Hautes-Alpes – randonnée autour du Pic des Esparges Fines et de ses lacs

Rendez-vous dans un autre coin du Parc Naturel Régional du Queyras pour cette belle randonnée du Pic des Esparges Fines. Le légendaire col de l’Izoard n’est pas loin, nous sommes dans la vallée d’Arvieux, que j’ai traversé sans m’arrêter pour me rendre au hameau suivant, celui de Brunissard, pour y garer mon auto et entamer le parcours. Celui-ci démarre d’ailleurs calmement et descend la vallée en restant à la même altitude, donnant l’impression de grimper plus qu’on ne le fait réellement sans grand effort physique ! Ce joli sentier balcon continue de coller aux flancs de la montagne jusqu’au niveau du hameau du Coin, où il rejoint une piste forestière.

C’est à partir de ce moment-là que les choses sérieuses commencent, le sentier montant le long du torrent de Combe Bonne vers le Pic du Cros et ses voisins. L’ascension reste très progressive et agréable, sur un sentier d’excellente qualité. Cela se corse un peu sur la fin de cette première belle section pour rejoindre un petit vallon qui abrite le lac du Lauzon, en tout cas ce qu’il en reste à cette saison ! Les pics alentours, avec leurs couleurs et formes assez singulières, forment un splendide écrin pour ce petit lac.

Il reste ensuite un gros coup de montée dans un terrain très minéral pour rejoindre le col du Lauzon, à quasiment 2600 mètres d’altitude. Du col, on observe avec délice le chemin parcouru et on découvre aussi et surtout le paysage d’alpages d’altitude qui s’étend devant nous pour la suite de la randonnée. On peut d’ailleurs tout à fait éviter le Pic des Esparges Fines en coupant tout droit mais je n’en fais rien et prend le chemin de crête qui monte doucement vers le sommet. Le chemin offre de jolies vues en cours de route, avant de rejoindre la cime très arrondie du pic, qui s’il n’est pas très haut bénéficie d’une position bien dégagée et ouvre donc un large champ de vision ! Splendide de tous côtés.

La descente, un peu technique par endroits, permet de rejoindre le plancher des vaches où les jambes peuvent ensuite dérouler à bonne vitesse sur le plat en direction des multiples lacs aperçus auparavant ! Lac du Néal, lac Marion, lac de la Favière ou encore lac Cogour sont autant de points de rendez-vous photographiques autour du col du Ransier. La pause s’impose au dessus du dernier nommé, le lac Cogour “supérieur”, à savoir situé au dessus du chemin de randonnée et qui illustre cet article. Avant cela, il aura fallu contourner un joli troupeau de brebis sagement gardé par deux patous. On a d’ailleurs failli assister à une belle défense de l’un des chiens face à deux randonneurs n’ayant rien trouvé de mieux comme idée que de rester sur le sentier et de traverser le troupeau en plein milieu. Y en a qui cherchent…

Le sommet du Pic des Esparges Fines atteint et ce splendide groupement de lacs admiré convenablement, il était désormais temps d’entamer la descente en direction des jolis chalets de Clapeyto. Le paysage, composé de l’autre versant du Pic du Cros et de ses voisins et de la zone martienne du col de l’Izoard au loin, garantit le caractère spectaculaire de la descente qui se fait là-encore sur d’excellents sentiers. Les chalets sont ainsi rapidement atteints et même dépassés. Le coin est paradisiaque, on a bien envie de pouvoir se poser ici, avec son 4×4 et son chalet !

Pour la descente finale, on a le choix d’emprunter la piste qui descend doucement vers Brunissard, avec un petit domaine hivernal qui rend la zone un peu moins jolie que tout ce qu’on a vu auparavant ; ou bien prendre un nouveau sentier balcon sur la droite, en direction du col du Cros. J’ai préféré prendre ce chemin et bien m’en a pris car s’il rajoute 200 mètres de grimpette très progressive, il offre de superbes vues sur la vallée d’Arvieux, sur la zone de l’Izoard et permet aussi d’admirer l’immense dent rocheuse située à quelques mètres du col du Cros. Le reste de la descente, en forêt, fut malheureusement un peu plus long que prévu, le sentier principal était tout simplement coupé par une immense coulée rocheuse ! Rien de vraiment dramatique et pas de quoi me faire changer d’avis sur cette randonnée et ce Pic des Esparges Fines : la zone mérite qu’on y randonne !

La carte de la randonnée :