Canaries – Tenerife – Jour 3 – randonnées à Tamaimo et Arenas Negras

Le hasard fait parfois remarquablement bien les choses puisque le jour précédent, j’avais terminé la journée à La Laguna, partageant en terrasse une bière tout à fait acceptable avec un collègue et ami passant lui aussi du temps sur l’île, en famille ! Rendez-vous était pris le lendemain pour une randonnée commune, un joli parcours à deux pas du village de Tamaimo, à deux pas du parc rural de Teno.

Les voitures garées au centre du village, l’objectif de la randonnée est assez évident : il s’agit de la montagne surplombant le coin, massive et plutôt dépouillée de végétation. De végétation haute, en tout cas, comme l’ensemble de la région ouest de l’île et du Teno. La montana de Guama nous attend donc, abrupte et le sentier qui y monte, bien tracé, grimpe sec ! 300 mètres d’un coup d’un seul, pan.

Les vues qui se dégagent petit à petit sur le village sont très belles, le Teide et le Pico Viejo faisant également leur apparition au bout d’un moment. Le sentier débouche également sur la Cruz de los Misioneros, au gré d’un petit détour permettant de découvrir le beau Risco Blanco et les barrancos voisins.

Arrivés au sommet, on voit également très bien l’immense gouffre de la gorge de Masca et les sommets qui dominent le village, invisible quant à lui. Le coin est décidément bien désertique en tout cas et je n’aimerais pas forcément faire cette randonnée en plein été et pleine chaleur ! Le Teno est très sauvage, certes, mais l’Anaga aussi et il y a un peu plus d’ombre…

On attaque maintenant la descente, plein sud, en direction de Los Gigantes que l’on aperçoit au loin. Le sentier peut être assez glissant dans cette section, attention donc si vous sortez d’une opération des ligaments croisés par exemple (c’est le conseil du collègue et ami… qui en sortait…) !

Sur le chemin, on aperçoit donc les immenses falaises des Gigantes, mais aussi l’île voisine de la Gomera ou encore quelques singularités rocheuses, là-aussi au gré d’un détour, une belle dent rocheuse de basalte et El Bujero, un rocher percé bien planqué dans une crête rocheuse.

Après une ultime descente bien abrupte, le sentier débouche en contrebas du village de Tamaimo, en bas de la Degollada de Tejera et sous les grandes grottes qui devaient abriter les populations de guanches quelques siècles auparavant. Plus que quelques centaines de mètres à faire pour rejoindre le village et gravir les deux dernières centaines de mètres de dénivelée.

Je quitte la zone du parc rural du Teno avec un mélange de satisfaction (c’est beau) et de frustration (c’est quand même sacrément désertique). J’avais identifié quelques autres randonnées dans le coin, j’avoue que je me tâte fortement à changer de programme. Verdict dans les jours à venir !

En attendant de me décider, il reste encore à occuper la fin de journée car si la mi-journée est largement dépassée, il reste encore quelques heures de soleil à occuper. Soit les piscines de Garachico (mais il est encore tôt)… soit, allez, une petite balade du côté de Arenas Negras !

La belle route entre San Jose de Los Llanos et La Montaneta offre à un moment de bifurquer en pleine forêt, sur une piste un peu défoncée mais largement praticable avec une Opel Corsa GSi pendant quelques kilomètres. On débouche sur un grand parking et autant de coins de pique-nique et camping : Arenas Negras, donc.

Plusieurs sentiers sillonnent ce coin de l’île, contournant le volcan Garachico (oui, celui là-même qui manqua engloutir le village en 1706) et menant aussi au volcan Chinyero, le plus jeune de l’île. 1909. A l’échelle volcanique et géologique, c’était il y a quelques millisecondes et le paysage que l’on parcourt, agréablement boisé, le montre bien.

La lave, parfois noire, parfois flamboyante, est partout, avec ses scories et ses multiples petits cônes et crevasses, ses tunnels effondrés ou encore ses boyaux exposés par la pression. La balade en soi n’est pas l’une des plus belles de l’île mais elle offre de belles vues sur le Viejo et sur les pentes menant au Teide, c’est une sorte de panorama de l’histoire volcanique (très) récente de l’île !

La carte de cette journée à Tenerife :

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.