Madère – randonnée à la Ponta de São Lourenço

Voici, avant de clore par un dernier article l’aventure insulaire de Madère, une randonnée vraiment singulière : la Ponta de São Lourenço. Cette presqu’île, située tout à fait au nord est de l’île, affiche en effet une apparence et une végétation très différentes du reste de l’île. Là où tout n’était que vert et luxuriance sur la côte nord mais aussi sur la côte sud, on fait face depuis le parking qui marque l’entrée de cette réserve naturelle à un dégradé de noir et d’ocre avec quelques nuances volcaniques pour parachever le tableau. Est-on encore sur Madère ? Techniquement, oui puisqu’il s’agit bien d’une pointe. Dans la pratique, on a quand même l’impression d’être sur une autre île loin de la première.

portugal-madere-ponta-de-sao-lourenço-1

On s’engage donc dans la boucle que constitue cette balade, en plein soleil mais avec à l’horizon une foule de nuages qui semblent venir dire bonjour à l’île ! Viendront-ils jusqu’à São Lourenço ? Rien n’est moins sûr quand on regarde la végétation jaunie par les éléments et qui ne verdit qu’en hiver, à la faveur d’une pluviométrie plus généreuse. Advienne que pourra, il fait suffisamment bon et beau pour qu’on tente le coup !

Le début de la balade offre une vue dégagée sur la côte sud de la péninsule. La rudesse du relief marque l’œil, tout comme certaines couleurs des terres dénudées. Au loin, les îles désertes de Madère, Ilhas Desertas : Chão, Deserta Grande et Bugio.

portugal-madere-ponta-de-sao-lourenço-9

Une fois redescendus plus près du niveau de la mer, une trouée s’ouvre à l’ouest, dégageant l’horizon jusqu’à Porto Moniz ! Les couleurs des falaises et de la mer, baignées de soleil, sont incroyables et mettent d’autant plus en valeur le reste de cheminée volcanique qui trône au milieu des flots. Paysage incroyable et la randonnée ne fait que commencer. J’ai l’impression d’être de retour dans les Éoliennes, un peu de grandeur en plus.

portugal-madere-ponta-de-sao-lourenço-10

portugal-madere-ponta-de-sao-lourenço-11

La trouée suivante, plein nord, n’est pas en reste… De l’autre côté, on découvre le chemin à arpenter, à flanc de falaise et entouré d’une végétation basse, sèche, au milieu des liserés de sédiments et roches volcaniques.

portugal-madere-ponta-de-sao-lourenço-19 portugal-madere-ponta-de-sao-lourenço-17

Il est alors temps de se retourner une première fois pour observer Madère, d’un peu plus loin que d’habitude. Penser à bien fermer la bouche.

portugal-madere-ponta-de-sao-lourenço-25

La partie suivante de la randonnée emmène jusqu’à la mince langue de roche, véritable petit pont de pierre, qui passe d’un bout de la presqu’île à l’autre. Pas forcément évident de prendre vraiment conscience de la petitesse de l’endroit par rapport au reste tant le chemin est bien balisé et la vue moins impressionnante que sur les vues aériennes. Jugez plutôt sur la photo ci-dessous, dans la partie basse évidemment ! Du côté gauche, une falaise dantesque et un mini-golfe aux eaux splendides. Du côté droit, seulement la falaise. C’est déjà pas mal.

portugal-madere-ponta-de-sao-lourenço-57

portugal-madere-ponta-de-sao-lourenço-28

Arrive enfin la dernière partie de la randonnée, à aborder du côté gauche / nord. On traverse une grande plaine d’herbes asséchées, découvrant ici une belle trouée vers la mer et là un chemin pentu doté au choix d’un chemin ou d’un escalier menant au sommet de la presqu’île ! Cela grimpe fort et les nuées se rapprochent qu’importe, le panorama doit valoir d’être vu.

C’est le cas mais vous n’en doutiez pas vraiment, n’est-ce pas ? Madère se montre couverte de nuages, masse d’ombre au milieu des flots alors que quelques gouttes pointent le bout de leur humidité. Le vent se lève, doucement. La nuée passe, la lumière fluctue. L’après-midi sera plus dégagée mais pour le moment, on savoure cette drôle de forme de violence météorologique, concentrée sur les flancs du gigantesque vieux volcan qu’est Madère.

portugal-madere-ponta-de-sao-lourenço-36 portugal-madere-ponta-de-sao-lourenço-39

Qu’il fasse beau ou un brin moche comme ce jour là, n’hésitez pas à parcourir ce chemin, idéalement avec de bonnes chaussures. L’endroit fait également office de bon endroit pour aller se dorer sur les galets et pique-niquer tranquillement avec une vue différente de ce que l’on observe d’ordinaire à Madère. Randonnée singulière donc, mais randonnée indispensable néanmoins pour découvrir une nouvelle facette de l’île de Madère et surtout pour la voir avec un peu de recul et sans prendre un bateau !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *