Corse – randonnée jusqu’au belvédère de Cervione

Me voici de retour en Corse, deux années après un premier séjour hautement satisfaisant. En 2020, j’avais plutôt en tête de partir à la Réunion pour la première fois, ou de partir aux Etats-Unis une nouvelle fois. Je n’avais pas prévu de retourner en Corse. Mais on ne va pas se mentir : les circonstances liées à la pandémie font que je n’ai eu trop le choix et que je suis extrêmement heureux d’avoir malgré tout pu avoir cette opportunité de partir quand tant d’autres n’ont pas pu bouger du tout.

Le programme de ce nouveau séjour est à la fois très similaire et très différent du premier. Similaire dans le sens où je vais une nouvelle fois tenter de rester dans les hautes montagnes corses… pendant une grosse semaine ! Et différent parce que cette fois-ci, ce n’est pas la Haute-Corse que je vais arpenter le plus, mais la Corse-du-Sud, avec une semaine complète sur place. Ce que je ne sais pas encore, c’est que je vais en réalité passer un peu plus de temps que prévu en Corse-du-Sud, météo très variable oblige (pour dire les choses poliment).

Pour le premier jour, je sors de l’aéroport et prend directement la route du Sud. Une petite randonnée m’attend, à mi-chemin entre mer et montagne, à la sortie d’une région admirable, la Castagniccia. Le village qui en constitue le point de départ et d’arrivée est notamment connu pour être la capitale de la noisette, il s’agit de Cervione, un fort joli village en corniche à la fort belle cathédrale Saint-Erasme que l’on découvre au départ de la randonnée.

Après avoir sillonné certaines des rues et ruelles de la ville, on finit par emprunter une petite route qui se transforme aussi sec en piste carrossable montant rapidement à travers pente jusqu’à une petite ferme. On quitte alors rapidement la piste pour passer sur un sentier qui s’enfonce agréablement à travers bois, certaines zones étant encore marquées par le feu.

Au bout du sentier, le belvédère de Cervione, première escale de la randonnée, nous attend. Il offre avec sa belle croix une vue parfaitement dégagée sur le village en contrebas mais aussi sur la plaine côtière de l’est de la Corse qui mêle forêts basses et cultures. C’est superbe sous ce soleil ; on savoure chaque rayon car les journées qui suivent sont annoncées orageuses au possible.

Le sentier repart ensuite vers l’ouest, montant encore un peu jusqu’à la pointe presque panoramique de Nevera. Certaines zones du sentier sont recouvertes de fougères et il faut se frayer un chemin tant bien que mal, tandis qu’on entend ici ou là un sanglier ou une chèvre détaler à travers les fourrés ! Au vu de la tête de certaines zones de sous-bois, je penche pour la première option…

Le but ultime de la randonnée, l’adorable Chapelle a Madonna est atteint quelques virages plus loin, avec le Monte Negrine en fond, qui donne envie d’étendre un peu la randonnée… mais il y a encore à faire du côté des courses et un beau morceau de route aussi jusque Corte. Une petite pause ensoleillée sous les arbres du petit parc de la chapelle est finalement la meilleure alternative avant de descendre rapidement vers Cervione. Les nuages se font menaçants et la pluie se déclenche lourdement au moment où j’ouvre le coffre de la voiture pour y ranger sac et bâtons… un sacré présage du programme des jours suivants !

La carte de cette randonnée :

Join the Conversation

1 Comment

Leave a comment
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.