Sri Lanka – douceur de vivre à Tangalle

Le bus pour Tangalle, depuis Tissamaharama, marque véritablement le début du troisième voyage dans cette visite du Sri Lanka. Après une semaine dans les plaines tropicales du triangle culturel, une semaine dans les plantations de thé des montagnes, il était temps de passer une dernière semaine au bord de l’océan Indien, sur la côte sud, entre Tangalle et Galle, avant de rejoindre Colombo.

Je vous raconterai dans deux prochains articles ma découverte de deux zones de cette côté, je vais ici me concentrer sur Tangalle, où j’ai passé 3 nuits. Si c’était à refaire, j’y passerais peut-être une nuit de plus, peut-être même deux. Tangalle est calme, très calme. Le train ne vient pas jusqu’ici, il faut venir en bus ou avec un chauffeur. Voilà qui effectue un tri conséquent dans le nombre et le type de touristes présents sur zone.

Tangalle, c’est donc tout d’abord une plage splendide, très étendue et coupée par une sortie de mangrove en son milieu. Il n’y a pas grand monde, très peu de zones de baignade également car l’océan Indien se jette de toutes ses forces sur les côtes du Sri Lanka. C’est la même chose partout sur la côte sud, soyez en bien conscients. On peut toutefois facilement se baigner, entre deux marches le long de la côte et autant de sessions à lézarder.

sri-lanka-tangalle-3

sri-lanka-tangalle-36

Tangalle, c’est aussi, tout au bout de la plage et au raz du centre ville, une petite zone de baignade naturelle et bien protégée, plutôt réservée aux locaux. Non pas que les étrangers n’y soient pas les bienvenus mais disons que les sri lankais peuvent aussi être pudiques et apprécient qu’on les laisse savourer leur baignade. C’est à respecter, cela n’empêche pas de se joindre aux multiples sourires, de voir les gosses jouer sans fin dans les vagues et déguster ces fameux petits sachets de pois chiches et leurs accompagnements. Voici une madeleine de Proust en ce qui me concerne.

sri-lanka-tangalle-13

sri-lanka-tangalle-19

Tangalle, c’est aussi ce petit oiseau qui avait élu domicile dans la salle de bain à l’air libre de notre chambre. Il s’agit d’un Souimanga de Loten. Le mâle, coloré, montait la garde et braillait parfois à notre venue. La femelle quant à elle, beige, enchaînait les allers et retours pour nourrir les petits qu’on entendait parfois piailler gentiment. Ils se sont un peu habitués à nous, mais le mâle braillait toujours autant. Pii wii !

Tangalle ensuite, c’est une mangrove dans laquelle on peut se balader en canoë, avec un 7D si on est vraiment joueur… Le mieux est d’y aller très tôt le matin ou tard le soir, toujours pour voir un maximum d’animaux. N’ayez pas peur des varans…

sri-lanka-tangalle-103

sri-lanka-tangalle-109

Enfin, Tangalle, c’est aussi à quelques encâblures en bus, le joli temple de Mulgirigala Raja Maha Viharaya (ouch). Il faut d’abord prendre le bus pour Beliatta puis prendre une des dessertes locales, toujours un bus mais dans un état déplorable (le pire du voyage !), fort heureusement bien incapable de dépasser les 20-30 km/h. Ouf.

Le temple se dresse sur un piton de granit au milieu de la jungle, au calme. Les singes y sont légion, la vue sur les environs est superbe et il y a bien évidemment des grottes dotées de fresques splendides. Parfait pour une visite matinale avant de revenir à Tangalle profiter de la douceur de l’océan.

En résumé, Tangalle était un havre de paix, un autre Sri Lanka, en toute quiétude, avec du bon manger, de beaux lieux, de belles gens et de quoi se reposer l’esprit après deux semaines assez intenses ! Mon seul regret, décidément, est de ne pas y être resté un ou deux jours de plus.

sri-lanka-tangalle-95

Comment se rendre à Tangalle ?

Le bus depuis Matara ou depuis Tissamaharama est la seule option, le train ne « poussant » pas jusque Tangalle (pour le moment). Vous avez aussi l’option chauffeur ou tuk-tuk mais je recommande vraiment le bus sur ce grand axe du sud où clairement, la loi du plus et du plus fort règne largement ! Autant être de ce côté-ci.

Où dormir à Tangalle ?

J’ai dormi les trois nuits chez Shehani Beach Bungalow et je ne le regrette pas. Personnel adorable, lieu extrêmement calme, petit-déjeuner très honnête, dîner à priori également (pas essayé) et tarif avantageux. Que dire de plus ? Rien. Oh si, la plage est aménagée avec hamacs et autres. Par-fait, même s’il faut marcher un peu pour aller trouver une zone de baignade protégée des vagues.

Où manger et boire un verre à Tangalle ?

Aller au bout de la ville pour trouver un petit stand de pois chiches, avant tout.

Pour la nourriture un peu plus copieuse, j’ai mangé à chaque fois chez Star Fish, un petit groupement de tables juste au dessus de la plage, avec vue sur les étoiles et la mer. Rien à dire, poissons très bons et le reste aussi.

Pour les verres enfin, en journée, c’était un peu n’importe où mais plutôt au niveau de la zone de baignade centrale, le Dilena Beach Inn si je me souviens bien.

Combien de temps rester à Tangalle ?

Concrètement, deux jours complets plus un petit bout suffisent à voir la ville, profiter de la plage et visiter les alentours. Disons qu’une journée complète de plus aurait permis de souffler encore un peu plus, deux aussi. Surtout, ayez bien conscience que Tangalle est relativement peu peuplée, absence du train oblige et ça, c’est une bénédiction.

Tags de cet article
, , , ,