Hautes-Alpes – ascension du Boussolenc depuis Les Orres

Dernier jour, dernière randonnée et dernier sommet majeur, celui qui domine littéralement la station des Orres : le Boussolenc. Ce n’était pas ma priorité, car le sommet était réputé pour offrir quelques très belles vues mais aussi pour ne rien masquer des transformations (ou enlaidissements) de la montagne pour les sports d’hiver. L’enjeu de cette boucle était donc de trouver une combinaison de sentiers m’évitant au maximum lesdites vues et me permettant de profiter au mieux de la beauté des environs !

J’ai donc commencé ma boucle depuis les Orres 1800, comme si j’allais au lac Sainte-Marguerite mais en bifurquant à mi-parcours sur le sentier dit “l’aérien” (numéro 11) qui monte bien raide à travers bois et offre à mi-pente de splendides vues sur le cirque du lac mais aussi sur le vallon de Muretier et le Pouzenc. Pas un chat sur ce parcours aussi tôt dans la journée en tout cas, si ce n’est une paire d’autres randonneurs avertis. Une fois les bois dépassés, on rejoint en tout cas une partie du domaine skiable, qui reste toutefois très discret sur la crête aérienne qui mène au bar d’altitude au sommet du téléphérique de Pousterle.

Je me suis ensuite laissé tenter par un sentier à plat (numéro 4), menant à un joli belvédère sur les environs. Ici, impossible de masquer le caractère artificiel de la montagne, mais les vues sur le cirque du lac Sainte-Marguerite valent malgré tout le coup d’oeil et ce petit bout de chemin permet surtout de récupérer un autre splendide sentier qui s’élève du bon côté de la montagne, ouvrant des vues sur la zone de l’Aupillon plutôt que sur la station (numéro 10).

La descente depuis le belvédère du sentier 10 et la jonction avec le sentier 8 qui longe la crête dominant la station des Orres est en revanche moins glorieuse. Si les vues du côté droit, sur le Petit Vallon, sont splendides, ce n’est pas le cas du côté gauche avec des pylônes ici et là, des câbles et autres installations hivernales. Le sentier étant raisonnablement plat, on peut en tout cas hausser le rythme pour rejoindre rapidement le petit sentier de crête qui se détache de la piste pour rejoindre le Boussolenc.

On attaque alors le sentier numéro 15, celui qui mène donc au sommet du Boussolenc en passant par la crête, versant est. On évite en grande partie les vues sur la station en prenant la boucle dans ce sens, en se focalisant sur le sommet devant nous, sur le splendide vallon à droite et sur la vue de plus en plus dégagée sur la gauche, découvrant le bout du lac de Serre-Ponçon et Embrun. L’ascension n’est en tout cas pas difficile, même si le sentier est par endroits peu lisible et assez étroit. Il est en tout cas suffisamment emprunté pour être toujours facile à retrouver.

On atteint finalement et assez rapidement le sommet, avec son cairn sommital et son petit carnet de témoignages planqué entre les rochers. Je n’ai pas laissé de petit mot pour ma part, savourant plutôt le paysage offert par le Boussolenc. Embrun, les Ecrins, le Queyras voisin, l’Ubaye et même plus loin : c’est une remarquable vigie, parfaitement isolée et placée entre vallées et vallons pour offrir une vue panoramique. Remarquable.

La descente de l’autre côté du sommet du Boussolenc est un peu plus technique que le premier tronçon, avec notamment quelques zones exposées au tout début et un sentier étroit à travers des plaques rocheuses clairement à éviter ensuite. Ces quelques difficultés passées, le sentier redevient bon et descend gaiment vers le col de Terre Rouge, qui porte ce nom en raison de la couleur des terrains alentours, rougeoyant au soleil. Le sentier reste ensuite excellent (numéro 9) jusqu’à rejoindre le départ de la tyrolienne des Orres et un point d’arrivée de téléphérique.

Je continue mon chemin par le joli sentier forestier qui descend à la réserve d’eau de Grand Clos. Les jambes sont un peu fatiguées après cette belle ascension, c’est la fin de ce premier voyage dans le Queyras et ses environs, la station des Orres ayant montré par ailleurs qu’elle pouvait aussi offrir de jolis parcours de randonnée ! Il reste maintenant à commencer à réfléchir à la destination du prochain séjour alpin. Aravis ? Ubaye ? Belledonne et Oisans de nouveau ? Il y a encore tant à faire et à voir…

La carte de cette randonnée :