Canaries – Tenerife – Jour 7 – Roque del Conde et de los Brezos à Arona

Ce matin-là, je ne sais pas pourquoi mais j’étais parti gagnant sur la météo, alors que le soir précédent, on avait clairement vu arriver les nuages sur l’Anaga. Je comptais d’ailleurs y retourner mais en prenant la route depuis La Tanquera et en remontant sur La Laguna, force est de constater que tant la côte nord que la côte sud de la péninsule sont sous les nuages.

Le Teide semble à peu près au soleil quant à lui, mais les randonnées qu’il me reste à faire là-haut sont toutes bien trop longues pour être abordées en milieu de journée. Pas le choix donc, je prends la route du sud, me glissant sur l’autoroute de la côte sud de l’île après avoir décidé d’aller faire un tour du côté de Arona.

Il y a en effet autour de ce village quelques jolis parcours de grimpe et de marche, à mi-chemin entre la caldera que l’on aperçoit bien loin là-haut et la côte sud surpeuplée et bâtie d’horreurs touristiques. Le centre du village d’Arona est agréable et une fois la voiture garée, je marche tranquillement vers le village attenant, Vento, où commence la randonnée à proprement parler.

Un peu comme à Tamaimo, le point d’arrivée est plutôt évident : il s’agit du sommet du Roque Del Conde, une grande roche qui domine les environs d’Arona, solitaire. Le sentier qui y mène est en plein soleil et ça cogne encore bien fort. Je dépasse un vieux cercle de battage, longe des centaines de pieds de figuiers de barbarie aux fruits bien mûrs et monte, monte, monte !

Les nuages commencent à arriver du nord, n’obscurcissant pas encore le ciel mais annonçant la couleur de la suite. Le sommet offre de superbes vues sur tous les coins de l’île : la caldera planquée dans les nuages, la côte sud ensoleillée, un peu moins moche vue d’aussi loin et toute la campagne d’Arona, assez aride.

Il y a deux options pour redescendre… Soit reprendre le chemin d’accès, “facile” et bien tracé. Soit trouver la sente côté nord qui descend abruptement et de façon parfois très aérienne (sensibles au vertige ? oubliez  cette possibilité !). L’amorce du sentier n’est justement pas évidente à trouver.

Quand on débouche du sentier d’accès principal, on a une borne géodésique en vue, au sommet du Roque Del Conde. Il faut viser légèrement à droite, un peu à côté de la zone sommitale. Quelques coups de peinture blanche permettent de repérer le début de la descente et après, c’est très simple ! Il faut juste être bien concentré pour ne pas descendre d’un coup vers Arona…

Les nuages gagnent doucement mais très sûrement la partie. Il y a encore un peu de soleil quand j’arrive à la jonction avec le sentier n°35 du Rother (le Conde est le n°37), à la degollada de Los Frailitos. Le sentier est à partir de là le GR 131 et est donc parfaitement tracé tandis que je remonte vers le Roque de Los Brezos, avec le Roque Imoque tout pointu juste devant moi.

La pause déjeuner se fait un peu par hasard, au niveau de la Casa de Suarez et de son ancienne aire de battage, le soleil faisant une franche percée à ce moment-là. Arrêt immédiat et déjeuner en plein soleil, avec les montagnes, La Gomera et la côte sud sous les yeux.

Je continue de monter, sous les nuages cette fois-ci, vers la selle suivante, entre le Roque de Los Brezos et le Roque Imoque. L’ascension de l’un comme de l’autre sont possibles, mais je choisis le premier, depuis l’aire de battage située au col. La montée n’est pas très longue mais bien pentue ! Le gros avantage, c’est qu’il n’y a plus de soleil pour rendre le tout difficile mais en revanche, il n’y a plus trop de lumière tout là-haut pour vraiment profiter de la vue.

Après la courte descente vers l’aire de battage, je commence le chemin du retour qui contourne le Roque Imoque, franchit le Barranco del Rey et sa Fuente de Las Pilas, dépasse le petit bar/restaurant El Refugio et file ensuite en ligne droite le long du barranco vers Vento. Peu de lumière mais de bien belles vues malgré tout.

Randonnée terminée. Boire un verre ? Tous les bars de Arona sont fermés… Je prends la route du retour vers la maison, un peu ronchon. Le soleil semble briller plus bas, du côté de Los Gigantes. De quoi rendre visite à ma piscine naturelle favorite de Tenerife ?

La réponse est oui. Elle est censée être fermée à cause d’un risque d’éboulement mais les gens s’en foutent un peu et prennent l’escalier le plus vite possible et évitent la zone en contrebas pour profiter tout de même du soleil couchant et d’une baignade tout à fait salvatrice et toujours aussi géniale à cet endroit !

La carte de cette journée de randonnée à Arona :