Weekend EducTour Corsica Ferries – Une journée entre terre et mer

Réveil en fanfare en ce dimanche matin. Il fait déjà chaud, je me douche et vais regarder la mer. L’azur est clair, le vent au repos, l’étendue sous mes yeux est calme et c’est tant mieux. Car nous allons naviguer un peu, profiter des semi-rigides de Tra Mare e Monti et visiter Scandola, cette réserve naturelle classée à l’Unesco et dont on nous vante la beauté ; autrement dit une mer d’huile, c’est encore un peu plus de caviar pour une journée qui s’annonce splendide.
Départ. Le bateau se détache du quai et parcourt le port de Calvi entre les bateaux endormis. La Citadelle nous surplombe, on accélère soudain pour la dépasser et s’engager en mer. Le second bateau nous suit, le vent souffle, une casquette s’envole, on ne s’arrêtera finalement pas pour celle-ci mais les autres auront le droit à un sauvetage en règle ! Cheveux aux vent, reflex au poing, sourire vissé aux lèvres, bras et tronche badigeonnés d’écran total, on se laisse aller à observer la côte et l’eau qui défile sous nous.
Je ne saurais en dire plus, je crois qu’il faut avoir navigué pour comprendre vraiment ce sentiment de plaisir qu’on éprouve en voguant à 80 km/h sur l’eau… Toujours est-il qu’à cette vitesse, on a vite rejoint la réserve naturelle. On est en fait au point le plus à l’ouest de la Corse et un rocher représentant Pascal Paoli marque l’endroit, tel un dernier phare avant la reste de la Méditerranée. On observe les falaises, on admire l’eau et les algues millénaires qui sont fossilisées là, on s’engage dans une ou deux crevasses aux eaux cristallines (mais malheureusement souillées par quelques déchets)… et on file vers une petite crique qui nous tend les bras.
L’eau est fraîche, pure, limpide. Un banc de poisson se joint à la fête et se jette sur les quelques miettes que nous leur jetons. Peu farouches, l’un d’eux se rue sur mon doigt pour y attraper une miette qui lui était destinée ! Un peu de retenue, voyons ! Les gardes du parc patrouillent, hors de question donc de faire « n’importe quoi » ici mais l’idée ne nous effleure même pas de toute façon, on est juste « bien » dans cette eau qui clapote doucement sur les flancs des bateaux.

Une demie-heure de pause et il faut bien repartir en longeant encore quelques falaises merveilleuses , un restaurant nous attend et je prends la barre. Je n’ai pas mon côtier mais je l’ai passé… Oui, cherchez l’erreur, l’examinateur du jour avait simplement décidé de recaler la moitié de la promo sur des raisons débiles (j’insiste, mon appontement était parfait, point)… mais donc, voilà, pousser les gaz pour profiter de la vitesse, lire l’eau pour éviter les cahotements, orienter le moteur pour gagner un peu d’efficacité et surtout « profiter »… Quel pied, putain, quel pied !

Une dernière crique, une petite baie même, héberge la vieille bergerie transformée en restaurant qui va nous accueillir le temps de ce repas réparateur. Paysage de toute beauté, calme absolu, on approche le bateau de la plage, hors de question de mouiller ou de toucher le rivage. Il faut donc transbahuter toutes nos affaires en sacs pseudo-étanches. Je me suis coltiné le plus lourd, forcément, et je ne faisais pas le malin avec toutes nos fringues, nos appareils-photo au dessus de ma tête et de mes bras contractés et les pierres glissantes sous mes pieds ! Gros moment de solitude mais « ouf », aucun dégât à signaler !
Le temps de sécher… le truc logé dans mon ventre appelé estomac s’est réveillé… Il est temps d’aller manger !

Tra Mare e Monti (contacter Fabien Rocca Serra)

Port de Plaisance
20260 Calvi
Tags de cet article
, ,