Canaries – La Gomera – Jour 2 – Los Roques et Las Creces

Lors de la première journée à la Gomera, j’ai très habilement et de manière tout à fait non souhaitée fait le tour sans le voir d’un des paysages les plus emblématiques de l’île des Canaries : Los Roques. Le guide du Rother de l’île, disponible uniquement en anglais, propose un parcours partant du mirador Degollada de Peraza, descendant dans la vallée de la Laja et remontant ensuite vers les différents « rocs » qui peuplent cette zone de l’île.

Le plus célèbre d’entre eux est bien sûr qui trône fièrement en tête de cet article, vous l’aurez compris ! Son petit nom : el Roque de Agando. Les autres se nomment la Zarcita et Ojila et on peut d’ailleurs les observer depuis la petite route remontant de Hermigua vers la GM-2. Quelques miradors et autres parcours de randonnée permettent d’en faire intégralement le tour ou de les voir selon d’autres points de vue.

La randonnée commence donc par une belle et longue descente vers le petit hameau de la Laja. La pente, tantôt rude ou peu marquée, traverse palmiers, agaves et autres plantations que les habitants de la Gomera ont parfois disposées en terrasses artificielles. Ce travail de titan, indispensable du fait de la nature des pentes des îles des Canaries, je le retrouverai un peu partout pendant mes quinze jours de voyage.

Si la descente offrait des vues sur le barranco et le Teide dans son prolongement, elle était assez avare de points de vue sur les Roques. La remontée vers ces derniers implique de traverser dans un premier temps une splendide forêt de pins peuplée de troncs d’eucalyptus décharnés, témoins des plus récents incendies de l’île. La vue enfin se dégage alors que le ciel décide quant à lui de faire le contraire ! Dommage mais splendide tout de même.

Le parcours fait ensuite une boucle vers le point de départ, traversant une petite section de forêt humide et un beau plateau désertique offrant des vues splendides sur la côte sud. Il est temps de passer à la seconde partie de la journée, toujours plus haut dans la zone centrale et humide du parc de Garajonay. De nombreux parcours de randonnée le sillonnent, soit dans sa partie sèche (toutes proportions gardées…), soit dans la zone la plus humide, au nord. Me voici donc à Las Creces, après une nouvelle étape rapide pour admirer ce fameux et fascinant Roque. Ces bouts de roche majestueux ont achevé de me faire aimer cette île. Ce calme… allez, disons 8 randonneurs croisés en 4 heures de marche !

Me voici donc à proximité de Las Creces, une aire récréative nichée dans la forêt. Deux parcours de randonnée assez courts partent du parking situé en bord de route. Pour aujourd’hui, je me dirige vers celui du nord, qui dure une petite heure et donne accès à deux splendides miradors permettant de dominer les forêts des versants au nord et d’admirer la gigantesque vallée de Vallehermoso.

Ces petites balades, accessibles à toutes et tous, permettent en très peu de temps de se plonger dans une ambiance vraiment unique, celle des forêts subtropicales qui couvraient une grande partie de l’Europe avant de disparaître lors des dernières glaciations. Les Canaries, baignées par les alizés à compter d’une certaine altitude, furent épargnées par ces disparitions et ont donc pour certaines la chance de voir encore vivre ces écosystèmes fragiles, sensibles et classés, menacés par les prospections immobilières qui ne manquent pas dans la région !

La journée a filé, il est temps de rentrer en empruntant une autre des petites routes traversant le parc, en direction du hameau de Las Rosas. En chemin, ne pas manquer le mirador de Vallehermoso et ne pas manquer ensuite de profiter de la route absolument démente entre Las Rosas et Agulo. Quelles vues ! Même chose sur la section Agulo – Hermigua. La côte nord est incroyable, encore plus abrupte qu’ailleurs mais tellement plus luxuriante que les paysages du sud de la journée précédente.

Une dernière petite escale avant d’aller boire un verre et manger quelques tapas à Hermigua ? La playa la Caleta, à quelques encablures des bananeraies de Hermigua. L’occasion de voir le barranco autrement et de voir de nouveaux paysages autour de cette belle baie de sable noir où l’on peut aussi boire et manger en saison. Autrement dit pas fin décembre.

La carte de cette journée de roadtrip à la Gomera :

Où boire un verre à Hermigua ?

Plusieurs options sont évidemment possibles mais j’ai bien aimé le petit bar et sa terrasse situés à mi-hauteur de la vallée. L’almogrote était bon, ainsi que la bière et tout le reste. Cela se nomme La Casa Creativa et c’est juste là.

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *