Canaries – La Gomera – Jour 3 – randonnée à Hermigua

Lors de mon premier séjour sur La Gomera, j’avais séjourné à Hermigua, la “capitale” du nord de l’île ; un grand bourg assez vivant s’étalant dans le barranco éponyme. J’en gardais un excellent souvenir et je n’y avais pas encore vraiment randonné, l’occasion était donc évidente de remettre le couvert tout en comblant le manque.

Il y a plusieurs parcours envisageables au départ du centre du village de Hermigua, que l’on souhaite remonter vers le centre de l’île et sa zone protégée ou bien filer plus vers l’est vers le parque Majona. On peut aussi grimper sur les grandes crêtes du barranco et c’est que j’ai choisi (parcours 56 du Rother).

La voiture garée à El Convento, un peu en amont de Hermigua, on trouve le chemin juste en face de la sorte d’église / zone de regroupement populaire dans le virage au dessus du musée d’El Convento. Le sentier grimpe alors à travers le village pour rejoindre les deux petits roques, Los Gemelos. On suit ensuite la route vers le bout du village… et de la route !

La route devient sentier, tout au fond du barranco et suit alors le lit de la rivière, au milieu de belles plantations et terrasses, à l’ombre des falaises environnantes ou en plein soleil. Derrière, les roques jumeaux sont quant à eux en plein soleil au milieu d’un paysage champêtre ou bucolique.

On arrive rapidement au petit barrage de Los Tiles, à l’ombre lui aussi. Le sentier qui grimpait jusqu’alors doucement se raidit et monte désormais nettement plus brutalement à travers la forêt, à travers de courtes portions droites et autant de virages en épingle à cheveux.

Au sommet de cette belle grimpette, on découvre le bar-restaurant La Vista, dans le hameau d’El Cedro ! La vue est superbe, avec une belle terrasse qui m’aurait bien tenté s’il avait été un peu plus tard et s’il ne me restait pas encore un beau morceau de randonnée à parcourir.

La randonnée et la montée continuent au delà d’El Cedro, toujours à travers la forêt qui montre de temps à autre quelques vues sur le barranco de Monteforte que l’on vient de gravir et dont on s’éloigne peu à peu. Après un point haut qu’on n’identifie pas vraiment, le sentier descend doucement vers Los Acevinos.

Le chemin est un peu longuet à ce moment-là, jusqu’à ce que l’on atteigne enfin le hameau qui a tout d’un paradis caché. Situé à la bonne altitude pour ne pas trop être dans les nuages, idéalement exposé en plein soleil, c’est un véritable jardin de fruitiers avec des oranges, des clémentines et citrons visibles partout !

Une petite église trône au milieu du village, avec quelques vieux châtaigniers dans les alentours, contrastant complètement avec les palmiers qui les entourent. Los Acevinos, c’est vraiment un drôle de mélange qui me plaît beaucoup.

Le sentier repart de l’église à travers champs et arbres, des centaines de châtaignes inutilisées pourrissent au sol, de quoi faire sûrement hurler un corse et ses cochons, quel gâchis ! Bon, heureusement, ils font du miel de châtaignier dans le coin.

La végétation s’éclaircit alors que l’on s’approche du bord du barranco et que l’on marche en fait sur une sorte de haut plateau où on rejoint un sentier carrossable. Quelques maisons abandonnées font également diablement envie, avec une vue sur le Teide et Tenerife tout à fait bluffante.

Le sentier carrossable redevient sentier en redescendant vers Hermigua, suivant le sentier de l’Ermita de San Juan. On croise en chemin quelques autres fermes abandonnées et des chèvres peureuses qui refusent de laisser place et s’obstinent à descendre devant soi. Tant pis pour elles, ça leur fera plus à remonter !

Ultime étape, l’Ermita de San Juan justement, avec de superbes vues sur le barranco de Hermigua et la ville en elle-même, étalée sur le long de la gorge. On est encore assez haut en réalité et la descente jusqu’à El Convento est bien loin d’être terminée car on a grimpé pas loin de 900 mètres de D+ à l’aller !

Surtout, le sentier qui va d’escaliers en escaliers, n’est pas très agréable pour les genoux et débouche en contrebas du parking ; il faut donc remonter encore un peu pour en finir avec ce beau parcours. La bière et l’almogrote au bar Pedro un peu plus bas dans Hermigua se méritent… Quatre ans après, ils sont toujours aussi bons que dans mes souvenirs !

La carte de cette journée à Hermigua :