Danone Communities : présentation du social business

Il y a deux semaines, dans la lignée de cet article écrit pour les Restos du Coeur, j’ai été invité par Danone Communities à leur soirée annuelle : une sorte de grand-messe destinée à présenter les projets, les résultats, les objectifs … autrement dit afin de faire le bilan de l’année écoulée.
En effet, au delà de cette opération conjointe Carrefour/Danone/Restos du Coeur qui a permis la distribution de nombreux repas (et notamment 2270 grâce aux 130 blogueurs impliqués), Danone est impliqué dans d’autres projets de développement social un peu partout dans le monde. Cela s’appelle Danone Communities et j’en ignorais complètement l’existence jusqu’à ce vendredi 6 mars.
Casino de Paris, une foule énorme, une assemblée attentive et extrêmement variée : universitaires, danoners, grands patrons, journalistes, membres d’ONG, ministre, étudiants et intervenants. Le but ? Nous présenter ce qu’est cet organe très important pour Danone et ses projets.
Ils sont trois, tous très différents mais tous très importants pour les populations qui en bénéficient :
  • tout d’abord, il y a ce projet monté conjointement par Muhammad Yunus et Danone : Grameen Danone Foods. Muhammad Yunus, c’est cet entrepreneur visionnaire qui a inventé le micro-crédit et l’a développé dans son pays, le Bengladesh. Le résultat : une banque, la Grameen Bank … qui a valu à son créateur un prix Nobel de la Paix. Associé à Danone, le but est maintenant de créer une usine faiblement automatisée, produisant des yahourts adaptés aux carences nutritionnelles des habittants de la région. Mené conjointement avec l’ONG Gain, le projet fonctionne, malgré la crise qui a aussi impacté son fonctionnement et le but est maintenant de le rendre pérenne et autonome. Comme quoi, le social business, ça fonctionne …
  • le second projet, ce sont les 1001 fontaines. Basé au Cambodge, ce projet a pour but de fournir des points d’eau potable aux populations, toujours avec comme idée de mettre en place un social business : générer du projet, de l’investissement au bénéfice des populations locales et de l’amélioration de leurs conditions de vie. Plusieurs sites sont déjà en fonctionnement et le projet suit son cours. Il nécessite au début un investissement assez important mais une fois lancé : il est simplement autonome. C’est une fois de plus la base du social business.
  • enfin, le dernier projet s’appelle la Laiterie du Berger, ou comment un vétérinaire sénégalais met tout en oeuvre pour valoriser la production laitière de son pays, et plus particulièrement des bergers Peuls. Au Sénégal, avant la mise en place de ce projet, l’essentiel du lait consommé au Sénégal était importé. Le but : inverser cette tendance, valoriser la production et la consommation locale. Cela s’est traduit pas une construction d’usine, l’amélioration du cheptel sénégalais, une approche marketing : autant d’outils fournis par Danone afin de rendre le projet pérenne.

Comme vous pouvez le voir, je fais de la pub pour Danone Communities. Ma foi, c’est normal, vu que j’ai pris rendez-vous avec mon banquier à la mi-avril pour discuter sicav. Car Danone Communities est en fait une sicav : tout le monde peut investir son argent afin d’aider ces projets.

Actuellement, je dispose d’un PEL, d’un LDD, d’un LEP, d’un CEL … Splendide, je n’ai pas à me plaindre. Tout cela me rapporte … allez, 3% en moyenne ? C’est aussi le résultat de la sicav Danone Communities en 2008, malgré la crise. En investissant dans cette sicav, vous :
  1. placez votre argent sur un placement plutôt sûr,
  2. le récupérez quand vous voulez,
  3. gagnez quelques % par an, soit autant que n’importe quel autre placement banquier qui lui, ne fait qu’enrichir votre banque,
  4. participez à votre petite échelle à quelque chose d’important et de fondamental dans notre monde en mutation !
Voilà, on était en train de parler développement de populations et projets, on se retrouve à parler argent. Les deux ne sont pas incompatibles, ça s’appelle le social business …
Comment on en arrive là ? Je vous en reparle la semaine prochaine, en vous racontant le reste de la soirée ! D’ici là, j’attends vos retours. Seriez-vous prêts à investir vous aussi ? Que pensez-vous de Danone et de Danone Communities, de sa présence clairement affirmée sur le web ? Quid du social business ? …

14 Commentaires

  • Ping : Viinz
  • Ping : Viinz
  • L’idée du social business est plutôt attirante, en fait relativement proche d’une certaine forme de mécénat.
    Cela est d’autant plus vrai s’agissant d’un Sicav.
    Cela dit, j’ai une critique au sujet de ton propos.

    S’agissant d’un SICAV les risques sont certes relativement faibles mais le capital n’est pas garanti : ce type de placement n’est donc pas comparable avec un LEP, ou un CEL.
    Il s’agit donc d’un placement potentiellement intéressant mais sur lequel on doit placer de l’argent sur lequel on ne compte pas.

    Quoi qu’il en soit je ne connaissais pas l’existence de Danone Communities mais tu m’as donné envie d’y jeter un ½il. 😉

  • Oui interessant, Danone Communities est une trés bonne initiative.

    Et pourquoi ne pas investir oui, si cela peut aider ne serait ce qu’un peu.

    Je serais plus apte a placer mon argent la dedans que dans une banque

  • Plusieurs choses.

    danone a entamé un plan de licenciement chez sa filiale Lu en 2001 alors qu’ils étaient bénéficiaires.

    les animaux nous fournissant en masse lait et viande ne sont pas nourris par des céréales qui poussent ici.

    des économies locales ont donc été transformées… pour notre bénéfice.
    c’est donc très sympa d’aider les pays pauvres… alors qu’on a tout fait pour qu’ils le deviennent.
    Note, tu le dis d’ailleurs, qu’on nourrit nos animaux avec leurs céréales et on leur revend le lait après ; pas con, fallait y penser.
    Et là donc quoi ?
    on lance une entreprise laitière au sénégal.. qui marchera vaguement et de lautre coté, on continue à leur vendre du lait. ca s’appelle le beurre, l’argent du beurre et la reconnaissance de la crèmière.

    Quant à acheter des actions… comment dire ? Ne me dis pas que tu crois vraiment qu’en en achetant, tu aides les PVD ? (désolée je suis un chouia agressive m’enfin là…)

    « S’agissant d’un SICAV les risques sont certes relativement faibles mais le capital n’est pas garanti »
    manquerait plus que ca le soit feufol.

    enfin je sais pas, allez lire ce que sont les filiales de danonce, lisez les partenariats avec Suez (enfin on va bientot nous dire que Suez est une ONG).

    allez hop un article tiens :
    http://ecolopresse.20minutes-blogs.fr/archive/2008/12/17/scandale-eco-emballages-le-grand-deballage-commence.html

  • François > Disons que ça peut être intéressant …

    Feufol > Tout à fait pour le mécénat même si avec le mécénat, on a tendance à donner ad vita aetenam. Alors qu’il semble que la volonté ici soit d’investir, de pérenniser puis de se retirer.

    Ce n’est bien sûr pas tout à fait comparable. Et donc oui, il faut d’abord songer à remplir les comptes « normaux » avant d’investir là dedans, ou bien le faire en simultané.

    Garko > Comme dit à Feufol, il ne s’agit pas forcément d’abandonner le placement en banque, mais de combiner les deux …

    valerie > Je m’attendais à de la remise en cause, elle me semble tout à fait justifiée de toute façon.
    Donc :
    – oui pour Lu … 🙁
    – le problème des céréales est assez « amusant » en France non ? On importe alors qu’on pourrait s’en passer. Donc ce serait en effet intéressant d’appliquer certaines méthodes à nous mêmes !
    – c’est en effet très « sympa » de les aider, l’idéal aurait été de ne pas faire de merdes sur les 50 dernières années. Bon, le mal est fait. On peut agir quand même non ? essayer de réparer un peu ?
    – oui, il y a peu de chances que le Sénégal devienne autosuffisant au niveau laitier, mais on peut au moins diminuer sa dépendance ?

    Je ne vis pas dans le monde des bisounours mais j’apprécie malgré tout cette démarche qui me semble être un compromis plutôt appréciable entre profit/capitalisme et approche « sociale ».
    Après, certes, l’idéal serait de faire du social pur et dur, je vote pour. Je vote aussi pour que Danone, Totale et Suez donnent 80% de leurs profits pour développer les PVD. Le patron de Danone semble attaché à cette idée, sauf qu’il est simplement PDG, pas actionnaire majoritaire. Donc, il faut changer le point de vue des actionnaires …
    Mais bon, le capitalisme, quand il est exploité de manière raisonnée, est un modèle qui fonctionne. Reste à définir le « raisonné » et je trouve que le social business peut être une réponse parmi d’autres.

    Enfin, concernant les casseroles que chaque grand groupe se trimbale, on ne peut que les déplorer. Le discours de Franck Riboud était à ce titre intéressant, j’en parlerai dans mon prochain billet.

  • « On importe alors qu’on pourrait s’en passer. » a priori non. Faudrait vérifier mais vu la consommation de dérivés animaux – qu’on retrouve dans tout – l’europe n’a pas les terres suffisantes pour cultiver les céréales nécessaires à ces animaux (et en plus pour les humains).

    « l’idéal aurait été de ne pas faire de merdes sur les 50 dernières années. » on répare rien c’est le souci. On continue à bouffer de plus en plus de viande, de plus en plus de produits laitiers et il faut bien nourrir les bêtes en question.

    « oui, il y a peu de chances que le Sénégal devienne autosuffisant au niveau laitier, mais on peut au moins diminuer sa dépendance ? » yep mais soyons clairs quel est l’interet de danone la dedans ? il n’y a aucun interet à ce que les pays africains s’autoalimentent.

    « Je vote aussi pour que Danone, Totale et Suez donnent 80% de leurs profits pour développer les PVD. »
    sauf que c’est du cynisme pur et dur ca.
    Tous les grands groupes mondiaux sont impliqués dans des scandales en Afrique. voir Bolloré et l’hevea et les casseroles sur le travail des enfants, Cogema et l’uranium, les uns et les autres qui paient pour l’obtention de marchés publics africains.
    donc d’un coté tu exploites et de l’autre tu rends (et tu rends ca bien public ?).

    tiens ca aussi hein : http://www.respire-asbl.be/Danone-fait-dans-la-charite-et

    et ca c’est danone :
    http://trop-enerve.blogspot.com/2007/11/la-ferme-al-safi-la-vache.html

    http://www.fermedelaguilbardiere.fr/modules/news/article.php?storyid=13
    (ils vont faire ca en algérie aussi). donc leurs chouettes discours sur le bio, l’humanitaire, bla bla…

  • Valérie > Hum, je n’ai pas de chiffres sous la main mais tu as sur ce point sans doute raison, ne serait-ce qu’au niveau de l’augmentation stupide de la conso viande/laitiers.
    (chose que j’évite de faire ^^)(bon, sauf le fromage, faut pas déconner non plus)

    Quel est l’intérêt de Danone ? Je pense qu’ils n’en ont que peu, si ce n’est au niveau « image ». Et au niveau gain de marchés dans le futur, avec une « image » améliorée justement. Mais au moins, ils agissent, et c’est déjà pas mal pour un groupe gigantesque de faire quelque chose (c’est mon côté bisounours qui ressort).

    Cynisme … j’aurais plutôt dit utopie ! Parce qu’il suffirait que tous les actionnaires changent de mode de pensée/fonctionnement pour qu’une part nettement plus importante des bénéfices soit réinjectée dans du social business ou de l’aide aux PVD. Franck Riboud a semble-t-il en tête de faire voter quelque chose de ce genre bientôt. Y arrivera-t-il ? On verra mais j’ai du mal à y croire.

    Comme tu dis, ce sont de chouettes discours, mais aussi quelques chouettes actions. Qu’un grand groupe bouge dans ce sens, c’est une bonne chose, les autres suivront peut être ?
    Après, ils restent des grands groupes = nécessité de profitabilité, de performance.

    Tout ça est extrêmement contradictoire mais ces multinationales, si elles deviennent « humaines », sont les seules à avoir un « pouvoir » global, peut être même plus important que de nombreux états.

  • Ca m’intéresse ce genre de placement … tout est expliqué sur le site ? je me renseigne demain!

    ps : tu vas à la soirée des Anciens le 18 ?

  • « Quel est l’intérêt de Danone ? Je pense qu’ils n’en ont que peu, si ce n’est au niveau « image » ».

    Tu as tout dit dans cette phrase. C’est l’image qui permet à Danone de vendre plus cher leur produit qu’un « générique » (fabriqué avec les mêmes ingrédients dans les mêmes usines, cf 3A par exemple).

    C’est pour ça aussi que la danone cup et danone comunities ont pour parrain un célèbre footballer à cheveux de moine. L’image. Le social business est très fort : ça ne coûte rien ou presque, et ça rapport gros quand c’est bien fait.

    Et encore, on ne parle pas de leurs travaux sur l’étiquetage « vert ».

    Pour ce qui est de l’indépendance alimentaire, le continent africain (une bien plus grande diversité climatique que l’Europe) est tout à fait capable de se nourrir seul, sauf que si l’envie lui en prenait, l’OMC lui rappellerait ses engagements à produire à bas coup les produits dont l’ouest a besoin contre l’annulation des intérêts de la dette. On ne va pas laisser des nègres mettre en péril notre liberté de manger des bananes et à changer tout les 6 mois notre garde-robe en coton simplement pour assurer leur indépendance alimentaire. Voyons

    Pour conclure, je ne te savais pas si utopiste.

  • Cha > Normalement tout est expliqué oui ! Uh, quelle soirée ???

    Bôôh > Humf, tu es chiant avec tes arguments imparables, comme Valérie en fait ! Vous êtes de grands cyniques 🙂
    Utopiste … parfois si, quand je pense qu’il peut y avoir une vraie dynamique autour d’un concept.
    J’espère ne pas me tromper même si comme tu le dis les intérêts des « grands » prime toujours depuis 50 ans.

  • Sur un sujet un petit peu différent

    Hello Vincent,

    Je viens parler de quelque chose d’un petit peu différent mais qui devrait t’intéresser puisque tu es sensible aux actions du Groupe Danone :

    depuis peu est ouvert un site nommé [b]Entre Nous et Danone[/b] ( http://www.entrenousetdanone.com/ )

    C’est une communauté en ligne dédiée aux consommateurs qui a pour vocation d’être un espace ouvert aux échanges (sur les forums « [i]Discussions libres[/i] ») et aussi preneur des avis des consommateurs (parce que si les gens qui achètent les produits se posent des questions .. les marques qui les conçoivent en ont aussi).

    Enfin 🙂 J’espère que cela t’intéressera !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *