Essai – Citroën DS5 2014 BlueHDi 180

J’avais déjà essayé Citroën DS5, c’était il y a maintenant deux ans et la version hybride m’avait séduite par son design et son ambiance intérieure, malgré d’évidents défauts tels que la boîte de vitesse indigne d’un tel véhicule. Voici donc un nouvel essai avec la Citroën DS5 2014, cette fois-ci équipée du nouveau moteur diesel BlueHDi 180. Extérieurement, pas de changements et il faudra attendre un facelift de mi-vie pour peut-être voir les chevrons disparaître de la voiture afin d’assumer la séparation Citroën / DS en deux marques distinctes. J’ai donc retrouvé avec bonheur ces lignes qui m’ont toujours séduit et cette somme de petits détails (y compris les « lames » du capot) qui font de DS5 une voiture au design singulier mais assumé et équilibré.

essai-citroen-ds5-180-bluehdi-exterieur-29

essai-citroen-ds5-180-bluehdi-exterieur-18

A l’intérieur, même combat avec toujours cette ambiance aéronautique qui me plaît tant ! L’habitacle n’a pas évolué et propose toujours un bon niveau d’équipement par rapport à l’âge de la voiture. Les finitions sont d’excellente qualité et il faut vraiment chercher la petite bête pour ne pas en être satisfait. Les cuirs sont moelleux, les boutons de belle facture et seuls quelques plastiques viennent ternir le très bon bilan global ; à savoir les boutons du volant (comme chez tous les constructeurs ou presque !) et l’effroyable bloc de plastique noir entourant l’écran. Autant en 2011/2012, ce dernier ne me choquait pas « trop », autant en 2014 il est plus que temps qu’il disparaisse, vite, au profit de la tablette tactile EMP2. Cet écran et ces boutons qui l’entourent sont simplement indignes de DS5 et du reste de l’habitacle en terme de finition même s’ils ne déméritent pas trop côté fonction.

essai-citroen-ds5-180-bluehdi-interieur-15

essai-citroen-ds5-180-bluehdi-interieur-1 essai-citroen-ds5-180-bluehdi-interieur-4 essai-citroen-ds5-180-bluehdi-interieur-6 essai-citroen-ds5-180-bluehdi-interieur-39

essai-citroen-ds5-180-bluehdi-interieur-8 essai-citroen-ds5-180-bluehdi-interieur-16 essai-citroen-ds5-180-bluehdi-interieur-18 essai-citroen-ds5-180-bluehdi-interieur-22

Par ailleurs, l’habitacle regorge de ces petits détails qui font DS5 : commande des trois toits ouvrants et de l’affichage tête haute (toujours aussi pratique malgré le petit écran nécessaire à la fonction) au niveau du plafond, commande des ouvrants au niveau du large tunnel central, bouton start/stop surmonté de l’horloge, bel enroulement en plastique moelleux autour du passager, clé avec le sigle DS et un rappel du logo de la marque ou encore tableau d’affichage 100% numérique. Autant d’éléments qui font que Citroën DS5 2014 ne vieillit pas trop dans un marché ultra concurrentiel où les allemandes dominent et ses singularités persistent pour mon plus grand bonheur.

essai-citroen-ds5-180-bluehdi-interieur-35 essai-citroen-ds5-180-bluehdi-interieur-14 essai-citroen-ds5-180-bluehdi-interieur-37 essai-citroen-ds5-180-bluehdi-interieur-20

essai-citroen-ds5-180-bluehdi-interieur-21 essai-citroen-ds5-180-bluehdi-interieur-42 essai-citroen-ds5-180-bluehdi-interieur-43 essai-citroen-ds5-180-bluehdi-interieur-30

Parlons toutefois un peu plus de ce qui a changé sur DS5 en 2014 : la liaison au sol et le bloc moteur ! La suspension de DS5 a été revue sur ce millésime, pour répondre aux commentaires un peu acerbes sur la raideur du confort. J’avais moi-même remarqué ce manque de filtrage des imperfections de la route et j’ai donc appris avec plaisir cette modification. La différence est notable sur certaines zones mais mon modèle d’essai, chaussé des splendides roues 19 », a vu une partie de ses efforts réduits à néant par lesdites roues. Autrement dit : oui la suspension de la Citroën DS5 est plus confortable mais il faut pour en profiter intégralement la choisir en roues de 18 » et non pas de 19 ». Ces roues Aéro, certes magnifiques, sont invivables sur routes vraiment dégradées du fait du profil bas des pneumatiques. Dommage. Un très bon point qui se voit en partie annulé par la monte pneumatique…

essai-citroen-ds5-180-bluehdi-exterieur-4

essai-citroen-ds5-180-bluehdi-exterieur-2

Pour le reste, Citroën DS5 reste une excellente voiture d’un strict point de vue comportement : freinage progressif et puissant, train avant directif et très bon ressenti de direction, volant au méplat prononcé agréable en prise en main, sièges enveloppants et confortables : les vitesses de passage en courbe peuvent vite devenir élevées et ceci sans prise de roulis. C’est là un comportement qui m’avait impressionné il y a deux ans et qui me surprend toujours sur une voiture d’un tel gabarit.

essai-citroen-ds5-180-bluehdi-exterieur-43

Du côté de la boîte, je n’ai pas été déçu comme avec la BMP6 qui équipait la version hybride. Cette boîte 6 est une pure boîte auto et son pilotage est d’un niveau très satisfaisant pour une boîte à simple embrayage. Il ne faut bien sûr pas attendre de cette boîte le même confort de roulement et les mêmes vitesses de passage que sur une boîte à double embrayage. Une fois ce constat technologique intégré, on se satisfait très bien de cette boîte qui ne génère que peu d’à-coups et comprend globalement bien les indications du conducteur pour ce qui est de la pression pédale d’accélérateur / frein. Plus besoin de mettre en énorme coup de gaz pour générer le kick-down, on arrive à gérer sans arracher la tête des passagers. Même combat en mode « manuel » où les à-coups du pilotage disparaissent totalement, car il en reste malgré tout quelques-uns de bien désagréables. En clair, s’il faut encore et toujours éviter la boîte pilotée, les boîtes automatiques de PSA se débrouillent très bien malgré l’absence du double-embrayage si cher à l’ensemble de la concurrence. Une évolution indispensable qu’il faudra bien que PSA intègre rapidement après avoir tué une première fois le projet en interne suite au mariage avec GM. Je croise les doigts, fort.

essai-citroen-ds5-180-bluehdi-exterieur-36

essai-citroen-ds5-180-bluehdi-exterieur-26

Dernier item à évoquer avant de clore cette page d’essai : le moteur. Doté du start&stop, ce 4 cylindres diesel BlueHDi 180 est coupleux à souhait et son appairage avec la boîte est réussi. Il en ressort un agrément d’utilisation de premier ordre, quelle que soit la situation de conduite. Les mises en vitesses sont efficaces, les dépassements en général une formalité et on peut envisager de cruiser à des vitesses illicites en France sans souci grâce à cette motorisation. Même combat en côte où le couple prend le relai et permet de grimper sans se poser de question. Agrément et couple, voilà qui synthétise bien ce moteur mais ce n’est pas tout malheureusement. Bruit est également synonyme de ce gros diesel aux pressions d’injections plus élevées que son prédécesseur le HDi 163, bien plus discret. Malgré la bonne insonorisation de l’habitacle de DS5, les claquements du diesel à froid sont vraiment trop audibles. Il en va de même lors d’accélérations pleine charge, quelle que soit la vitesse. Aucun doute possible à ce moment là : on est bien dans un mazout et ça fait beaucoup trop de bruit par rapports à d’autres moteurs de la concurrence même si ce moteur se montre par ailleurs plutôt sobre (6.8 l/100 sur 1200 km parcourus). Il s’agit là d’un vrai défaut en ce qui me concerne, venant gréver les très bonnes sensations ressenties dans la voiture au global et tranchant avec le calme que l’on imagine vivre dans l’habitacle de DS5 sans avoir à pousser l’excellent système son pour couvrir le moteur.

essai-citroen-ds5-180-bluehdi-exterieur-48

essai-citroen-ds5-180-bluehdi-exterieur-35

essai-citroen-ds5-180-bluehdi-exterieur-45

Pour résumer, si je devais acheter demain une Citroën DS5, ce ne serait clairement pas un problème car la voiture reste une réussite singulière en terme de design et un beau compromis performance / agrément / ambiance, mais je ne choisirais assurément pas cette motorisation BlueHDi 180 ni ces roues de 19 » qui annulent les efforts de Citroën quant à l’amélioration du confort à bord. Il faudra donc à priori préférer une version essence et des roues 18 » pour bénéficier d’une Citroën DS5 dans toute sa splendeur, ceci en attendant la prochaine mise à jour majeure.

Tags de cet article
, , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *