Bali – paradisiaque Jatiluwih et infernal Ulun Danu

Il y a des journées qui commencent mal, bien mal. Imaginez : vous avez fait beaucoup de scooter le jour précédent et vous commencez à avoir bien mal au cul. Vous prenez la route en direction du temple flottant d’Ulun Danu en suivant une direction que vous estimez être la bonne. Deux heures plus tard, le constat est sans appel : vous n’êtes pas sur la bonne route et la seule solution est de rebrousser chemin au maximum avant de trouver une route transversale ! Depuis Ubud, une route monte vers le Nord, avant de bifurquer petit à petit vers l’est, vers le Gunung Batur. Les trois volcans de l’ouest s’éloignent peu à peu, eux qui semblaient si proches et représentent clairement la bonne route… Alors on repart dans l’autre sens après avoir fait le plein, la poignée vissée dans l’angle pour tenter de rattraper le temps et la quiétude perdues ! Retrouver la route parallèle qui mène effectivement au lac Beratan tient de la gageure et il faut en réalité descendre au sud jusque Mengwi pour la trouver facilement. La prochaine fois : ne faites pas comme moi. Allez à Mengwi depuis Ubud et prenez ensuite la route du Nord.

Qu’importe, avec un peu de retard et le visage noirci de fumées diverses et variées, on arrive aux abords de la région de Bedugul et du Danau Beratan (le lac Bratan), sur lequel flotte le fameux temple d’Ulun Danu. C’est Disneyland à Bali ! Des bus partout, beaucoup ; de la circulation, beaucoup et ainsi de suite. On atteint le parking en se demandant bien ce qu’on fait là et on pénètre enfin sur le site après s’être remis une belle dose de crème solaire sur les particules de suie. Beau mélange et look camouflage / Tom Cruise / Jours de Tonnerre assuré ! Bref : passée l’entrée, on comprend pourquoi il y a tant de monde et pourquoi, malgré la foule, il faut venir ici. Une procession sort au même instant du temple, instant de bruit et de grâce mêlés de joie. Un ancien temple bouddhiste trône dans le coin, étrange et décalé dans ce lieu hindou dédié à la déesse des eaux Dewi Danu.

voyage-indonesie-ulun-danu-1 voyage-indonesie-ulun-danu-2 voyage-indonesie-ulun-danu-4 voyage-indonesie-ulun-danu-5

La véritable claque intervient peu après, quand le double temple posé sur des îlots du lac volcanique se montre, paisible et majestueux sur la surface parsemée de nénuphars. Au loin, les monts se cachent dans la brume tandis que le lac déplie ses rives pour atteindre une taille considérable.

voyage-indonesie-ulun-danu-8

voyage-indonesie-ulun-danu-10

La visite s’arrête là, globalement. Après un beau moment de contemplation, on ressort et on enfourche le scooter. On reprend exactement la même route en pensant bifurquer vers l’ouest à un moment, en direction de Apuan si je ne m’abuse. Problème : c’est remarquablement mal indiqué ! Je suis donc en gros redescendu jusqu’à mon point de départ avant de trouver mon chemin, petit à petit, au gré de multiples arrêts pour demander ma route. Pas facile car comme je le disais : les balinais n’aiment pas dire qu’ils ne savent pas et nombre d’entre eux ne savent pas lire une carte. La route est en tout cas interminable jusque Jatiluwih mais on débouche soudain à quelques kilomètres de la zone clé et c’est un coup de cœur immédiat.

voyage-indonesie-jatiluwih-1

On reprend le scooter pour quelques kilomètres et on paye le droit d’entrée sur zone. Un petit chemin nous attend et permet d’aller découvrir les rizières de plus près. L’endroit semble s’étendre à l’infini et on est tenté d’accepter la proposition de se balader en scooter. Sauf que non : le chemin du retour sera long, à la tombée de la nuit et il faut se dégourdir le séant et les gambettes après une telle journée ! C’est beau, beau et beau. Vous m’excuserez d’avoir du mal à trier les photos et à vous en abreuver.

voyage-indonesie-jatiluwih-11

voyage-indonesie-jatiluwih-18

voyage-indonesie-jatiluwih-10

On repart de là ébahi, le cœur un peu triste d’avoir perdu 2 heures le matin et de n’avoir pu les passer ici en fin de journée. Le soleil va se coucher, on repart à petit rythme tant que les rizières sont là. Un dernier regard et on remet la poignée à fond, il faut rejoindre Ubud avant le coucher du soleil. Mission accomplie mais au même titre que je reviendrai à Ubud : je reviendrai passer quelques jours dans les rizières de Jatiluwih.

Tags de cet article
, , ,