Essai – Audi A7 Sportback BiTDI

Après mon essai de l’Audi SQ5, j’ai voulu continuer l’aventure du V6 3.0L BiTDI dans un autre carrosse, dans une silhouette lui seyant peut-être mieux et avec quelques évolutions en sus : l’Audi A7 Sportback. La grande berline aux allures de coupé en est au milieu de sa vie et a bénéficié il y a peu de légères mises à jour visant à la maintenir au niveau de la concurrence, ceci en attendant un renouvellement d’ici deux ans. Entre les évolutions du moteur et celles de la voiture à proprement parler, c’était le moment parfait pour faire connaissance avec cette grande voiture, à essayer et à vivre sur le long cours.

essai-audi-a7-sportback-v6-bitdi-320-exterieur-21

Le moins que l’on puisse dire la concernant, c’est qu’elle en impose. Grande, statutaire, large, vraiment imposante. Il n’empêche, Audi a réussi à lisser ses traits, à les rendre charismatiques et même à lui donner un côté racé qui a tout pour me plaire. La face avant avec ses feux corrigés (le dessin en T est splendide) est splendide, centrée sur une calandre single frame bien proportionnée et une partie basse du bouclier joliment faite sur cette version S-Line : anti-brouillards cerclés et prolongés de chrome, lame discrète en guise de spoiler. On note aussi la ligne courant du milieu de la calandre jusqu’aux arches de roues avant et se prolongeant ensuite sur tout le flanc.

essai-audi-a7-sportback-v6-bitdi-320-exterieur-15

Les jupes légèrement travaillées sont entourées de roues de 20 pouces de toute beauté. Il ne s’agit pas de la monte d’origine, en 19, évidemment. Avantage de ces roues : elles sont belles. Inconvénient : elles regardent les trottoirs sans être protégées par le pneu… (et elles cachent des étriers pas très jolis, à mon humble avis). Bref, si d’aventure vous achetez cette voiture, il faudra sûrement rapidement dire adieu à leur état d’origine. Trêve de considérations bassement pratiques, attardons nous maintenant à l’arrière de la voiture où l’on retrouve le dessin en T des feux. Une double sortie d’échappement s’intègre dans le bouclier arrière mais ce qui est vraiment agréable sur cette voiture, c’est la ligne de fuite du toit, donnant justement son aspect « coupé » à la voiture et dynamisant de manière générale son allure. On n’oubliera pas de noter le petit becquet motorisé qui se déploie et se rétracte automatiquement.

essai-audi-a7-sportback-v6-bitdi-320-exterieur-60

essai-audi-a7-sportback-v6-bitdi-320-exterieur-57

Autant je ne suis pas un grand fan de l’Audi A6, autant l’Audi A7 Sportback – ici en version S-Line – est agréable à l’œil grâce à ces lignes mêlant l’aspect statutaire propre à tout véhicule de ce segment et une certaine vivacité des traits grâce à cette interminable plongée vers le hayon arrière (hayon qui découvre un coffre où vous pourrez loger environ 8 enfants, d’ailleurs) (ou 4 chaises) (ou 1 armoire normande) (ou dormir !).

essai-audi-a7-sportback-v6-bitdi-320-exterieur-53

essai-audi-a7-sportback-v6-bitdi-320-exterieur-51

Passons maintenant à l’intérieur où, fort logiquement, on retrouve un univers luxueux mais sobre, technologique mais pratique, du Audi dans le texte et dans la réalisation. Depuis la sortie TT et l’arrivée de son Virtual Cockpit, on va dire très poliment que les autres modèles de la gamme ont pris un petit coup de vieux. C’est très simple : il y a un avant et un après « nouveau TT » et le restyling de l’Audi A7 en a pris bonne note pour proposer à la mi-vie une alternative crédible à un système totalement nouveau. Détail par détail, faisons le tour de ce nouveau propriétaire où il fait globalement très bon vivre !

essai-audi-a7-sportback-v6-bitdi-320-interieur-63

Si la photo ci-dessus ne rend pas vraiment aussi bien que je l’aurais souhaité, sachez que l’habitacle de l’A7 n’a quasiment aucun défaut, en terme de matériaux et d’assemblages. Les plastiques de la console centrale sont par exemple de bonne facture, on retrouve la traditionnelle molette et le pavé tactile à ses côtés. Ah tiens, ils ne sont pas encore regroupés ? Voilà par exemple un « défaut » mais c’est seulement lié à l’âge de la voiture et ce changement n’a pas été possible à la mi-vie. Dans l’accoudoir, on trouve en revanche une double prise USB (alim seule, alim + data) et une zone servant d’amélioration d’antenne pour votre smartphone. La console centrale bénéficie des mêmes qualités avec les fonctions habituelles, surmontées d’un écran mis à jour, escamotable à l’envi. Pratique pour limiter les sources de lumière dans l’habitacle, par exemple lors d’un trajet nocturne avec tout le monde qui pique un roupillon sauf le conducteur.

En parlant d’écran, on retrouve les modes habituels chez tous les constructeurs, avec le bénéfice du pavé tactile, toujours très appréciable par rapport à la traditionnelle molette. Inconvénient d’une Audi A7 : c’est très gros. Avantage : il y a des caméras partout… Inconvénient : elles ne couvrent pas intégralement le volume de la voiture ! Méfiance, donc.

Passons maintenant à la partie « conduite » : volant, sièges, aides à la conduite. L’Audi A7 Sportback est de ce point de vue une petite merveille et c’est bien cela qu’on attend d’elle ! Ouf. Tout va bien. Je commence par les sièges : très confortables, dotés d’un bon maintien et évidemment réglables aux petits oignons ; ils sont par ailleurs dotés de fonctions complémentaires hautement addictives : chauffants, ventilés, ils disposent surtout de différents modes de massage qui rendent un trajet de 800 km agréable. Addictif, je vous dis. Du côté du volant, au delà du fait qu’il soit chauffant, on retrouve les habitudes Audi. C’est derrière le volant que cela change pas mal du côté de la technologie avec différentes fonctions pilotables rapidement. Détecteur d’angle mort bien fait, affichage tête haute bien fait également. Là où c’est vraiment bien fait, c’est du côté du régulateur adaptatif, couplé au maintien dans la voie. On peut afficher facilement à l’affichage tête haute le niveau de distance à gérer par le régulateur, ainsi que l’activation ou non du maintien en ligne. L’ensemble fonctionne avec douceur et progressivité, facilitant là-aussi la vie du conducteur lors de trajets pas forcément très passionnants. Top.

essai-audi-a7-sportback-v6-bitdi-320-interieur-11

En parlant du volant et pour revenir à mon propos d’origine concernant le Virtual Cockpit, c’est d’ailleurs là que se situe la principale nouveauté de cette Audi A7 restylée : les compteurs évoluent peu mais on retrouve dans la zone centrale un écran plus complet, incluant notamment le pilotage des médias, du téléphone, du GPS et bien sûr les informations concernant le trajet. Il n’est pas possible comme sur le TT de définir un itinéraire depuis cette zone mais bien de le suivre, une fois l’écran central rabattu pour libérer le champ de vision des passagers de toute pollution lumineuse la nuit. C’est très bien pensé et c’est donc une sorte de compromis permettant de maintenant la voiture à un bon niveau technologique en attendant l’arrivée du nouveau modèle. Autre point : la possibilité d’afficher dans cette zone une vue infra-rouge de nuit / vision nocturne, avec détection automatique des silhouettes humaines et donc d’éventuels dangers de collision. J’ai lamentablement oublié de faire la photo mais c’est assez « amusant » en soi, surtout ça peut être fort pratique la nuit, en ville ou ailleurs ! (on notera en aparté et totalement en digression le petit twitter Bang&Olufsen, adorable et garant avec le reste du système son d’une belle ambiance sonore dans la voiture, vraiment) (ainsi que la possibilité de relever l’assiette de la voiture, pour éviter de frotter le spoiler avant sur routes très pentues)

essai-audi-a7-sportback-v6-bitdi-320-interieur-73

Je pense que vous aurez compris lors de ma description de l’habitacle et de ses fonctions confort / aide à la conduite et autres que passer du temps à bord de cette voiture est très globalement un plaisir. C’est tout à fait vrai mais il y a toutefois quelques précisions à apporter quant au comportement général de l’auto et à quelques défauts fort heureusement perfectibles qui ont un peu grévé mon plaisir général. Je commence avec la direction, très précise et agréable en mode dynamique. Ce constat n’est malheureusement pas valable en mode confort avec une trop grande souplesse et une démultiplication vraiment importante, presque handicapante et dérangeante. Trop d’aide, pas assez de fermeté ni de ressenti. Il faut à mon sens paramétrer un mode « individuel » avec la direction en Dynamique et le reste en Auto pour vraiment obtenir le confort voulu.

essai-audi-a7-sportback-v6-bitdi-320-exterieur-2

L’autre point négatif concerne l’amortissement. Ce dernier est effectivement très bon, avec une suspension pneumatique qui fait remarquablement son travail sur routes bosselées ou lisses. Problème : tout son travail est ruiné par les pneus taille basse et la monte en 20 pouces qui, forcément, amortit moins ! En clair : c’est somme toute assez raide en amortissement, presque sportif, là où une BMW M550d m’avait justement semblé bien plus homogène. Dommage mais facile à éviter en choisissant la monte d’origine, moins jolie certes, mais plus facile à vivre au quotidien.

essai-audi-a7-sportback-v6-bitdi-320-exterieur-38

Dans le même registre, l’insonorisation en prend un coup ! Je n’ai pas été particulièrement impressionné de ce point de vue avec des bruits de roulement très présents dans l’habitacle, là aussi avec un filtrage forcément moins bon du fait des grandes roues. C’est dommage car comme je le disais, la qualité sonore du système B&O donne envie de profiter du son et des autres qualités de grande routière de l’Audi A7 Sportback.

essai-audi-a7-sportback-v6-bitdi-320-exterieur-37

Je chipote, je chipote, je vous sens ronchons mais il faut bien se rendre compte qu’on parle d’une voiture à… plus de 80k€ si je ne m’abuse ! Il est dommage de voir le confort général, excellent, abîmé par ces roues certes splendides mais ayant bien trop d’impacts collatéraux. Le V6 BiTDI se joint d’ailleurs à la danse du confort avec une réelle onctuosité et une sonorité artificielle agréable dans l’habitacle et à l’extérieur. Les 320 chevaux et 650 Nm sont disponibles à l’envi, se signalant seulement par un brin trop de vibrations lors de fortes accélérations, trahissant la vraie nature de ce moteur ! Oui, c’est un diesel et comme sur le SQ5, il aime finalement être emmené sur le couple et pas autrement.

essai-audi-a7-sportback-v6-bitdi-320-exterieur-64

Car oui, si ce moteur est doté d’un bel agrément, je trouve qu’il claque et un clonque un peu trop quand on le sollicite fortement. Il n’est définitivement pas fait pour aller dans les tours, c’est un diesel et se comporte en fait comme un gigantesque réservoir de couple dans lequel on puise au régime stratosphérique de 1450 tr/min… En bref : les quelques 5.2 secondes pour atteindre les 100 km/h sont une réalité mais le plaisir au volant de cette A7 se trouve vraiment dans l’onctuosité et la disponibilité à très bas régime de suffisamment de vigueur pour oublier la quasi intégralité du reste de la circulation automobile.

essai-audi-a7-sportback-v6-bitdi-320-exterieur-71

Quand le rythme augmente, le dynamisme allemand prend le relai, avec toujours un mélange de sobriété et de sportivité pas désagréable. Il faut bien garder à l’esprit que la bestiole pèse tout de même deux tonnes et que les freinages sont forcément un peu plus compliqués à poser, d’autant plus que le moteur s’obstine à tirer le tachymètre vers le haut avec force, servie par une boîte 8 absolument irréprochable en terme de vitesse, de fluidité et d’automatisation/pilotage. Le comportement en courbe n’est pas pataud, pas totalement dynamique non plus mais l’ensemble est honorable, bien servi par des sièges dotés du bon maintien. On peut évidemment aller encore plus vite mais en a-t-on vraiment envie ? Ce n’est finalement pas l’objectif premier de cette voiture mais il suffit donc de savoir qu’elle sait le faire, si besoin.

essai-audi-a7-sportback-v6-bitdi-320-exterieur-23

Il est temps de terminer cet essai, à la fois très satisfaisant et aussi un peu pénalisé par ces grandes roues sources de trop de bruits et de perturbations du confort à bord. L’Audi A7 Sportback est une grande routière par ailleurs quasiment parfaite, douce, onctueuse et dotée de tout le confort nécessaire pour traverser l’Europe d’un trait. Après 1400 km parcourus à son bord et avec une consommation moyenne de 7.4 L/100, je dois bien dire que je suis toujours amoureux de sa ligne et qu’elle touche à la perfection dans tous les domaines, se montrant donc économe à l’usage. Une fois n’est pas coutume, il faudra donc se contenter des roues d’origine pour préserver l’équilibre parfait entre dynamisme, confort et technologie que constitue cette A7, remise avec succès au goût du jour et parfaitement mâture à l’occasion de sa mi-vie. La maîtrise allemande, en somme, critiquée toujours, mais efficace, il faut bien l’avouer.

essai-audi-a7-sportback-v6-bitdi-320-exterieur-47 essai-audi-a7-sportback-v6-bitdi-320-exterieur-48 essai-audi-a7-sportback-v6-bitdi-320-exterieur-58 essai-audi-a7-sportback-v6-bitdi-320-exterieur-50 essai-audi-a7-sportback-v6-bitdi-320-exterieur-30 essai-audi-a7-sportback-v6-bitdi-320-exterieur-23 essai-audi-a7-sportback-v6-bitdi-320-exterieur-3 essai-audi-a7-sportback-v6-bitdi-320-exterieur-35 essai-audi-a7-sportback-v6-bitdi-320-exterieur-55 essai-audi-a7-sportback-v6-bitdi-320-exterieur-42

Tags de cet article
, , , ,