Yodelice – Tree of Life

Après le premier concert à l'Alhambra et celui au Studio SFR, j'ai finalement reçu l'album de Yodelice : Tree of Life … Aussitôt reçu, aussitôt écouté, aussitôt encodé et ajouté à ma musique portable : bilan après ces premières écoutes.
Premier constat : la musique du concert et du CD sont quelque peu différentes (vous me direz, c'est un peu normal) avec deux points en particulier : 
  • la caisse actionnée au pied en concert est ici nettement moins présente. Normal : il s'agit d'un album enregistré en studio, pas d'un concert ! Nullement gênant, soit dit en passant, la musique est simplement plus douce et plus adaptée à une écoute tranquille.
  • la voix de Maxim Nucci est un peu moins rauque / rocailleuse sur le CD … Volonté en concert de rendre la voix plus accrocheuse, plus présente. Là aussi, rien de gênant même si je trouve que certains morceaux s'en trouvent quelque peu transformés.

 Bon, et donc, les morceaux … ? On connaissait déjà bien Free, Alone et Sunday With The Flu disponibles sur MySpace et le petit player BRM, quid des autres ?

  • Insanity : voix rauque et fluctuante, de jolies cordes bien pincées … beaucoup d'émotion dans cette chanson qui fait partie de mes favorites avec notamment une belle montée finale et une fin abrupte à souhait,
  • Sunday With The Flu : le morceau "tube", un peu comme "Like a Hobo" de Charlie Winston. Hyper rythmé, entraînant, toujours cette voix rauque mais plus chaude et ronde pour ce morceau : j'aime !
  • Free : La guitare acoustique vibre parfaitement dans ce morceau et vient relever la voix de Yodelice qui joue plus sur le côté puissant cette fois. Jolie.
  • Alone : Un morceau tout en douceur. Une simple guitare, une voix délicate qui cherche les trémolos sans s'y perdre. Et puis ce vibraphone à la fin … splendide.
  • The Other Side : Morceau plus typé ici, très rythmique tant par la voix que par les instrus au début. On est marqué aussi par les jolies poussées du violoncelle et un milieu de morceau entêtant pour finir sur un bon mélange de ces deux parties. Vraiment bien composé.
  • Cloud Nine : Intro amusante avec des instruments qui se répondent avant de trouver une voie commune et de s'assembler autour de la voie de Yodelice. Habile ! avec un soupçon de cuivres sur le milieu pour rajouter un peu de chaleur. Un régal.
  • Emergency : C'est la chanson qui trouve le moins de crédit à mes yeux. La voix de Yodelice manque un peu de caractère ici, trop douce, trop "facile". L'ensemble est instrumentalement joli, mais ça ne prend pas chez moi. Tant pis.
  • Noise : Pluie en fond, piano et guitare bien accordés, voix sombre … il y a une belle ambiance (enfin, un peu sombre quoi) qui se dégage de se morceau. Le violoncelle surprend par ses fulgurances, ses dissonances presque. Ma favorite, je crois, pour tout ça.
  • Safe and Scared : Un morceau que j'ai du mal à cerner. Très triste, trop triste peut être … C'est beau, c'est doux, le violoncelle donne envie de chialer, la voix de Yodelice aussi. La chanson à écouter quand tu as le moral, sinon c'est l'ouverture de veines.
  • Shadow Boxing : Guitare entêtante et répétitive pour débuter, le corps réagit forcément et s'agrippe ensuite à la voix qui surfe sur ce rythme toujours présent. Pause. Longue pause. Arrive ensuite un piano, sorti d'on ne sait où et qui va clore cet album. Quatres minutes de puissante douceur qui cognent mon ego et me font une fois de plus regretter mon manque d'investissement musical depuis 5 ans. Quel beau final … 
Il manque là dedans la splendide reprise de Nirvana, le "happy crowd" déchaîné de l'Alhambra … et puis ce morceau purement instrumental, nourri d'une boucle de sons enregistrés sur le Tree of Life, cette poussière qui s'échappe du djembé frappé haut … ce sera donc seulement en concert que l'on pourra vivre ces bons moments.
 
{flickr4j_photo id=’3382149918′ size=’3′}
 
D'ici là, je vous conseille très vivement cette musique, l'ensemble est riche, musicalement plaisant, l'univers particulier … tout cela recèle de promesses pour l'avenir. J'espère vraiment que Yodelice saura transformer ce splendide premier essai.
 

13 Commentaires

  • Ping : Viinz
  • Cette manie de toujours mettre le single en deuxième position sur l’album a le don de m’exaspérer.

    Je ne parlerai pas de la musique en elle-même, je n’ai pas l’objectivité nécessaire pour ce genre de musique (je peux juste dire que je n’aime pas, et c’est léger)

    En revanche le concert devait effectivement être fort agréable. J’ai gardé un souvenir marquant de celui de Ghinzu en 2005 : intro déguisés en stormtroopers sur fond de marche impériale, pétage de plombs à la gratte, reprise d’Elvis pour son père dans la salle… impossible de retrouver ça en écoutant l’album.

  • Oui c’est systématique en effet … Je n’y suis pas forcément sensible toutefois, pourquoi est-ce que ça t’énerve ? (parce que ça met de bonne humeur pour la suite de l’album ?)

    Bon, en même temps, si tu m’avais dis « j’adore », j’aurais été obligé de prévenir Lousia d’un risque potentiel concernant ta santé mentale ! Moi, j’aime 😛

    Un peu cette idée là en effet, je n’avais jamais fait concert > CD, c’était toujours CD > concert. Amusant même si c’est en effet un peu frustrant.

  • Je considère que l’album est plus important que la somme de ses parties. Et un album, ça se construit, intelligemment si possible. On prend des risques (Opeth – fanbase death metal – qui ose démarrer par une ballade ; Hacride, qui démarre par une chanson de 15 minutes). Certains préfère équilibrer là où d’autres coupent clairement leur album en deux. On choisit minutieusement chaque emplacement, on travaille les transitions…

    Or la tendance des maisons de disques est la suivante : On commence par ce qui bouge, et ce dont on est sur que ça va plaire. Le reste des chansons ? On mélange ce qui s’assoupit un peu, et ce qui risque de déplaire à certains; exemple parfait avec Charlie Winston où la dernière de l’album – My Name – est (de loin) la meilleure. On part du principe que l’acheteur potentiel va écouter les quatre premières chansons dans la borne, puis va faire son choix. Ce n’est pas comme ça que je conçois la musique, ce n’est pas comme ça qu’on fait avancer quoi que ce soit.

    Je ne remet évidemment pas en cause le talent des artistes ici, comprenons nous bien ^^

  • Le problème, Geïst, c’est que tu écoutes la musique, là où de nombreux autres la consomment. On écoute de moins en moins un album en entier, on zappe, on télécharge à l’unité, et la dématérialisation de la musique va (je pense) faire de plus plus en plus diminuer l’aspect conception d’un album en faveur d’un aspect création d’un morceau.
    D’ailleurs ça ne m’étonnerait pas que d’ici quelques années, la musique se diffuse plus sous la forme de morceaux uniques que d’albums, avec des maisons de disques qui sortent au goûte à goûte les morceaux, ce qui rendrait visibles plus souvent leurs artistes. Ca n’a d’ailleurs pas que des défauts, notamment pour les chanteurs « peu productifs ».

  • Il y aura toujours des irréductibles ^^ C’est vrai, on se déshabitue progressivement du format 50-70mn. Il est parfois contraignant – fut un temps où on écoutait des opéras de 4h.

    Si comme tu le dis, on en profite pour soigner l’écriture de ses chansons, j’en serais ravi ! Et je le serais d’autant plus si tout ça voyait naître un nouveau format qui répond aux attentes de certains (type mp3 avec marqueurs, ou que sais-je)

    Allez, brainstorming : quel format pour la musique de demain ? =D

  • Un commentaire juste pour dire que j’aime bien la pochette du CD … l’image est très simple pourtant, mais bien ! Fond beige (je suppose) avec un dessin centré dans des ton foncés. Le nom saute bien aux yeux … c’est top ^^

  • Bonjour Vincent!

    Ton blog est super! J’aimerais te demander si tu savais où je pourrais trouver la partition de piano de Shadow Boxing. Je ne la trouve nulle part!

    Merci d’avance. Bisous.

  • Cheyenne > Bonjour ! Merci pour ce compliment, ça fait plaisir 😉

    Malheureusement aucune idée…

    Si tu es sur Paris, je suppose que du côté de la rue de Rome, dans les multiples magasins de partitions (Flûte de Pan &co), tu pourras trouver ton bonheur, mais pas sûr, l’album étant encore tout frais.

  • Bonjour
    J’ai acheter l’album de yodelice et j’aurais aimer savoir si c’est normal qu’il y aie des tâches sur le dessin de la pochette
    Merci 🙂

  • Ok merci Vinz oui c’est vrai c’est un dessin mais c’était juste pour savoir si c’était normal car sur internet quand je vois la pochette c’est différent car quand ça été colorié ça ne dépasse pas enfin je sais pas tu vois ce que je veux dire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.