Bali – pleurer avec les raies Manta à Nusa Lembongan

Je me suis rendu à Nusa Lembongan avec un mélange d’appréhension et d’excitation. Peur d’être déçu, peur de ne pas voir ce que je voulais voir et peur également de trouver l’île sans grand intérêt. Il faut dire que cela a plutôt mal commencé pour le transfert Gili Air – Nusa Lembongan. Le jour J, je me pointe à l’embarcadère de Air et là, on me dit qu’il n’y a pas de bateau alors que j’avais bien évidemment le billet avec moi ! Gros inconvénient donc, vous l’aurez compris : les bateaux ne sont guère fiables de ce côté du globe. Gros avantage en revanche : du moment que vous avez payé et qu’on contacte le prestataire d’origine, une solution est toujours trouvée ! En clair, j’avais booké un Amed – Gili Air – Nusa Lembongan – Sanur et j’ai finalement fait un Amed – Gili Air – Padangbai – Nusa Lembongan – Sanur. Le trajet supplémentaire fut gratuit et surtout effectué à 4 personnes (un autre couple dans notre situation) sur le toit d’un ferry désert ! C’est ce qu’on appelle une charterisation privative. La leçon de cette aventure : allez toujours à l’embarcadère pour confirmer vos bateaux un jour avant le départ !

Au delà de cette aventure, le choix initial du lieu de résidence avait été un peu difficile et j’avais finalement opté pour Mushroom Bay. Bien m’en a pris car lors des deux petits tours de l’île effectués en scooter, j’ai pu me rendre compte de la bonne situation de cette baie par rapport à d’autres. C’est simple : on peut s’y baigner sans se faire drosser sur la plage ! Nusa Lembongan est baignée par les mêmes courants que Bali et la plupart de ses plages sont donc balayées par des vagues puissantes qui s’engouffrent dans la passe entre Nusa Penida, Nusa Lembongan, Nusa Ceningan et bien sûr Bali. Oubliez donc Dream Beach par exemple, certes plus calme mais battue par les vagues. Les autres grandes plages du nord sont également propices à la baignade mais beaucoup plus peuplées et moins calmes globalement. Mushroom Bay est donc un bon compromis calme / monde même si de nombreux bateaux peuplent la baie, fort logiquement pour se mettre à l’abri ! Il faut donc prendre le temps de s’y rendre, d’y faire trempette et d’admirer matin et soir le coucher de soleil sur la silhouette de l’Agung. Splendide.

Parmi les autres points à voir, y a une sorte de Panorama Point, entre Mushroom Bay et « la ville », à savoir la plage principale du nord-ouest et ses multiples hôtels / restaurants / etc. / amoncellement de touristes ! On remonte ensuite vers la mangrove qui occupe une grande partie du nord de l’île et fait sa spécificité. Ne payez pas l’entrée du « parc », c’est une arnaque et c’est tout sauf officiel ! En revanche, il faut faire un tour en barque avec un pêcheur / cultivateur d’algues. Le silence dans la mangrove est impressionnant, tout comme la chaleur humide qui vous baigne en quelques minutes. C’était ma première fois dans une mangrove et je suis bien content d’y être allé. On ressort de la mangrove côte mer pour observer quelques cultures d’algue, déjà aperçues à l’arrivée en bateau.

voyage-indonerie-nusa-lembongan-24

voyage-indonerie-nusa-lembongan-25 voyage-indonerie-nusa-lembongan-26 voyage-indonerie-nusa-lembongan-27 voyage-indonerie-nusa-lembongan-50

voyage-indonerie-nusa-lembongan-35 voyage-indonerie-nusa-lembongan-39 voyage-indonerie-nusa-lembongan-43 voyage-indonerie-nusa-lembongan-37

voyage-indonerie-nusa-lembongan-42

voyage-indonerie-nusa-lembongan-49 voyage-indonerie-nusa-lembongan-47 voyage-indonerie-nusa-lembongan-54 voyage-indonerie-nusa-lembongan-52

voyage-indonerie-nusa-lembongan-51

On continue la route vers le sud, sur la côte est cette fois-ci. Route déserte et défoncée, jolis paysages de forêts et quiétude quasi absolue qui tranche avec la côte ouest, bâtie et peuplée. J’ai bien aimé cette balade qui débouche sur le fameux petit pont reliant Nusa Lembongan et Nusa Ceningan. Le détroit situé entre les deux îles regorge de cultures d’algues et le pont, impressionnant, a la largeur d’un scooter mais on s’y engage sans coup férir pour ne pas ralentir le trafic et laisser la place à ceux qui veulent passer en sens inverse ! Sur Ceningan, passage obligatoire au Blue Lagoon, effondrement de falaise ayant donné des eaux turquoise et de belles falaises desquelles on peut plonger. Ce sera sans moi au vu de la hauteur de la marée !

Dernières escales en remontant vers Mushroom Bay, une fois de retour sur Lembongan : Dream Beach et ses enfants surfeurs et enfin une balade du côté des « larmes du Diable » que je n’aurais au final pas vues ! Enfin je crois. Bref : la côte est sauvage et belle et mérite une balade d’une bonne heure après avoir déposé son scooter à Dream Beach.

voyage-indonerie-nusa-lembongan-66

Mais je parle, je parle, je n’ai toujours pas parlé de mon titre qui contient deux mots qui, combinés, forment un duo splendide : raies manta. Nusa Lembongan est un des meilleurs points d’observation de ces animaux fabuleux et c’est pour cette raison principale que je suis venu passer quelques jours sur l’île. J’avais à l’origine prévu de faire une seule sortie en mer pour aller les voir, je m’y serai au final rendu deux jours de suite ! Voir et revoir, j’aurais pu continuer ainsi quelques jours de plus, comme aux îles Gili. Pour la balade, je suis parti avec l’oncle d’une des réceptionnistes de notre hôtel. Pêcheur le matin, « guide touristique » l’après-midi. J’étais seul avec lui dans un bateau traditionnel ! Même combat le lendemain avec un autre collègue pêcheur. Trois dans le bateau au total ! Une alternative un peu plus lente que d’autres bateaux mais surtout la tranquillité et la possibilité de rester plus ou moins longtemps sur tel ou tel site sans dépendre d’autres touristes. Ah oui, les pêcheurs pêchent le matin et peuvent donc repérer s’il y a effectivement des manta et où exactement… Je dis ça, je ne dis rien mais vous aurez compris qu’ils sont potentiellement plus fiables, en sus d’avoir un peu plus besoin d’argent que les agences touristiques.

Le rythme du bateau permet également d’observer tranquillement les splendides falaises de Lembongan, Ceningan et Penida. On navigue en effet jusqu’à la grande île, véritable paradis en terme de vie sous-marine, coraux, poissons et manta !

Les excursions en bateau proposent en général deux ou trois spots, en fonction du passage au bien nommé « Manta Point », le plus éloigné. Autrement dit : soit on va voir les manta et un autre spot ; soit on va voir plusieurs spots sans voir les manta. Toutefois, avec les pêcheurs, il est toujours possible de demander quelque chose d’un peu plus customisé, sans aucun problème. Au final, j’aurai vu Crystal Bay et Wall Bay, deux spots vraiment intéressants, Crystal Bay offrant des coraux de toute beauté. La prochaine fois, je ferai les autres spots… Quelques photos ci-dessous pour mieux comprendre ce que je raconte !

DCIM103GOPRO DCIM103GOPRO DCIM103GOPRO DCIM103GOPRO

DCIM103GOPRO DCIM103GOPRO DCIM103GOPRO DCIM104GOPRO

DCIM104GOPRO DCIM104GOPRO DCIM104GOPRO DCIM104GOPRO

DCIM103GOPRO

Allez, j’arrête le teasing, passons aux raies manta. Premier jour, j’arrive sur site. Il y a déjà pas mal de bateaux et de personnes à l’eau et mon pêcheur m’arrête un peu en retrait et m’indique la direction des falaises, à l’écart. Obéissant et lui faisant confiance, je me mets à l’eau, plutôt fraîche mais moins agitée qu’il n’y paraît : on ne risque pas de se faire drosser contre les falaises. L’adrénaline monte un peu, je tourne la tête un peu partout, à la recherche d’une raie manta. Rien. Je nage un peu en direction des falaises où elles viennent se nourrir de plancton et se faire nettoyer quand j’aperçois enfin mon premier diable, à une vingtaine de mètres de moi, tournoyant et s’éloignant de moi. Elle doit faire 3 à 4 mètres d’envergure. Premier contact, piqûre d’adrénaline et émerveillement. Je continue de me rapprocher des falaises et je passerai ainsi une heure à les voir, à les regarder tournoyer et valser dans les eaux troubles et sales, convergence de courants oblige, malheureusement. On peut pleurer d’émotion dans un masque et revenir avec encore les yeux humides et un sourire stupide sur le visage. Le lendemain, je suis de fait accompagné, mon émerveillement communicatif l’emportant sur la peur de l’autre ! Le premier contact est moins aisé, l’eau est plus trouble et la première manta venue se retrouve à quelques centimètres de nous, gueule béante ! On peut aussi hurler dans un masque. Quant à moi, je rigolais dans le mien ! Une heure passée ici aussi, seuls avec elles puisque le pêcheur nous avait déposé dans un autre coin, là où il les avait repérées le matin. Six raies manta pour soi. L’une d’entre elles faisait un 4m50 de large. 4. Mètres. 50. C’est terrifiant de grâce, de puissance contenue, de fluidité et ces animaux sont également de sacrés curieux qui aiment passer à quelques centimètres de vos palmes. Je n’oublierai jamais ces moments.

DCIM102GOPRO

DCIM103GOPRO

DCIM103GOPRO

Si Nusa Lembongan, au même titre que les îles Gili, n’offre pas un panel phénoménal d’activités culturelles et autres temples à visiter, elle mérite que l’on s’y arrête quelques jours pour partir à la découverte de ses beautés sous-marines et de ses singularités, mangrove et culture d’algues en tête. Enfin, c’est même à mes yeux une étape indispensable à Bali et je suis ravi de m’être laissé convaincre par de bons conseils. Nager avec des manta est une expérience inoubliable, une de plus venant me confirmer la nécessité de plonger et de retourner très vite me promener dans ce monde si attirant puisqu’il n’est décidément pas le nôtre.

Où dormir à Nusa Lembongan ?

A Mushroom Bay, j’ai choisi Mola Mola House pour le rapport qualité / prix et je n’ai pas été déçu. Bon bungalow, zone calme, petit déjeuner correct et accès direct à la plage. Vraiment rien à dire ! Le soir, on peut aussi se poser dans les fat boys et dérouler. Restaurant très correct également ! En bref : un bon combo et un service au top.

Où manger à Nusa Lembongan ?

Vous pouvez donc manger au Mola Mola mais également chez Adi Bungalow & Warung. Cuisine délicieuse, tarifs doux et bière bien fraîche. On n’a pas les pieds dans le sable mais on repart de là joliment rassasié. L’endroit fait également épicerie, pratique et on peut y dormir (ça semble plutôt sympathique et bien tenu – tarifs doux également).

Où boire un verre à Nusa Lembongan ?

Idem ! Vous pouvez boire un verre au Mola Mola mais sinon, ne pas hésiter à monter sur la terrasse panoramique de l’hôtel-spa en bout de plage, au niveau du piton rocheux. Soit dit en passant, à priori bel hôtel, belle piscine et bout de plage quasiment privé totalement désert !

Tags de cet article
, ,