Cyclades – balades en scooter à Milos

Regarder Thalassa, ça a du bon, souvent (tout le temps ?). Hier soir, ça m’a surtout donné envie de me remettre à écrire pour raconter mon escapade dans les Cyclades en septembre dernier. Au programme de ces dix jours de promenade : une boucle maritime entre quelques îles, choisies un peu au hasard mais également pour certains de leurs attraits, le tout sans garantie aucune de satisfaction ! Le menu : Paris – Santorin – Milos – Sifnos – Folegandros – Santorin – Paris. Avant de vous parler de Santorin et de la première demi-journée passée là à la descente de l’avion, partons tout de suite sur Milos, première escale de quelques jours.

Le navire rapide nous dépose en milieu d’après-midi sur le port principal de Milos. Le temps de trouver l’hôtel (situé un peu dans les terres), de revenir faire les courses et de réserver une excursion en bateau pour le lendemain, je n’aurai finalement pas eu le temps de voir grand chose. En vrai, j’aurai donc passé une journée complète et une demie-journée supplémentaire sur l’île avant de devoir voguer vers Sifnos. Est-ce suffisant ? Oui et non… On va voir pourquoi !

Il y a à la fois peu et beaucoup à voir à Milos et tout dépend donc de votre volonté de lézarder sans rien faire sur les plages, auquel cas vous pouvez envisager de rester une semaine ! En revanche, s’il s’agit de vous balader en alternant petits tours de scooter, baignades tranquilles et apéros en fin de journée, disons qu’une journée de plus que mon séjour aurait pu être bénéfique. En une journée et demi, j’ai vu grosso modo tout ce qu’il y avait à voir et me suis baigné un beau nombre de fois. Alors voilà, petite revue de détails de tous ces hot spots de Milos, fort agréables et sympathiques.

Adamas, la capitale de l’île, est une petite ville qu’il faut découvrir en une ou deux heures, le temps de grimper jusqu’à son sommet et de redescendre tranquillement dans les ruelles. Ce n’est pas bien grand, c’est plutôt mignon mais le charme s’arrête là. Il y fait bon traîner le soir et les nombreux gréements qui peuplent le port sont pour certains splendides. C’est d’ailleurs ici que vous pourrez réserver votre tour de l’île, directement auprès des vendeurs qui vous vanteront les multiples mérites de leur offre versus celle des concurrents. Mais on en reparlera.

vacances-grece-cyclades-milos-5

Partons maintenant pour les balades en scooter : il est facile de circuler sur Milos, les routes étant globalement en bon état et la circulation étant loin d’être dense ! Après Bali, aucun doute en tout cas : c’est tranquille. On peut découper l’île, pour la partie accessible en tout cas – à savoir que la zone ouest est praticable en buggy / quad uniquement, en deux : la zone Nord et la zone Sud. C’est au Nord que se situent les zones les plus agréables tandis qu’on trouvera au Sud les plus belles plages ! Allez, je commence par Pollonia, située à la pointe nord-est de l’île. Que dire, que dire… Une belle plage, quelques jolies ruelles et une belle église qui trône au centre de la vieille ville, c’est tout ! Sur la presqu’île de l’autre côté, l’expansion immobilière est en pleine forme et concourt tranquillement à transformer la zone en paradis résidentiel. Point. Autrement dit : c’est sympathique mais sans grand intérêt en ce qui me concerne. Trop loin d’Adamas, pas assez paumé au final.

vacances-grece-cyclades-milos-147

C’est sur la route entre Pollonia et Adamas que l’on trouve de bien jolis coins et quelques paysages sublimes. Il faut donc s’arrêter à Papafrangas, site de calanques magnifiques qui se passent de beaucoup de texte et se contentent de quelques photos ! Même combat pour le site de Phylakopi, ruines situées à proximité et datant de l’époque mycénienne. Faut-il visiter le site et payer les quelques euros demandés ? Oui, pour aider aux fouilles, car le site en soi n’a pas grand intérêt.

vacances-grece-cyclades-milos-165

Encore un peu plus loin, Sarakiniko ! A voir absolument ! Cet ensemble d’une blancheur éclatante, sculpté par les flots, est une splendeur de la nature et il fait bon se baigner là, dans la petite langue de mer s’étant creusé un passage dans la roche. Attention à la foule toutefois, mais hors saison on est plutôt tranquille. Gageons qu’en saison, un passage au petit matin vous garantira des photos sans trop personne… Bref : c’est beau, il fait bon lézarder ici et la réflexion sur la blancheur de la roche vous garantira un bronzage intégral !

vacances-grece-cyclades-milos-171

Toujours plus loin sur la côte Nord, en direction de Plaka, il faut bifurquer à un moment pour aller jeter un œil à Firopotamos. Ce petit port de pêche niché au fond d’une anse est délicat et agréable, paisible. Ses quelques ruines et sa petite église lui confèrent un charme supplémentaire, tout comme les quelques maisons de pêcheurs à l’ancienne, avec porte ouvrant directement sur les flots.

vacances-grece-cyclades-milos-191

vacances-grece-cyclades-milos-200

Fin de journée ? Oui, on s’en approche après toutes ces baignades et petites visites… Alors on file au ras de l’eau et sur les hauteurs ! Klima, Trypiti et Plaka sont des coins à ne surtout pas rater. Le premier village, Klima, est un port de pêche accroché aux falaises, aux portes et maisons colorées. La lumière de fin de journée lui va à ravir et là-aussi, je vais me contenter de vous abreuver de quelques images…

vacances-grece-cyclades-milos-214

Trypiti et Plaka sont les deux points hauts de l’île. Le premier village se démarque par ses quelques moulins recyclés en habitats à louer tandis que le second est THE village où aller voir le soleil se coucher. N’allez pas forcément boire un verre dans LE bar où tout le monde va (bon, vous pouvez, hein) mais montez plutôt au Kastro. C’est sûr, ça grimpe un poil mais la vue de là-haut est à couper le souffle et vous serez globalement tranquille. Pareil, je n’en dis pas plus et me contente de vous montrer…

vacances-grece-cyclades-milos-210

vacances-grece-cyclades-milos-238 vacances-grece-cyclades-milos-246 vacances-grece-cyclades-milos-248 vacances-grece-cyclades-milos-254 vacances-grece-cyclades-milos-255 vacances-grece-cyclades-milos-249

Seconde journée. On a gentiment évacué tout le bon manger grec acheté au supermarché d’Adamas et il est temps d’aller nager sur la côte sud ! Les routes ici sont un peu moins bonnes et surtout on fait vite d’assez longues distances pour passer d’une plage à l’autre. Gare à la panne d’essence (oui, on n’est pas passé loin…) ! Après une rapide pause au sud de la « mer intérieure » de Milos, vers Achivadolimni et sa grande plage battue par le vent du Nord, direction Paliochori…

vacances-grece-cyclades-milos-278

Cette grande étendue de sable / graviers est étonnante ! A l’ouest, on découvre de belles falaises et un bout de village. Quelques restaurants, des gens habillés et quelques transats tranquilles. A l’est, toujours de belles falaises mais volcaniques cette fois ! Car oui, Milos est avec Santorin la seule île volcanique des Cyclades. Couleurs éclatantes, roches aux apparences étonnantes, il fait bon marcher jusqu’à ce bout de plage où se regroupent également les amateurs de naturisme. Cela peut surprendre, aussi vous préviens-je ! Bon, au final, on fait comme eux. C’est plus simple (et plus agréable) (mais gare aux coups de soleil).

Autre plage, Firiplaka. Cette plage est de toute beauté, avec son gros pain de sucre qui la coupe en deux, d’un côté la partie la plus peuplée et de l’autre une partie rocheuse qui mérite qu’on y aventure pour être au calme (et sûrement nu) (je ne suis pas allé voir cette fois-ci). Voilà, vous avez avec Paliochori et Firiplaka deux plages sublimes où venir vous dorer la pilule ! A côté de cette dernière également : la crique de Tsigrado, miniature et accessible uniquement via une échelle pas très rassurante. J’ai passé mon tour pour cette fois.

vacances-grece-cyclades-milos-291

Vous l’aurez compris, Milos est belle, bien plus belle que ce à quoi je m’imaginais ! A dire vrai, au moment de prendre le ferry, j’ai eu la sensation d’un séjour un rien trop court… Une journée de plus, assurément orientée calme et tranquillité, plage, baignade et glandouille, aurait pu être sympathique. Pour les pressés, sachez donc qu’une journée de bateau, une journée de scooter et une de plus orientée plage est suffisant pour se faire une belle idée de la beauté de cette île singulière. Reste la partie ouest, inexplorée et offrant sûrement des paysages sauvages de toute beauté.

Une chose de certaine : Milos mérite assurément qu’on s’y arrête pour ses falaises incroyables, ses couleurs volcaniques à couper le souffle et un certain équilibre entre la folie de Santorin et le calme absolu de certaines autres îles.

Où dormir à Milos ?

J’ai dormi à l’Agnanti Hotel, situé à quelques encablures d’Adamas. Avantage : un gros 1/4 h de marche du centre, desservi par les bus, accueil sympathique, calme relatif (un peu de bruit à cause de la route mais ça va), cuisine et terrasses, possible de venir se faire récupérer / déposer au port. Le compromis, en somme. Avec des chatons en sus.

Où manger à Milos ?

Très bonne question et aucune réponse : on a fait les courses dans les supermarchés (celui au niveau de l’arrêt de bus, celui un peu plus loin sur la route principale menant vers le Nord) (on notera d’ailleurs la boulangerie sur la place de l’arrêt de bus – omnomnom) et on se faisait nos petits plats à l’hôtel !

Où boire un verre à Milos ?

Hum… Je crois que là aussi, j’ai surtout bu sur la terrasse de ma chambre. Mais Plaka vaut le coup au coucher du soleil, alors faites comme tout le monde et allez au Café Utopia.

Où louer un scooter à Milos ?

Je suis passé par un loueur du centre d’Adamas, dont je ne me souviens plus du nom – mais c’est là ! CB acceptée pour les assurances – je recommande d’ailleurs d’insister même si le cash est toujours préféré. Scooter en bon état, personnel cool, casques en bon état également.

Tags de cet article
, , , , ,