Guadeloupe – Visite du musée du Café Chaulet

24 décembre. La météo est exécrable à peu près partout sur l’île, y compris du côté de Grande-Terre ! Un vague espoir de soleil et une perspective de visite intéressante m’attire sur la côte sous le vent, à Vieux-Habitants. Déjà, avec un nom pareil, ça commence bien. Et puis quand on arrive en ville, il y a cette odeur de torréfaction qui flotte un peu partout, au gré des courants d’air. Appétissant.

La visite, c’est donc celle de musée du café, hébergé sur le site du Café Chaulet, que vous pourrez retrouver en vente un peu partout sur l’île. Il ne s’agit bien sûr pas d’une production locale – celle-ci est tout à fait confidentielle et je vous en reparlerai plus tard – mais d’une torréfaction locale et d’un savoir-faire de l’île, qui a un long passé avec le café.

Café Chaulet a donc installé un joli petit musée, très complet, sur son site de production, joignant ici l’utile à l’agréable. Après avoir frôlé caféiers et cacaotiers, la visite commence dans une grande salle riche de nombreuses explications sur l’histoire du café en Guadeloupe, les spécificités de sa culture sur l’île et un peu de culture générale sur le café également (variétés, origines, dispersion dans le monde, etc.).

L’établissement Chaulet, d’abord en activité à Baillif puis à l’habitation la Grivelière, est désormais installée sur ce site et on découvre justement de l’autre côté de la salle d’exposition toute l’activité de torréfaction. L’endroit bruit, s’agite et il s’en dégage fumée et parfums délicieux. Quelques grands sacs montrent sur le côté les différents aspects des grains de café pendant le processus de transformation. Un petit espace montre également une très belle collection de moulins à café.

La visite s’achève doucement avec une dernière étape qui n’a rien à voir avec le Café Chaulet : la chocolaterie Le Suprême est également installée sur le site et vous feriez vraiment bien d’y entrer et de faire le plein de bonheur. Le cacao et ses produits transformés sont ici superbes, un vrai délice qu’on peut d’ailleurs tout de suite ouvrir et déguster en compagnie d’un petit café sous l’auvent du bâtiment d’accueil. Le temps file, on occupe ainsi doucement un bout de journée pluvieuse, un 24/12 qui plus est… A garder en tête si d’aventure il vous arrive la même (més)aventure.

La carte de cette journée :

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.