Greg Keyes

Chaque année, j’ai la chance (plus ou moins grande) de tomber sur un auteur que je ne connais pas et que je choisis sur ce que m’inspirent la couverture ou la quatrième de couverture.

En 2007, je n’ai pas vraiment lu grand chose pour cause d’extrême fatigue dûe à l’arrivée de la petite dernière mais comme la nourriture fait avancer la bête (oui c’est moi), les lectures me font avancer intellectuellement … Sans livres, je dépéris. J’essaie donc d'en ouvrir et d'en lire deux, trois ou quatre parfois …

Mais là, je dois dire que je suis tombé sous le charme d’un écrivain américain (hé oui, chez eux, ce n’est pas un sous genre et de nombreux représentants sont classés chez le New York Times … m’enfin passons) : Greg Keyes

Peu connu chez nous, il commence à rassembler une petite communauté autour des deux cycles qu’il a fait paraître dans nos belles contrées …

Alice va être ravie, elle va pouvoir aller les chercher puisque ces derniers sont sortis en poche sauf le dernier du deuxième cycle …

 Le premier cycle, L’Age de la Déraison, est un travail très intéressant sur une uchronie qui prend place au début du XVIIIéme siècle. La recherche historique est importante car elle couvre l’ensemble de l’Europe et de l’Amérique du Nord. En quatre tomes, l’auteur fait apparaître des grandes figures de ce siècle, Louis XIV, Newton, Benjamin Franklin … mais comme dans toute uchronie qui se respecte, Greg Keyes nous emmène sur les voiles du rêve, en faisant de Newton le découvreur d’une application plus importante que la Gravité (oui tu viens de te culturer ou de te réculturer). Des armes prodigieuses sont mises au point, des applications hallucinantes sont décrites par l’auteur et nous plongent dans de vrais délires … Malgré tout, cela aurait pu être notre quotidien en fonction d'un heureux hasard (regardez le travail de Marion Zimmer Bradley sur la Ténébreuse ou comment l’Homme aurait pu évoluer en l’absence ou quasi absence de métaux sur notre planète …) Tout cela combiné avec des êtres étranges et le jeu des Puissants dans leurs Guerres abominables.

Je dévoile peu de l’intrigue car je crois qu’il faut que vous puissiez la découvrir tranquillement au fur et à mesure des développements. Sachez seulement que Benjamin Franklin est un héros magnifique qui commence à l’orée de l’adolescence pour finir jeune adulte. Le style est clair et alterne aussi bien les descriptions que les phases de dialogue. Vous ne trouverez pas la puissance et la violence des descriptions des scènes de l’Ange du Chaos mais elles participent facilement à créer une ambiance pesante.

 Pour le second cycle, on retrouve une ambiance pesante de fin du monde dans un univers médiéval fantastique plus classique. On n’y retrouve que peu de races extra humaines mais l’auteur a plus particulièrement travaillé sur l’inconscient collectif, les mythes, la religion.

Il a cherché à comprendre ce qu'il pouvait advenir des héros face aux mythes racontés par les grands mères et la réalité des croyances. Je pense que se cache là une petite critique de la religion chrétienne et l’adoration de ses saints interventionnistes … Il revient donc là-dessus et son approche est très intéressante. Pour le reste, nous avons de la High fantasy classique, avec des héros et des pas Gentils du tout

La multiplication des héros lui permet de mettre en exergue les diverses réactions face à une situation donnée … Ce n’est pas comme Georges R.R. Martin où justement il manque ce côté analyse des sentiments des personnages dans son cycle du Trône de Fer. On sent que ce dernier est à la base un scénariste de télé à l’inverse de Greg Keyes qui est un écrivain et professeur de littérature…

Bref, je vous engage fortement à lire ces deux cycles … Commencez par le Cycle de la Déraison qui est paru dans sa totalité en poche …

La semaine prochaine, nous changerons de genre et je vous présenterai un cycle de bandes dessinées

9 Commentaires

  • Il faut que je la prenne mal ta remarque ou pas? Tu sous-entend que je suis radine :p … bon okay tu aurais raison pour le coup ! Et puis en poche tu le trimballes partout, c’est plus pratique.

    Il y a combien de livres en tout??? Quoique si l’histoire me plait je préfère quand ça dure ^

  • Non, ne le prend pas mal 😯 ; je te disais ça par rapport à la dernière chronique et je comprends bien que cela revienne cher en grand format.
    Là tu comptes environ 9 ou 10 euros le tomme…Tu en as 4 pour le premier et tu en auras trois au final pour le deuxième 😉

  • Le défaut dans ces genres (SF, fantasy, HF, etc.) c’est souvent le style. C’est ou n’est pas le cas ici ?

  • Ben est-ce que ça ressemble à une composition niveau 4e adaptation ou est-ce que Keyes (et surtout son traducteur) est un vrai écrivain ? Beaucoup d’oeuvres de SF, de Fantaisy et d’ailleurs aussi de littérature dite classique ne valent que par le fond, gâché par une forme au rabais.

  • Je dirais que Keyes a un style assez classique. Ce n’est pas de l’infantillage et les tournures de phrases sont bien construites et agréables…
    Je ne peux te dire ce qu’il en est des traductions, je ne suis pas un expert et comme je le lis dans la langue de Molière…Mais Pocket fait des efforts en ce sens.

    Sache, cependant, que les sites de critiques sont élogieux pour son oeuvre.

  • Mais de rien…
    Pour moi, de toutes façons, ce que j’écris n’est que le ressenti de ma lecture.
    Je ne peux préjuger de ce qu’aime un tel ou un tel retirer de ses lectures…. 🙂

  • A priori la sortie en poche du troisième Royaumes d’Epines et d’Os est prévu pour le 10/4 …

    Je me note ça, je crois que ce sera mes prochaines cycles à lire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.