Isère – ascension du Pravouta en Chartreuse

Dernier jour sur Grenoble et bien évidemment, la météo est absolument parfaite alors que je dois reprendre la route pour Paris ! Décidément, 2021 est un autre type de troll que 2020 mais il se défend pas mal… J’ai quelques contraintes horaires (je dois être parti à mi-journée), aussi ne pourrai-je pas m’engager sur un trop long parcours. Je reprends donc la direction de la Chartreuse avec comme objectif une recommandation des chèvres locales (les amis randonneurs, vous aurez compris) : le Pravouta.

Garé au col du Coq après avoir pris le chemin des écoliers (à savoir la route longue et délicieuse qui serpente dans le massif de la Chartreuse), j’entame l’ascension de ce petit sommet culminant à seulement 1760 m mais réputé pour sa très bonne position pour admirer tout ou partie des grands du massif. Le Pravouta a en effet ce bel avantage d’être suffisamment haut pour offrir de beaux panoramas, sans demander trop d’efforts.

L’entame de la randonnée se fait dans une forêt que l’on qualifiera de “très humide”, en regard des innombrables litres d’eau tombés les jours précédents ! Le paysage se dénue toutefois très rapidement et permet d’admirer dès l’orée des bois la fameuse Dent de Crolles. Elle n’a pas l’air si terrible que ça, à contre-jour et vue d’assez haut. La meilleure vue, je la découvrirai à la descente vers Grenoble, en voiture. Mais je reviendrai en faire l’ascension, il paraît que le chemin de sangle qui la borde est fameux.

Un petit bout de grimpette supplémentaire m’amène à une nouvelle forestière dans laquelle je m’enfonce après avoir admiré le panorama s’étirant d’un côté du Pravouta vers la Dent de Crolles et de l’autre vers le coeur du massif de la Chartreuse, sous le roc d’Arguille. La montée est assez courte mais sèche, débouchant sur une petite selle à mi-distance du Pravouta et du Roc d’Arguille.

Je prends tout d’abord à gauche vers le but initial de ma randonnée et découvre rapidement le Chamechaude, point culminant de la Chartreuse. Le Charmant Som se laisse également entrevoir tandis qu’un regard en arrière dévoile le Grand Som. Arrivé à la croix marquant le sommet du Pravouta, force est de convenir que ce “petit sommet” offre effectivement de superbes vues sur la quasi intégralité du massif !

Pour ne rien gâcher, on découvre aussi le haut Vercors au loin, avec la silhouette diffuse du Mont Aiguille plus loin. De l’autre côté, derrière la Dent de Crolles, c’est la Belledonne qui s’est décidée à se découvrir ! C’est festival également à la descente, après un rapide et sympathique détour par le Roc de l’Arguille. Comme un appel franc, clair et net à revenir au plus vite.

La carte et la trace de cette randonnée :

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.