Sardaigne – De Castelsardo à Stintino – le Paradis existe

Dernier jour. Alors on se dit qu’il faut voir de jolies choses afin d’achever un séjour magnifique par quelque chose d’aussi beau, d’aussi bluffant que certains des paysages que l’on a pu voir pendant cette semaine sarde. Première étape : se rapprocher de la Corse. Pour cela, il n’y a pas trente six solutions et Castelsardo est l’une d’elles.

Castelsardo, c’est ce bourg accroché à un piton rocheux d’où on aperçoit l’île de Beauté. Bâti au XIIème siècle par les génois et son histoire fut mouvementée ! Espagnols, génois, sardes, tous se sont battus pour avoir l’administration de ce fort imprenable (ou presque). Les ruelles de la ville haute forment une balade agréable bien qu’un poil ardue quand on part du point le plus bas pour arriver sur les remparts !

Mais la vue d’en haut est magnifique. La ville d’un côté, la mer de l’autre, Porto Torres (une ville sans intérêt) et l’Isola dell’Asinara au loin à gauche… et puis la Corse, si proche, à droite.

Un dernier regard en partant, on file vers Porto Torres. La ville en question n’a aucun intérêt alors que Sassari, rapidement traversée en allant à Castelsardo m’a quant à elle donnée des idées de Catania en Sicile. Vieille ville culturelle et étudiante… Passée Porto Torres et en approchant de Stintino, la côte devient diablement belle, agrémentée de quelques stagni et de vieilles tonneries à l’abandon avec vue sur le sable blanc immaculé et la mer turquoise.

Stintino, que l’on peut éviter en arrivant pour rejoindre la fameuse plage de la Pelosa, est un joli petit village de pêcheurs qui a su garder son charme malgré l’arrivée massive du tourisme depuis quelques années dans la région. Un vieux port enclavé entre les maisons, quelques bars et une route côtière de toute beauté longeant de petites criques et plags désertes. Cela vaudrait le coup de revenir ici et de profiter du calme de la bourgade par rapport aux quelques kilomètres suivants ! Les parkings sont pleins au niveau de la petite langue de sable, les touristes se massent comme des bestiaux sur cette langue de gravillons. Les fous ! De la même manière, un ensemble touristique de villégiature a poussé à quelques kilomètres de là : belles villas, routes tracées au cordeau, tout cela pue le fric et l’immobilier dégueulasse.

C’est bien triste car à la plage de la Pelosa, pour peu qu’on s’éloigne de 200 mètres de la langue de sable, il n’y a personne ou presque sur les rochers qui permettent de plonger directement dans l’eau cristalline. Quelle claque visuelle ! Et quel délice de se baigner ici, de traverser le bras de mer pour aller faire le tour de l’îlot sur lequel trône la tour de guet.

Derrière la tour, c’est le parc national dell’Asinara, l’unique royaume du non moins unique âne blanc de Sardaigne. Nous n’avons pas eu le temps d’aller nous balader dans le parc pour rencontrer ces fameuses bestioles, il vaut mieux prévoir une journée complète pour déambuler de crique en crique et de plage en plage. Ce sera pour une prochaine fois mais en attendant, l’on s’est bien gorgé de la vue, bien posés sur nos rochers.

Retour dans la péninsule du Sinis pour la dernière soirée… Dernier coucher de soleil, dernier repas sarde (dieu que la bouffe sarde est bonne), dernier verre posé sur les rochers. Le retour va être difficile.

La bonne nouvelle, c’est que dans tout juste une semaine, j’y repars… Au menu cette fois-ci, la côte est. Nul doute, le retour n’en sera pas moins difficile mais la Sardaigne mérite bien qu’on y retourne à plusieurs reprises.

Join the Conversation

10 Comments

  1. says: LZ

    Rentrée. Mon Reader déborde, lecture en retard et en suspens durant l’été. Mais tes posts sur la Sardaigne me font repartir en voyage. Merci…

  2. says: Patricia Vinot

    Cher Vinz,

    Il me semblait incontournable de te remercier pour l’aide apportée par tes différentes photos et commentaires concernant notre toute prochaine destination, la Sardaigne. Même si le guide version papier est un précieux allié pour organiser puis vivre son périple, je crois que rien n’egale l’experience et le vécu rapportés par quelqu’un ayant la même façon d’apprehender un continent, un pays, une région et ses multiples lieux à découvrir. Sur notre Mac, la page. Viinz.com reste ouverte en permanence : soit mes recherches se font à partir de ce que j’y trouve soit je m’y réfère en parcourant mon Lonely Planet. Ton site est vraiment très agréable à parcourir et j’y ai retrouve bien des endroits où nous sommes allés. Avec nos 2 ados de 15 et 17 ans, nous avons eu le plaisir de savourer les Cyclades, de nous immerger dans les temples d’Angkor, de Thaïlande, de Bali et de vivre l instant présent sur Gilli Trawangan, loin loin du débarcadère…Même si certains lieux restent incontournables et forcément un peu trop touristiques ( mais ne sommes nous pas nous même des touristes ), comme toi, nous aimons découvrir des pépites dont seuls les locaux peuvent nous faire l’honneur de la visite. Si je peux me permettre, puisque la nature sauvage (ou l’homme n arrive pas toujours ( heureusement !!!) à laisser son empreinte) semble être un élément essentiel dans ta quête de “l’ailleurs”, la Tanzanie et notamment son très vaste parc du Serengeti, offrent une vision de la planète exceptionnelle. La vallée du grand Rift, les plaines immenses, les kopje, le ciel (majestueux quel que soit le temps) et bien sur la flore et la faune sauvage offrent un spectacle éblouissant, qui laissent sans voix…Certes, les safaris sont appréciés par plus d’un mais franchement a part dans des lieux très précis, on est très souvent seuls sur la route pour apprécier ce pays exceptionnel. Une nuit sous la tente en pleine savane est aussi l’expérience d’une vie. Quelques jours sur la côte est de Zanzibar, notamment le petit village de Jambiani termine ce voyage en apothéose…voilà, Ton site est un vrai cadeau pour qui prépare son voyage, du coup, j avais envie de te faire aussi un petit cadeau en retour. Si un jour tu as besoin de quelques adresses, ce sera avec plaisir. Pour l heure je prépare nos valises, dans la nuit de jeudi à vendredi, départ pour l’Italie d’où nous mettrons les voiles vers la “Sardinia” …1000 merci à toi

    1. says: Vinz

      Bonjour Patricia !

      Je crois que c’est le plus beau commentaire / compliment qu’on ait pu me faire ici et il justifie à lui tout seul toutes les heures passées à trier, traiter les photos puis écrire les articles !

      Un grand merci par conséquent pour ce message qui m’a énormément touché. J’espère que la Sardaigne saura être aussi douce avec vous que vous l’avez été avec ce commentaire.

  3. says: LEPICARD

    Bonjour,

    Auriez vous des adresses d’hôtels sympas et typiques svp pour CASTELSARDO et STINTINO svp?
    Merci beaucoup !

Leave a comment
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.