Pyrénées-Orientales – visite du Prieuré du Monastir del Camp

Après ma randonnée légèrement écourtée à la Tour de Batère, j’avais donc encore un peu de temps pour visiter un petit coin des Pyrénées-Orientales que je ne connaissais pas encore : le prieuré du Monastir del Camp. Situé à Passa, au sud de la jolie Thuir, il s’agit d’un très bel édifice datant du XIème siècle, ayant assez récemment changé de mains (privées) et bien évidemment classé aux Monuments Historiques par Prosper Mérimée.

Fiers de leur propriété et attachés à ce statut, les actuels propriétaires se sont lancés dans des rénovations et fouilles afin de révéler tout le potentiel des lieux, qui ont connu divers usages. Le prieuré est un ensemble de bâtiments très cohérent, formant une sorte de petit hameau autour du bâti principal. Après une courte vidéo (que je vous conseille) vous expliquant très bien la naissance du lieu autour de Charlemagne et les événements des siècles suivants, on commence la visite libre de ce bâtiment.

Le sol a été récemment décaissé, révélant un parterre en pierres de rivière tout à fait splendide. Certes, c’est un peu moins facile de marcher sur ces pierres érodées par les âges, mais c’est autrement plus fidèle à l’origine du lieu. Des thermes très anciens ont été également mis à jour dans la première pièce sur la gauche, qui abritait auparavant les bureaux du prieuré ! Incroyable, n’est-ce pas ? Leur datation est en cours… mais si mes souvenirs sont bons, on parle de l’époque mérovingienne.

On peut ensuite monter à l’étage pour découvrir une collection assez incroyable de sculptures dans l’esprit de l’école de Cabestany mais aussi et surtout une quantité incroyable de Christ en croix ! L’un des propriétaires en est épris et a accumulé ces merveilles. La scénographie est encore en cours de construction mais on peut d’ores et déjà s’extasier de très près sur certaines pièces qui balaient siècles mais aussi continents. Je ne suis pas un grand client de Christ en croix mais là, j’ai été pris au jeu de la collection du Monastir del Camp.

De retour au rez-de-chaussée, on découvre le joli cloître datant du XIVème siècle, en marbre de Céret. Le sol est en pierres de rivière là-aussi. Ce n’est pas le plus beau des cloîtres que j’ai vu et la lumière du jour ne lui rendait pas complètement hommage mais il est tout à fait charmant et mérite cette visite. Il en va de même de la petite chapelle romane à laquelle on accède pas l’une des portes du cloître. Le Monastir del Camp abrite en effet cette belle église romane du XIIème siècle, un peu fatiguée et dans son jus. Elle est singulière car, une fois de retour à l’extérieur, on découvre le clou du spectacle ; à savoir un portail massif en marbre de Céret, sculpté de figures et symboles patinés par le temps, là-encore sur le chemin de Cabestany.

La visite s’achève ici, alors que le soleil automnal s’enfuit et que le lieu s’apprête à clore. Il existe à date des lieux plus beaux, plus complets, dans les Pyrénées-Orientales et que sa visite, certes très agréable, n’est pas un “must” du département. Toutefois, le prieuré du Monastir del Camp a un potentiel très singulier pour devenir un lieu vraiment splendide et je suis très curieux de revenir l’année prochaine ou dans deux ou trois ans pour voir comment ses propriétaires vont entretenir la jolie dynamique que j’ai pu entrevoir ici !