Canaries – Tenerife – Jour 5 – randonnée autour du Roque de Taborno

Pour cette dernière journée, je dois m’occuper un minimum mais je ne peux pas pour autant faire une gigantesque randonnée, puisque j’ai le ferry qui m’attend le soir même au port de Los Cristianos, tout au sud de l’île. Soit dit en passant, si vous louez votre voiture chez le loueur local, Cicar, vous pouvez embarquer votre véhicule sans vous poser de questions… !

Mais bref, j’anticipe le trajet du soir vers La Gomera. En attendant, il faut donc choisir une balade et cela passe d’abord par un tour au Mercado del Agricultor, deux tours mêmes ; à Tacoronte et à Tegueste, pour faire le plein de fruits, légumes et miel pour la suite du séjour. Ensuite : direction l’Anaga pour une courte balade.

Le petit village de Taborno est situé tout au bout d’une des langues de montagne pointant vers l’océan, sur la côte nord de l’Anaga. C’est une petite merveille, avec un barranco de chaque côté et la forêt derrière. C’est aussi une petite galère en terme de parking… mais je me trouve finalement une place juste avant le village et juste avant la zone de demi-tour du bus qui dessert ce bout du monde. Déjà, les vues sur les alentours sont superbes.

Le sentier traverse le village de Taborno, dépassant à mi-chemin la place de l’église et longeant ensuite les maisons accrochées à flanc de falaise, avec comme horizon le reste de la côte nord de l’Anaga et de nombreuses terrasses cultivées dans les barrancos. Sont-ce les plus belles vues de Tenerife ? Définitivement.

Après avoir lu une petite pancarte qui explique le pourquoi de l’établissement du village en ces lieux (plusieurs sources…), on dépasse justement l’une d’entre elles qui sort de la roche étroite pour quitter les dernières maisons du village et contourner un autre éperon rocheux peuplé de chèvres. L’objectif de la randonnée apparaît soudain dans toute sa splendeur : le roque de Taborno.

Le sentier file alors en crête, la vue sur la fameuse roche changeant assez peu jusqu’à ce que l’on rejoigne l’espèce de dorsale à ses pieds. Le roque de Taborno trône alors au centre du paysage, avec des falaises et barranco immenses à sa gauche, une menue cahute de bergers à son pied et à droite, toute l’incroyable côte nord. Quelle vue, déjà, alors qu’on n’a même pas encore commencé à en faire le tour !

Il serait en effet bien dommage de s’arrêter là et de faire demi-tour. Je m’engage pour ma part sur le côté gauche du roque, pour en faire le tour dans le sens horaire. Le sentier descend doucement, parfois un peu exposé mais globalement facile pour qui n’a pas le vertige, dépassant quelques vieilles grottes et dégageant peu à peu la vue vers l’ouest.

Après ces diverses ondulations vers le nord, le sentier fait demi-tour à droite et remonte franchement jusqu’à une petite croupe qui permet d’avoir des vues à contre jour sur le roque tandis que Taborno reste invisible derrière sa masse.

Le sentier atteint alors son point le plus septentrional avec une petite terrasse rocheuse qui fait office de point d’observation du Roque de Taborno mais aussi de toute la côte de l’Anaga. Est-ce la meilleure plateforme d’observation du parc ? Je le pense à ce moment-là mais je changerai un peu d’avis à mon retour sur l’île, vous verrez ça dans un autre article ! En tout cas, si ce n’est pas la meilleure, ça n’en est vraiment pas loin !

Après le déjeuner solitaire sur place, le sentier de retour monte directement vers le roque de Taborno (on peut aussi en emprunter un autre qui fait le tour, mais il est peut être moins intéressant) pour ensuite longer les flancs de sa face nord, massive. On passe alors dans l’ombre du géant, observant sa projection sur les flancs ensoleillés en chemin ; avant de repasser enfin en plein soleil et terminer la boucle quasiment sur le toit de la petite cahute de bergers observée auparavant.

Au retour, je ne manque pas de me retourner encore plusieurs fois, alors que la lumière a légèrement changé et que les verts semblent un peu plus ressortir. Je croise également une randonneuse et son partenaire, elle – seins nus et lui – en tshirt. Loin d’être choqué, j’ai trouvé la chose formidable !

Enfin une inversion de valeurs, une totale liberté et zéro emmerdes, c’était juste nor-mal et c’était très bien comme ça. Plus qu’à espérer qu’un jour, cela soit la norme et que chacun fasse bien ce qu’il veut et quand iel le veut.

Dernier point qui n’a rien à voir : à la source d’eau sus-mentionnée, prenez cette fois-ci le chemin de droite qui descend sur quelques mètres avant de longer en balcon l’abysse du barranco. Le sentier est agréablement ombragé et dégage de nouvelles vues sur le roque de Taborno avant de débarquer sur la place de l’église.

Vous l’aurez compris : le roque de Taborno est une randonnée / balade très facile de l’Anaga, pour qui ne souffre pas de vertige ! Il serait vraiment dommage de passer à côté et de vous arrêter à la place du village…

La carte de cette journée à Tenerife et Taborno :

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.