Maine-et-Loire – passion troglo entre Turquant et le château de Brézé

Pour cette seconde et dernière journée dans le parc régional d’Anjou, il était temps de voir encore un peu plus de troglo et pour ce faire, direction le petit village de bord de Loire de Turquant. Avec sa belle église et sa falaise percée de nombreuses cavités et échoppes, l’endroit mérite un petit détour et une visite rapide. Il y a également le domaine de la Grande Vignolle, que je n’ai pour le coup pas eu le temps de visiter. Une prochaine fois…

Cette première escale troglodyte achevée, je prends la direction des terres et plus spécifiquement du château de Brézé, un endroit remarquable paraît-il. Le château, édifié au XVIème, est de style néogothique et se dote d’une belle cour de type Renaissance. A dire vrai, vu de l’extérieur, il est assurément beau mais le clou du spectacle ne se découvre que très tardivement. Les douves qui l’entourent et qui s’avèrent être les douves sèches les plus profondes d’Europe vous sautent aux yeux !

Le spectacle depuis le pont d’accès au château laisse entrevoir au fond des douves un chemin ainsi que des ouvertures ici ou là. C’est bien là que réside tout le merveilleux de ce château appartenant à la famille de Colbert : le château sous le château, né de l’exploitation du tuffeau ayant servi à bâtir l’abbaye de Fontevraud voisine. L’espace sur lequel est bâti le château était en réalité une forteresse souterraine exploitée dès le début du Xème siècle et autour de laquelle la vie s’est développée. Les dessous du château sont ainsi un véritable gruyère de galeries, zones de défense et autres silos, écuries et fours à pain ! C’est un château sous le château, la plus grande singularité du château de Brézé.

Le parcours explicatif est bien conçu et permet d’accéder enfin au fond des douves. Le spectacle, déjà conséquent, est loin d’être terminé. Au delà des vues en contreplongée sur les parois immenses, le parcours dans les douves permet de découvrir toutes les galeries et salles de vies conçues autour du château de Brézé.

On parcourt ainsi un superbe ensemble de grottes, l’une abritant une ancienne magnanerie (élevage de vers à soie), l’autre une carrière, une glacière immense, la salle aux fagots de bois ou encore la superbe boulangerie principale surmontée d’une pièce chaude au dessus des deux fours principaux et du four à sucreries.

Le tour des douves du château de Brézé, comme vous pouvez le constater ci-dessus, est un enchantement. On accède après cette balade dans le sens horaire à la galerie Saint-Vincent, donnant sur la grande salle des pressoirs où la vigne était exploitée depuis le XVIème et jusqu’à très récemment. Plus profondément dans le tuffeau, on découvre d’anciennes habitations antiques mises au jour par le creusement de la galerie et des caves qui la prolongent. Incroyable. La boucle est bouclée avec l’exploration des trois celliers… Il est temps de remonter quelques mètres et d’aller explorer le château de surface.

Le château de Brézé est encore habité mais une belle portion est dédiée à la visite, avec malheureusement une interdiction de prendre des photos… Vous ne verrez donc rien de la chambre du Cardinal de Richelieu, de celle de Monseigneur Dreux-Brézé, de la belle cuisine, de la drôle de salle de bains avec son chauffe-serviettes mais sachez que la visite vaut bien le détour, tout comme la montée sous l’incroyable coupole. Et n’oubliez pas de jeter un œil sur le territoire alentours et sur les douves depuis les fenêtres du château !

Le dernier point d’intérêt de la visite consiste à ne pas manquer de faire le tour du château… c’est l’occasion de prendre encore une fois une belle claque visuelle et de compléter la vue en contreplongée par celle, en plongée, des douves ! Le château, ses écuries, son ancienne orangerie et son beau pigeonnier bénéficient d’un beau programme de (re)développement qui font à mon avis faire de l’endroit un ensemble architectural et patrimonial de tout premier niveau ! Je ne manquerai pas d’y retourner dans quelques années quand les travaux auront bien avancé.

La journée étant bien avancée mais pas encore suffisamment pour justifier un retour vers Paris, j’ai décidé d’aller explorer rapidement un joli petit village situé à quelques kilomètres du château de Brézé : Le Coudray-Macouard. Ce beau village fleuri est doté de magnifiques demeures, d’une belle église Notre-Dame et d’un manoir, la Seigneurie du Bois, malheureusement fermé lors de ma venue. C’est mignon tout plein et ça appelle clairement à d’autres visites dans la région. Reste à prendre rendez-vous.

Juillet ? On verra. Une chose est certaine : il reste beaucoup à voir et à faire dans cette région dotée d’une sacrée richesse patrimoniale : Angers, Saumur, Brissac-Quincé, la Corniche, Fontevraud, Montreuil-Bellay et ainsi de suite… Vivement la prochaine fois, en fait, je me régale d’avance !

La carte de cette journée de balade en Maine-et-Loire :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *