Kraken – China Miéville

kraken_china_mievilleAprès avoir lu le très bon “The City & The City” de China Miéville, je me suis hasardé à lire “Kraken”, du même auteur. Mal m’en a pris. En effet, ce Kraken n’a pas les qualités de son ambition et de ses idées, excellentes quant à elles.

Les premières pages m’ont semblé foutraques, mal fichues, bordéliques, impression qui n’a pas changé pendant le reste du roman et j’ai ainsi du batailler avec des sentiments contradictoires pendant l’ensemble de ma lecture ! D’un côté, un Londres fantastique qui n’était pas sans me rappeler le génial Neverwhere où sectes, dieux, créatures étranges et immondes se côtoient dans une réalité tout sauf parallèle à la nôtre mais pourtant dissimulée et non perceptible du commun. De l’autre côté, un propos brouillon et l’impression d’avancer bordéliquement dans un bordel innommable.

Je n’ai pas encore pris le temps de tenter la lecture en anglais afin de déterminer si c’est la traduction qui rend le roman si perfectible ou si le défaut est présent dès l’origine mais une chose est sûre, il a fallu que je m’accroche pour ne pas fermer le livre…

Un coup dans l’eau donc pour ce nouvel opus de China Miéville, brillant dans les idées et dans le traitement des religions et sectes, intéressant dans sa vision d’un Londres fantastique, secret et noir à souhait, également brillant dans sa gestion des personnages et de leurs caractéristiques mais trop brouillon dans la trame narrative. Dommage.