En balade à Etretat

« Et si on allait voir la mer ce weekend ? Genre… à Etretat ? » – « Ah oui, tiens, bonne idée ! Enfin on part à Séville la semaine prochaine quand même… » – « Pas grave ! On va bien manger, se balader et y aura la mer ! » – « Ok ! »

Voilà comment on se décide à partir un samedi à 19h après un splendide concert au Parc Floral (le programme Classique au Vert, merci la Mairie de Paris). Une C3 en mains (après avoir fourni un justificatif de domicile… c’est quoi ce nouveau délire chez les loueurs ?), direction la Normandie avec une sortie de Paris chaotique et une A13 avalée à une bonne moyenne, me revoilà chez ma mère pour la nuit. Et « ouf », tout s’est bien passé…

Dimanche matin, petite balade dans le « domaine » (le jardin quoi…) à la fraîche, la rosée qui vient rafraichir les pieds et la route pour Etretat, toujours aussi agréable et tellement moins fréquentée que la route pour Deauville / Trouville / Honfleur, ce qui permet d’y rencontrer des motards morts sur le bas de la route. Argh. Enfin, c’est confirmé, la ville d’Etretat est parfaite à la mi-septembre : peu de monde, 20°c dans l’air, 17°c dans l’eau (nan je ne me suis pas baigné), un vent raisonnable et surtout un soleil qui tape agréablement tandis qu’on arpente le front de mer et les falaises…

Et puis de là-haut, la vue est toujours aussi belle malgré le ciel chargé et l’énorme plateau de fruits de mer (homard inside) qui pèse sur les talons ! Toujours du bonheur…

Et aussi, « en-haut », il y a toujours des amoureux qui regardent la mer…

Bon, au delà du fait que je connaissais déjà bien Etretat ainsi que le restaurant l’Huîtrière (une valeur toujours aussi sûre pour ce qui est des fruits de mer et du reste…), j’ai quand même découvert un nouveau truc : les falaises à marée basse. Car oui, à chaque fois que j’y suis venu, la marée était haute. C’était donc l’occasion d’aller faire un tour sur les galets, dans les trous d’eau et ainsi de suite…

Encore une belle victoire des weekends en amoureux, en somme. Même avec 20 bornes de ralentissements au retour.

Tags de cet article
,