Stockholm – Gamla Stan, Skeppsholmen et Kastellholmen

Après la visite de Östermalm et Vaxholm, il était temps de se pencher sur le reste de l’hypercentre de la capitale suédoise, Stockolm. Le menu tient en trois noms pour autant d’îles : Gamla Stan, Skeppsholmen et Kastellholmen. Si la première trône en plein centre ville, train d’union entre les quartiers nord et sud, les deux autres sont posées dans la mer Baltique, reliées au nord à Norrmalm, véritables îles musées riches de forêts et beaux bâtiments. Je commence d’ailleurs par elles deux, avant de m’atteler à vous parler du centre historique qu’est Gamla Stan, littéralement vieille ville en suédois.

Skeppsholmen, c’est vraiment l’île musée avec le gigantesque musée d’Art Moderne (Moderna Museet), l’Östasiatiska Museet (Extrême-Orient), le tout parsemé de sculptures de Niki de Saint Phalle, gardé par un gigantesque trois mats servant d’auberge de jeunesse et donnant sur le tout aussi gigantesque National Museet, côté « continent » par le vieux pont couronné qui offre une vue splendide sur Gamla Stan.

Quel programme ! Il y a de quoi par mauvais temps profiter de Stockholm sans mettre le nez dehors. Sauf que ce jour-là, il faisait un temps magnifique et que j’avais tout sauf envie pendant ce citytrip de m’enfermer dans des musées, encore moins que d’ordinaire d’ailleurs !

Tandis que l’on progresse sur la rive ouest, les caractéristiques de la petite île voisine se laissent entrevoir et surtout font bien comprendre son nom : Kastellholmen. Il y a bien là au sommet de ce petit rocher entouré d’eaux baignées de navires à l’amarre un petit château, dominant l’île très proche de Djurgården.

Retour par la rive est, au milieu d’une nuée de navires à quai, au pied du Moderne Museet que je ne visiterai pas, faute d’un mélange de manque de temps et d’envie ! L’art contemporain et moi sommes assez étrangers l’un à l’autre, voire totalement quand le soleil brille dehors. Il fait trop bon flâner sur les quais de ces deux petites îles, une sorte de pause au milieu de la jonction entre les eaux de la Baltique et du Mälaren.

Retour sur la terre « ferme », direction Gamla Stan. Pour vous imaginer Gamla Stan, c’est simple, regardez l’image ci-dessous. Une vieille ville ayant envahi tout l’espace disponible d’un petit îlot sis au milieu des flots, havre de civilisation depuis plus de 700 ans.

La visite de l’île majeure de Stockholm commence par le fameux palais royal qui la défigure, monstre de pierre austère au milieu de jolis immeubles colorés et de jolies ruelles pavées. Difficile de tomber en pâmoison devant ce gros bloc sans grande âme, totalement statutaire et dénué de chaleur. Du coup, j’assiste l’œil à la fois amusé et blasé la traditionnelle relève de la garde qui se fait devant une foule massive. Folklore, bien sûr, tradition aussi, au pied d’un colosse aux façades fermées.

L’intérieur ne va pas vraiment plus m’enthousiasmer. La chapelle royale est assurément magnifique, les appartements montrent quelques pièces antiques de toute beauté (les vieux salons sont une merveille, avec les vieux poêles et tous les mobiliers d’époque) et on peut observer quelques plafonds et parquets vraiment incroyables. Le fait est que ce palais est encore utilisé et qu’on paye une somme non négligeable pour venir observer les lieux de villégiature de la royauté suédoise.

Autant je paye avec bonheur mon entrée à Versailles, autant là, je ne sais pas, ça me chiffonne. J’ai l’impression d’être le peuple payant pour voir les rois et ça me colle une petite forme de nausée. Réaction de français ayant décapité son dernier Roi ou réaction d’une classe moyenne face à un luxe superfétatoire pour des gens qui sont déjà au dessus de tout et font payer pour qu’on vienne voir le trésor royal et ses joyaux splendides ? Je n’ai pas de réponse.

Retour à l’extérieur pour une bouffée d’air de nouveau ensoleillé. Les ruelles avoisinantes du palais sont heureusement plus belles que ce dernier. Pavées, étroites, bordées d’immeubles magnifiques notamment sur la place de Stortorget, c’est un vrai régal que de les arpenter, même au milieu du mois d’août au milieu de l’affluence touristique. Les quelques vieilles églises qui ponctuent ce parcours, ainsi que la fameuse ruelle plus étroite de la ville rajoutent un charme certain pour ce petit tour qui ne vous prendre qu’une grosse heure mais vous en mettra plein les yeux, avec un léger parfum d’Italie dans l’air, à force d’ocres et de lumières chatoyantes dans les arbres et branches ici et là.

Changement d’île le temps d’une escale dans l’église de Riddarholmen (l’îlot des chevaliers) : Riddarholmskyrkan. C’est ici que sont enterrés les rois et reines de Suède depuis le XVIème siècle. Blasons et stèles partout au sol et sur les murs et petites chapelles pour les reines d’un côté, rois de l’autre avec au centre, deux splendides sarcophages, majestueux.

Avant de repartir pour Gamla Stan et l’ultime visite du jour, il ne faut pas manquer la gigantesque esplanade orientée plein ouest qui permet d’observer les derniers mètres d’eau du lac Mälaren et surtout d’observer l’hôtel de ville de Stockholm, monument monstrueux planté sur l’île de Kungsholmen. Le soleil ici est délicieux, tout comme les embruns du lac.

Dernière étape pour cette journée : l’armurerie royale, Livrustkammaren. Située au sous-sol du palais, elle est étonnamment gratuite et vous auriez terriblement tort de ne pas aller la visiter ! Deux raisons à cela : l’incroyable collection de carrosses d’une part ; l’incroyable (encore) succession de salles splendides peuplées d’armures, de costumes royaux, d’armes et autres accessoires, le tout couvrant au bas mot deux ou trois siècles d’histoire de la Suède, costumes de rois assassinés inclus ! Vraiment à voir !

Il est temps de quitter Gamla Stan et ces deux petites îles centrales, après une forte dose de touristes en goguette, moi inclus bien sûr ! Les ruelles de Gamla Stan sont extrêmement agréables quand elles sont baignées d’une telle lumière et tranchent avec bonheur avec l’austérité décevante de ce palais au prix honteux et presque déplacé au milieu de la douceur de l’architecture centenaire suédoise.

Quant aux îles de Skeppsholmen et Kastellholmen, elles sont une escale verdoyante et maritime à quelques pas seulement de l’hypercentre, havres de paix protégés de l’activité de la capitale grâce à la largeur toujours impressionnante du bras de mer qui s’engouffre dans le lac Mälaren. S’il fait beau, c’est une balade nécessaire pour prendre la mesure de la ville grâce aux petites esplanades surélevées du château et du musée d’Art Moderne, une occasion unique de se rendre compte du format si particulier de Stockholm.

Où dormir à Stockholm ?

Comme indiqué dans mon article précédent, j’ai choisi de dormir à Östermalm, sur la ligne 1 du bus, dans des appart’ hôtels de qualité : BIZ Apartment Gärdet.

Où manger et boire un verre à Gamla Stan ?

J’ai beaucoup apprécié l’une des vieilles places de la ville, Järntorget, où les rayons du soleil donnent le temps d’une petite heure où il fait bon s’attabler pour boire un café et grignoter quelques-unes des sucreries dont les suédois sont si friands. Il y a là le classique Sundbergs Konditori mais aussi d’autres petites adresses ayant pignon et quelques tables sur rue.

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *