Guadeloupe – les chutes du Carbet (2ème et 3ème)

Pour cette nouvelle journée sur Basse-Terre, direction l’un des incontournables de la Guadeloupe : les chutes du Carbet. Elles sont au nombre de trois et leur accès est plus ou moins aisé, en contrebas du massif de la Soufrière où le Carbet prend justement sa source avant de dérouler sa trace vers l’océan. C’est d’ailleurs depuis l’océan que l’on peut apercevoir ces chutes et notamment la première, majestueuse. Christophe Colomb les vit et vous les verrez également sur la route qui passe à côté de Capesterre tant elles sont massives.

La route les dépasse toutefois avant de bifurquer à droite vers la montagne. Fin de la nationale, on se retrouve alors sur une petite route et sinueuse qui grimpe parfois sèchement en direction du centre des visiteurs. La zone est en effet bien contrôlée et entretenue, les chutes du Carbet et leurs alentours pouvant s’avérer dangereuses en cas de pluie. Il est par exemple possible de rejoindre la première et la deuxième chute depuis ce parking mais l’accès à la troisième était fermé et il fallait donc emprunter un autre chemin, on y reviendra.

Pour commencer, direction la deuxième des chutes du Carbet, la plus accessible aussi. Le sentier est parfaitement aménagé avec de nombreuses passerelles et aménagements visant à limiter les risques de chute car ça descend sec depuis le parking vers le fond de la combe où se jette la chute haute de 110 mètres ! Autour du bassin de chute, inaccessible car trop dangereux, tout n’est que luxuriance verdoyante. Splendide.

Après avoir rebroussé chemin jusqu’au parking, on reprend la route pour redescendre de la montagne et rejoindre Capesterre en passant par l’allée Dumanoir, une route plantée de part et d’autres de gigantesques palmiers royaux. Une curiosité qui ne se visite pas mais que l’on traverse avant de bifurquer encore une fois vers la montagne, en direction du Jardin de la Rencontre. C’est à deux pas de ce dernier que l’on stationne la voiture avant de partir vers la troisième des chutes du Carbet.

Après une première section sur une piste carrossable en forêt, le sentier s’enfonce dans la végétation et se fraie un chemin vers une autre cuvette où l’on entend l’eau se ruer. La toute dernière partie de la randonnée se mérite un peu plus, avec quelques cordes et des sections vraiment abruptes et glissantes. Prudence et bonnes chaussures, donc ! Mais le jeu en vaut la chandelle, avec une belle baignade à la clé (en théorie interdite, pour les mêmes raisons de chutes de pierre qu’à la deuxième chute)… Rafraichissant, un vrai bonheur.

La carte de la journée :

La carte de la balade de la deuxième chute du Carbet :

La carte de la randonnée de la troisième chute du Carbet :

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.