Prise en main – Mazda 3 Berline Sélection

De la Mazda 3, je gardais le souvenir de la truculente et singulière version MPS, testée il y a déjà plus de deux ans ! Depuis, la nouvelle génération a été présentée et je n’avais jusqu’à ce jour pas eu l’occasion de la prendre en main, faute de disponibilité, de temps ou d’opportunités s’y prêtant. Vendue à l’origine en version 5 portes – c’est d’ailleurs la silhouette que j’avais en tête – elle est également disponible en version berline tricorps depuis le mois de juin dernier. C’était parti pour une rapide prise en main de cette Mazda 3 Berline, en finition Sélection et dotée du moteur SkyActiv-D 2.2d de 150ch et accouplé à une boîte méca à 6 rapports.

Je ne suis à l’origine pas un grand fan des berlines tricorps sur ce segment C car elles sont pour la plupart tout bonnement ratées, disgracieuses et empruntées. Mazda réussit avec la 3 un tour de force, possible certainement uniquement grâce au design de ces derniers modèles : Kodo. Déjà visible sur Mazda Cx-5 et Mazda 6, ce principe de design basé sur le mouvement donne au coffre de la berline 3 un réel dynamisme et l’intègre dans les lignes de la version 5 portes ! Un tour de force, j’insiste, quand on voit les productions similaires des quinze dernières années. La version 5 portes reste dans mon cœur un cran au dessus mais cette version n’a pas grand chose à lui envier.

Pour ce qui est de la face avant, on retrouve ce qui fait le succès du design Kodo et de la Mazda 3 en général : lignes vives, calandre prononcée et distinctive surlignée de chrome, jolis yeux et très belles lignes de capot et de flanc. Je n’ai pas honte de dire que j’aime ce nouveau design Mazda et j’attends l’arrivée du Mx-5 nouvelle génération avec une certaine impatience. Cela tombe bien, c’est la nuit prochaine !

essai-mazda-3-berline-exterieur-7

essai-mazda-3-berline-exterieur-13 essai-mazda-3-berline-exterieur-14 essai-mazda-3-berline-exterieur-15 essai-mazda-3-berline-exterieur-12

Convaincu par le design extérieur, je rentre à l’intérieur de cette version Sélection – la plus haut de gamme – et m’installe. Première bonne impression avec l’habillage des sièges mêlant cuir blanc perforé, cuir blanc et cuir noir. Du plus bel effet. Cela tranche avec le reste de la cabine, plutôt sombre et sobre, tout à fait dans la veine de ce que Mazda a produit avec Cx-5 et 6. La Mazda 3 repose en effet sur la plateforme SkyActiv et vient piocher dans la banque d’organes développée par la marque. On retrouve donc un niveau de finition correct pour le prix, mêlant plastiques sans grand intérêt et jolis détails de finition tels que les compteurs, la ceinture des boutons de commande d’ouvrants ou encore le tunnel central. Du Mazda dans la forme, à savoir pas la chose la plus transcendante du monde mais un sentiment global d’efficacité et des détails qui séduisent.

essai-mazda-3-berline-interieur-1

essai-mazda-3-berline-interieur-3 essai-mazda-3-berline-interieur-4 essai-mazda-3-berline-interieur-5 essai-mazda-3-berline-interieur-8

Autres classiques Mazda : la commande de boîte et le volant ! On retrouve les principes chers à la marque : levier court, petit volant à la jante fine et bien cerclé de cuir. Voilà de quoi me plaire et les boutons du volant, certes en plastique, adoptent une finition et un amortissement au déclenchement qui rehaussent la perception de qualité. Pas mal. On remarque également une nouveauté : un écran qui trône sur la planche de bord et que l’on pourrait croire tactile car placé assez proche du conducteur. Nenni ! Il est contrôlé par la mollette au centre du tunnel central, reprenant ainsi les recettes allemandes. Les fonctionnalités semblent plutôt complètes pour cette gamme de véhicule mais l’ergonomie et le design des différents menus ne m’ont pas vraiment séduits. Mention convenable de ce point de vue pour cette rapide prise en main. Mention bien en revanche pour l’affichage tête haute sur le petit écran dépliable et bien intégré et pour le reste de l’équipement, pléthorique au possible !

essai-mazda-3-berline-interieur-6 essai-mazda-3-berline-interieur-9 essai-mazda-3-berline-interieur-10 essai-mazda-3-berline-interieur-14

essai-mazda-3-berline-interieur-7 essai-mazda-3-berline-interieur-19 essai-mazda-3-berline-interieur-20 essai-mazda-3-berline-interieur-21

Passons maintenant à la conduite ! J’aurai en tout et pour tout parcouru une petite centaine de kilomètres à bord de cette voiture mais j’ai eu l’occasion de tester pas mal de conditions de route : belle nationale et son trafic, petites routes sinueuses et bosselées abordées à basse comme à vive allure. Ce qui transparaît de cette prise en main : c’est le confort global. La Mazda 3 est bien suspendue et bien insonorisée. Le 2.2d sait se faire discret et les imperfections de la route sont bien filtrées sans que la voiture n’en devienne trop flottante. Cela est également vrai de la direction et de la boîte, plutôt précises et offrant un bon ressenti sans être pointues. C’est une histoire de compromis et la boîte m’a semblé pour le coup en deçà en terme de verrouillages par rapport à ce que j’ai connu chez Mazda, de même pour la direction. Cela manque d’un zeste de sportivité à la Mazda pour être parfait. Pour le reste : c’est du tout bon pour une berline familiale du segment C et vous voyagerez à belle allure sans vous rendre compte de rien.

essai-mazda-3-berline-exterieur-19

La liaison au sol et le bon régulateur adaptatif (sans oublier les autres équipements de sécurité) font qu’on peut presque laisser la voiture conduire, se contentant de gérer un moteur coupleux et disponible, ainsi que la boîte, correctement étagée. L’ensemble s’avère plutôt peu gourmand et discret, poussant à la balade à rythme tranquille, bien aidé sur les 380 Nm de couple. Quand le rythme s’accélère, on découvre que la Mazda 3 s’avère dynamique et bien équilibrée. Il ne s’agit absolument pas d’une sportive mais on peut hausser le rythme sans se faire peur. La base SkyActiv est saine et on se rend vite compte que ce sont les pneumatiques qui limitent l’efficacité de la voiture. Voilà qui est de bon augure pour une version MazdaSpeed ou MPS pour 2017 !

essai-mazda-3-berline-exterieur-18

En clair, si vous achetez cette version Sélection de la Mazda 3 Berline, vous récupérerez une très bonne synthèse automobile : très bien équipée, globalement bien finie, délicieuse à regarder en ce qui me concerne, efficiente et confortable à rythme correct et pas ridicule pour un sou en augmentant le rythme, c’est un excellent compromis par rapport à une concurrence soit plus affûtée sur certains points, soit beaucoup plus chère car un cran au dessus sur l’ensemble de ces points. Une fois encore, comme sur la 6 et Cx-5, Mazda se pose comme une séduisante alternative.

essai-mazda-3-berline-exterieur-21

Tags de cet article
, , , ,

2 Commentaires

  • Cette couleur lui va vraiment bien… avec un bon photographe, un bon appareil et un peu de photoshop elle est vraiment bellissima 😉

  • Ah… et une précision. Le système d’infotainment/navigation etc est tactile, mais seulement à l’arrêt. Une fois mobile, tout se passe avec la molette afin de moins perturber la conduite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.