Sri Lanka – randonnées et grand calme à Ella

Après ces deux journées à Nuwara Elya et dans les Horton Plains, il était temps de quitter la haute montagne du Sri Lanka pour rejoindre un niveau intermédiaire, moins élevé, moins frais, plus sri lankais en quelque sorte mais toujours un peu à part : Ella. Il faut pour cela continuer de suivre la voie ferrée vers Badulla, depuis Nanu Oya. La météo, toujours capricieuse, va changer peu à peu, au fil de l’altitude décroissante.

Ce train est rapidement bondé. De nombreux touristes avec chauffeur font en effet le choix de grimper à Nanu Oya pour rejoindre Ella en train, où leur chauffeur les attendra tranquillement, s’étant tapé la route tout seul. Ce trajet est donc un choc de voyageurs et de locaux. Les locaux et touristes habitués du train ont leurs habitudes, trouvant rapidement place, sacs rangés et sourire. Les fortunés, habitués à l’habitacle de leur voiture climatisée, déchantent quelque peu. Les mines sont souvent un peu grises quand ils réalisent que le voyage en seconde ou troisième classe se fera dans des conditions quelque peu différentes de leur quotidien sri lankais. Ce fut pour moi la preuve supplémentaire du bien fondé de ne pas prendre de chauffeur au Sri Lanka pour voyager comme les locaux, autant que je le pouvais.

Je comprends en tout cas bien la logique de ces touristes décalés : le paysage d’abord à droite du train dans le sens de la marche, puis à gauche sur la dernière section à l’approche d’Ella est incroyable. On circule parfois sur des crêtes venteuses avec d’un côté comme de l’autre des rizières et forêts à perte de vue. Quelques tunnels dans lesquels les sri lankais hurlent en rigolant, d’autres sections creusées à même la roche, à ciel ouvert et dans lesquelles le train se loge tout pile. Ce trajet est spectaculaire, à n’en pas douter, quel bonheur ! Attention toutefois, notez qu’il y a des slow comme des fast trains ! J’ai opté pour le premier et oui, slow veut bien dire lent, voire très lent.

sri-lanka-ella-train-5

sri-lanka-ella-train-9

sri-lanka-ella-train-20

sri-lanka-ella-train-26

Arrivée à Ella. Je loge encore une fois un peu à l’écart de la ville, non loin de la voie ferrée. Cela grimpe raide depuis le centre, idéal pour évacuer les bières le soir, un peu moins agréable avec le backpack sur le dos et le sac photo sur le ventre mais c’est faisable ! Surtout, la vue est incroyable, donnant un avant-goût du programme du lendemain : les ascensions de l’Ella Rock et du Little Adam’s Peak.

Le lendemain matin, je commence par l’ascension de l’Adam Rock. Il faut pour cela remonter la voie ferrée pendant quelques kilomètres. La voie est suffisamment large pour ne présenter aucun danger si d’aventure un train passe à ce moment là ! Seul moment d’attention : le joli pont métallique après lequel il faut bifurquer à gauche pour grimper à travers champs et forêts en direction du sommet.

sri-lanka-ella-randonnee-3

Une fois le pont et les cascades passées, le chemin n’est pas forcément évident à trouver jusqu’au petit village qui marque la première moitié de la randonnée. On s’y retrouve malgré tout, souvent aidé par les locaux qui indiquent le bon chemin à prendre, la tendance sinon étant plutôt au cul de sac et demi-tour ! Bref : ça grimpe, gentiment mais sûrement.

sri-lanka-ella-randonnee-10

Après une nouvelle session à grimper au milieu des arbres, le premier point de vue est atteint. On découvre la vallée encaissée au sommet de laquelle Ella s’établit et surtout, le Little Adam’s Peak est pile en face ! Le fait est que l’Adam Rock est plus grand, bien plus grand, mais on y reviendra.

sri-lanka-ella-randonnee-16

Dernière section. Raide, bien raide, au milieu des eucalyptus. Il fait relativement frais mais la température grimpe vite dans ces chemins un peu traîtres qui mènent au sommet ! Cela ne dure en tout cas pas très longtemps, avant que l’on ne sorte de la forêt d’eucalyptus, dense, apaisante. Quelle vue !

Il est temps de redescendre, comptez 3-4 heures de marche pour l’aller et retour, à la grosse cuiller !

Prochaine étape : un temple, celui de Dowa Rajamaha Viaharaya. Situé sur la route entre Bandarawela et Badulla, il est facilement accessible en bus depuis Ella. La descente depuis les 1000 mètres de Ella est d’ailleurs impressionnante !

sri-lanka-ella-randonnee-53

Retour à Ella grâce à un adorable chauffeur parlant français, dont les clients étaient justement dans le train ! Quitte à faire la route, il a souhaité nous rendre service, gracieusement, comme ça. L’après-midi n’est finalement que légèrement entamée, j’ai modifié mon programme en partant aussitôt gravir le Little Adam’s Peak. Cela n’avait pas l’air loin, il faisait beau, autant en profiter ! J’ai bien fait. La balade est courte, très courte ! Cela tient plus de la promenade du chien le dimanche qu’autre chose. Appeler ce sommet “Adam’s Peak”, même avec un Little devant, est d’une prétention incroyable. Oui, il y a une centaine de marches… Heureusement : la vue est splendide. C’est tout ce qui compte.

Sans rancune, allez ! On n’oubliera pas pour finir la découverte de Ella la visite du petit jardin d’épices, nettement moins visité et peuplé que ceux de Kandy et puis surtout on retournera voir passer les trains au bord de la voie ferrée !

Vous m’aurez compris : après la légère déception que fut Nuwara Elya, Ella est un régal pour le marcheur et se montre particulièrement agréable à vivre. La rue principale va en revanche très vite évoluer en paradis pour touristes, tout y étant en plein développement / explosion. Comme je le disais dans un article précédent, le Sri Lanka vit une explosion du tourisme avec la fin de la guerre civile entre cinghalais et tamouls. Le problème est que cette explosion est tout sauf contrôlée, tant architecturalement qu’au niveau du traitement des déchets, au respect des populations animales et ainsi de suite. On peut donc d’ores et déjà s’attendre à ce qu’Ella change assez radicalement de visage dans les années à venir. Les paysages resteront sublimes, ce sera toujours ça de pris !

Comment se rendre à Ella ?

Le moyen évident est le train, que ce soit depuis Badulla ou depuis l’une des gares entre Colombo et Ella. Le parcours est magnifique, je n’imagine même pas faire la même chose en bus ou en voiture, ce serait vraiment gâcher !

Où dormir à Ella ?

Dormir un peu à l’écart du centre n’est pas une mauvaise idée car la rue principale s’avère un peu bruyante. L’idéal reste de grimper un peu sur les flancs face au Little Adam’s Peak et à l’Ella Rock, sans trop s’éloigner pour autant. Ma guesthouse était de ce point de vue parfaite ! Calme, propre, bon délicieux petit déjeuner et même une session avec famille, voisins et amis un matin pour célébrer le nouvel an. Le nom : Blue Ribbon Homestay.

Où manger et boire un verre à Ella ?

La rue principale ne manque clairement pas d’adresses et l’occidentalisation des adresses est clairement en cours, ce qui est quelque peu perturbant pour qui chercherait des endroits un minimum authentiques, sans burgers, smoothies et autres bagels. Pour les verres, le Dream Café est très correct, avec absence de musique et léger calme du fait de la terrasse en contrebas de la route. Dans une autre optique, le Chill Café, repère de tous les occidentaux “cool”, avec musique d’ascenseur lounge et sofas à la noix. Bref, on a les mêmes à Paris.

Pour manger, ce fut chaque soir au Jade Green : réservation à l’avance de la place et du repas, cuisine sri lankaise avec très peu de couverts, familiale, donnant sur la rue principale, savoureuse et fraîche. Parfait.

Combien de temps rester à Ella ?

Je suis arrivé en milieu d’après-midi le premier jour, ai passé une journée complète pour randonner avant de filer le lendemain matin. C’était je pense une durée très convenable. Une journée de plus pour trouver de nouvelles randonnées aurait pu être sympathique mais pas forcément nécessaire dans une logique de couverture presque complète du pays en trois semaines.