10 toscana_firenze_13 toscana_firenze_15 toscana_firenze_12

L’on se dirige ensuite vers le cœur de la ville, sa grande place et le Palazzo Vecchio, bordé de statues gigantesques et de la sublime Logia Dei Lanzi. La place en impose mais le pavement sombre baigné d’eau me rend triste, c’est sombre, ça grisonne là aussi mais diablement majestueux.

toscana_firenze_24 toscana_firenze_26 toscana_firenze_28 toscana_firenze_30

toscana_firenze_31 toscana_firenze_32 toscana_firenze_35 toscana_firenze_36

Et alors que plus tard dans la journée, des trombes d’eau s’abattent sur la ville, on trouve refuge dans ce gigantesque édifice pour en faire le tour. Il abrite en fait des salles tout simplement remarquables. Firenze était et reste riche, cet endroit en est le plus brillant témoignage.

toscana_firenze_74 toscana_firenze_82 toscana_firenze_83 toscana_firenze_88

toscana_firenze_93

toscana_firenze_102 toscana_firenze_98 toscana_firenze_97 toscana_firenze_91

toscana_firenze_106

toscana_firenze_109 toscana_firenze_95 toscana_firenze_103 toscana_firenze_104

Entretemps, on a arpenté les rues, on a découvert une sublime parfumerie antique, d’autres bâtiments, le tout sous la pluie et sur les pavés gris. Les gens étaient gris aussi, j’ai eu l’impression d’être à Paris, parfois. Florence est belle, grise, mais belle, mais vraiment grise. Après avoir Sienne, difficile de lui trouver du charme, seulement de la majesté. Ultime témoignage de cette grandeur passée, le Duomo, le baptistère et le campanile au sommet duquel on grimpe. Pas de pluie, des yeux grands ouverts et un ébahissement sincère devant cet ensemble exceptionnel de beauté. Je n’oublierai jamais ce lieu.

toscana_firenze_44 toscana_firenze_41 toscana_firenze_45 toscana_firenze_46

toscana_firenze_48

toscana_firenze_71

toscana_firenze_55

toscana_firenze_61

toscana_firenze_67

Il faudra revenir, un jour, sous le soleil.

Tags de cet article
,