Écosse – randonnées à Glen Coe

Le lendemain matin, après la nuit à Onich et la découverte mi-figue mi-raisin de la région de Fort William, direction un haut lieu de l’Écosse touristique : Glen Coe. Cette grande et singulière vallée était déjà célèbre pour les paysages qu’elle procure, à très faible distance de Glasgow. Elle a encore gagné en notoriété avec le tournage de l’avant-dernier James Bond, Skyfall. Une des scènes les plus belles, avec l’Aston Martin DB5, M et James, y a été en effet été tournée, sur une des petites routes annexes de la vallée.

Bon, je n’y étais pas pour mon amour de cette saga de films, ni pour mon amour de cet opus particulier, mais bien pour randonner ; car Glencoe est avant tout un beau terrain de jeu pour randonneurs ! Qu’on ne s’y trompe donc pas, il y en a pour tous les goûts : de la randonnée de fond de vallée comme de la moyenne montagne avec passages périlleux sur des crêtes fort longues !

Sur une seule et unique journée de temps disponible, le choix s’est donc porté sur deux parcours, l’un bien signalé sur la carte disponible au centre touristique de Glen Coe ; l’autre dans un guide de randonnée acheté il y a quelques temps et connu sous le nom de « Pap of Glencoe ». Je commence d’ailleurs par celui-ci afin de bien me chauffer les jambes de bon matin !

Il fait doux, ce matin-là mais surtout, il n’y a pas une once de vent pour troubler les eaux du Loch Leven. Voilà le temps que j’aurais voulu avoir au Loch Maree ou au Loch Assynt ! Quelle frustration et quelle beauté à la fois !

roadtrip-uk-ecosse-glen-coe-4

Pour l’ascension du Pap of Glencoe, il faut rejoindre un petit parking à part de la route principale, celle qui rejoint ensuite le Clachaig Inn. Je vous invite à jeter un œil sur la carte en bas de cet article pour voir de quoi je parle ! Le parking est en tout bien identifié et reconnaissable. On entame une première partie de marche à l’horizontale pour rejoindre une porte à bétail et l’ascension démarre alors franchement, indiquée par un panneau clair comme de l’eau des Highlands ! C’est parti.

D’ailleurs, j’y pense : si vous cherchez des chemins de randonnée en Écosse, oubliez les guides, consultez LE site que j’ai découvert un peu par hasard mais qui se montre de référence absolue : Walking Highlands. Complet, noté, détaillé, c’est un bonheur. Il faut « juste » avoir une connexion data, ou bien préparer un peu à l’avance ses itinéraires avec cartes GPS, etc.

roadtrip-uk-ecosse-glen-coe-6

Le chemin grimpe assez progressivement vers le sommet de 742 mètres, longeant le flanc de la montagne, plein est. Après quelques passages caillouteux, on découvre une première plateforme herbeuse ouvrant sur le loch Leven d’un côté et sur Glen Coe de l’autre. La vue est d’ores et déjà splendide, justifiant cette première portion de grimpette.

Le Pap of Glen Coe se montre tranquillement, sommet isolé et décharné à part du reste de la chaîne de la vallée. Son intérêt ? Ouvrir l’horizon de part et d’autre et offrir une vue à 360° plutôt singulière entre mer et montagne. J’avoue ne pas trop comprendre pourquoi il n’est pas sur la carte officielle.

roadtrip-uk-ecosse-glen-coe-13

Seconde étape : un autre plateau, rocheux quant à lui, après une bifurcation entre le Pap à gauche et un autre sommet, le Sgorr nam Fiannaidh à droite (967 mètres). Ce plateau donne une première vue le bout du loch Leven, tout là-bas, en bas ! C’est la petite respiration avant l’ascension finale, rocailleuse et trompeuse au possible, pas vraiment dangereuse mais nécessitant clairement un pied sûr.

Le sommet, enfin ! C’est qu’il commencerait à faire chaud et la température baisse vite en altitude en Écosse. Prévoyez une petite laine pour vous couvrir là-haut, le temps de faire le tour de l’énorme calotte et de profiter de la vue d’un côté comme de l’autre. J’ai choisi ce Pap of Glencoe un peu par hasard, sur un coup de poker et je n’ai strictement aucun regret !

Après être redescendu dans la vallée, il est plus que temps de se retourner sur le chemin parcouru en sirotant un café et en découvrant la suite des réjouissances ! Quelle randonnée choisir ? Le temps est compté, mine de rien, car il faut rejoindre Arrochar pour la nuit et surtout, j’ai déjà pas loin de 800 mètres dans les jambes !

Arrivé au parking de Coire non Lochan, l’évidence tombe d’un coup d’un seul, face aux trois sœurs, les Three Sisters of Glen Coe. Il y a là une randonnée que l’on appelle la vallée cachée, une ancienne cache utilisée par les highlanders pour dissimuler le bétail volé.

roadtrip-uk-ecosse-glen-coe-40

Après la descente au milieu des cerfs et sous l’œil des trois sœurs massives, le chemin franchit un petit pont et s’insère ensuite dans une étroite vallée, remontant le lit d’un ruisseau tantôt glougloutant, tantôt furieux. Quelques grands rocs dissimulent la vue et on s’enfonce progressivement dans la montagne, toujours en pente ascendante.

roadtrip-uk-ecosse-glen-coe-56

La vallée secrète se dévoile enfin, insoupçonnable depuis le cœur de Glen Coe, insoupçonnée alors même que l’on s’engageait encore et toujours en grimpant dans la montagne. Quel lieu parfait pour cacher ses larcins !

roadtrip-uk-ecosse-glen-coe-51

Les jambes un peu flageolantes, en tout cas bien attaquées par les quelques 1100 mètres de dénivelée de la journée, je redescends puis remonte au parking, toujours sous le regard impressionnant et majestueux des Three Sisters of Glen Coe. Ces trois montagnes valent à elles seules que l’on sillonne cette route fantastique.

Départ. Je n’ai toujours pas vu Skyfall. C’était sans compter sur Glen Etive. Une petite route quitte l’A82 pour s’enfoncer vers Dalness, puis plus loin le Loch Etive et Oban, par les routes de traverse. C’est là. Je n’ai pas le temps de m’enfoncer bien loin. Ce sera pour un prochain voyage, passant là, puis visitant Oban, fonçant ensuite vers Islay, mon paradis du whisky et enfin Jura. Quel programme !

Derniers paysages après avoir quitté Glen Coe, autour du Loch Ba. On rejoint finalement bien vite à travers les montagnes et vallées le fameux Loch Lomond et enfin, Arrochar, à marée basse. Les jambes sont ravies d’être arrivées à destination mais regrettent déjà quelque peu Glen Coe. Il y a encore plus de monde ici, à proximité du loch le plus long d’Écosse et des Trossachs.

Si Glen Coe est un monstre de popularité et se montre donc plutôt peuplé, bien moins quand ça commence à grimper fort dans la montagne, il faut bien dire qu’il le mérite ! A dire vrai, si c’était à refaire, je supprimerais volontiers ma journée autour de Fort William pour passer deux journées complètes à randonner à Glen Coe. Une prochaine fois !

Comment se rendre à Arrochar depuis Glencoe ?

Où dormir à Arrochar ?

J’ai dormi dans un B&B sympathique, le Rowantree Cottage. Belle chambre, accueil formidable, salle de bain et petit-déjeuner très convenables. Un bon choix.

Où manger et boire un verre à Glen Coe et à Arrochar ?

Après la randonnée à Glen Coe et avant d’en entamer une seconde, une petite pause au Clachaig Inn est une bonne idée ! Belle terrasse au soleil, bons cafés et bonnes pâtisseries !

Pour le soir à Arrochar, j’ai fait au plus simple : le pub en face du B&B !

Combien de temps rester à Glen Coe et à Arrochar ?

Une journée est bien suffisante pour avoir un grand aperçu de Glen Coe et randonner sur les principaux sentiers. Une seconde journée n’aurait toutefois pas été de trop ! Du côté de Arrochar en revanche, pas grand chose à signaler, c’est à mon sens une ville étape avant de partir à la découverte de l’Argyll ou bien des Trossachs et du Loch Lomond.

Tags de cet article
, , , ,

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.