Savoie – Lac Blanc, Péclet-Polset et Planettes

Retour à Pralognan, puisque la météo semble encore une fois stable ! Cette fois, je vais vraiment au bout du bout de la route des Prioux, au parking du pont de la Pêche. La suite, c’est un long parcours à pieds avec une jolie variante par rapport aux différents itinéraires que l’on peut trouver sur place, légèrement hors sentiers aussi et avec un peu d’orientation à prévoir.

Au début toutefois, c’est très facile : il suffit de suivre la piste carrossable jusqu’au refuge du Roc de la Pêche, très proche. La piste continue ensuite en fond de vallée, au pied de l’Aiguille des Corneillets, en direction de l’ensemble de Ritort (super bergerie, escale parfaite au retour !). C’est un peu longuet tout ça, relativement plat aussi, mais c’est beau.

Le sentier continue encore et encore, grimpant sur le flan droit du doron de Valpremont et la pente finit enfin par s’infléchir un peu pour partir à l’assaut du refuge de Péclet Polset, juste en dessous des deux grands sommets éponymes de la zone.

Du refuge, superbe par ailleurs, un petit bout de sentier file vers le Lac Blanc du Péclet Polset. Je ne descendrai pas jusqu’au lac, déjà parce que sa couleur glaciaire se savoure très bien du promontoire qui le domine ; ensuite parce qu’il y a un troupeau de vaches qui est sur le retour et emprunte tous les sentiers de montée… autant respecter leur effort donc !

La plupart des itinéraires vous feront alors faire demi-tour et rentrer au parking de la Pêche. De mon côté, je préfère les boucles et celle-ci, suggérée par le Rother de la Vanoise, a tout pour me plaire. Peu après avoir retrouvé le refuge, un carrefour de sentiers se démarque au niveau d’une épingle de la piste. Il faut emprunter le moins couru et délimité, qui s’enfonce doucement dans les alpages vers la moraine de la Pointe de l’Echelle.

Après la traversée de la moraine, on est hors sentiers. Il y a bien quelques traces ici et là mais rien de très net et surtout beaucoup de chemins de vaches ! Ces dernières sont néanmoins souvent de bon conseil et il faut grimper peu à peu vers la Pointe de l’Observatoire, en croisant d’abord un tout petit plan d’eau et ensuite le lac des Planettes, juste en dessous de l’Observatoire. Coin déjeuner parfait ? Oui. Pas un chat, pas un bruit, personne.

Pour la suite, au départ du lac des Planettes, c’est aussi un peu au pifomètre car le sentier n’est là non plus très distinct. On vise au loin le chalet des Planettes, que l’on est censé croiser un peu plus haut. C’est plus ou moins réussi pour ce qui concerne ma trace mais je retrouve quand même mes petits pour réussir à rejoindre le col des Planettes.

A partir de là, le sentier est bien tracé et descend vers le ruisseau et le chalet de Rosoire, avec des vues superbes sur la droite et la Tête d’Aussois et la Pointe du Génépi. Je serais bien resté en balcon mais la météo se gâtant un peu, mon genou se faisant toujours bien sentir et le balcon étant sensiblement plus long, je suis redescendu vers Ritort et sa bergerie pour y trouver un adorable veau et y boire un délicieux lait de la traite du matin.

Il n’en fallait pas beaucoup plus pour me redonner un coup de fouet et reprendre la piste jusqu’au refuge du Roc de la Pêche. Ici, plutôt que de continuer sur mon chemin d’origine, j’ai bifurqué à droite en direction de Montaimont afin de découvrir un splendide paysage d’érosion et quelques bâtisses toutes sauf oubliées.

Sur un malentendu, j’aurais presque pu me tromper de chemin et signer pour une nouvelle ascension, vers le Chalet Clou et le cirque du Génépi, paraît-il superbe également. Ce sera pour une prochaine fois dans la région car la météo du lendemain n’allait pas permettre de revenir arpenter ce coin de Vanoise de toute beauté.

La carte de la randonnée :

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.