ContiSafetyDays 2010 – Journée de tests à la Ferté-Gaucher

Le dernier weekend de juin, je suis encore une fois allé me balader sur un circuit pour les beaux yeux de Continental qui m’avait déjà fait vivre une première session de ContiSafetyDays en septembre dernier et bien entendu le ContiWinterTour à Val-Thorens cet hiver. Cette fois-ci, ça se passait sur le tout récent circuit de la Ferté-Gaucher, dans le 77 avec une mission : essayer le ContiSportContact 5P, dernier né des ingénieurs de la firme allemande.

Et plus encore que lors des deux précédentes éditions, Continental avait mis les petits plats dans les grands avec un plateau de voiture plus garni et surtout encore plus d’ateliers tout en conservant le principe de base qui a fait le succès de ces essais : le conducteur est laissé à lui-même dans la voiture avec un simple talkie et parfois un accompagnateur, histoire d’équilibrer les masses ! C’est toujours mieux qu’un sac de ciment, non ? Bref, du coup voici la première partie de cette journée haute en sensations et on commence donc avec la matinée, placée sous le signe de la sécurité.

En effet, Continental a souhaité nous montrer le bon comportement de son nouveau pneu sportif et polyvalent que ce soit en conditions d’urgence ou sportives. Quatre ateliers donc : un slalom à 50 km/h stabilisé avec comme consigne de bien rentrer dedans, de ne pas hésiter à tirer sur les pneus quel que soit le poids de la voiture. Puis un freinage à 110/130 km/h et ensuite un freinage / évitement à environ 70 km/h. Le dernier atelier ? J’en parle après.

Premier tour de repérage avec notre pilote-instructeur (Franck Fourgereau), premier gros freinage en Audi S4 break, ça pousse ! Et c’est enfin à notre tour de jouer avec au menu : l’Audi S4, une Mégane RS, une BMW Z4 3.5 iS ! Appétissant non ? Je ne m’éterniserai pas sur le Z4 tant je préférai son père, le Z3 (dont j’ai d’ailleurs eu l’occasion de détruire en tant que passager un exemplaire de version M Coupé). L’ESP est omniprésent, la boîte de vitesse automatique est une catastrophe et la sensation au niveau de la pédale de frein est déplaisante au possible. Une franche déception donc en terme de comportement qui empêche de se concentrer sur le travail des pneus.

En revanche, côté Mégane RS et Audi S4, c’est une toute autre histoire ! On retrouve dans cette Renault Mégane RS le caractère de la version R26 R de l’ancienne génération, quoique un peu plus civilisé mais joueur malgré tout. Le slalom est donc un régal et on sent bien le pneu rester sur sa bande de roulement, aucune sensation d’écrasement sur le flanc ou de flottement, quand bien même on aborde le slalom plus près des 60 que des 50 km/h. Le topo est le même pour l’Audi S4 qui malgré son poids très conséquent se comporte très bien et ne souffre pas, elle, d’une boîte automatique mal pensée et étagée.

Côté freinage à plus grande vitesse, la décélération est impressionnante pour l’une comme pour l’autre : les voitures freinent sur un rail, le pneu arrive à ralentir le véhicule alors que la piste est détrempée ! Sensation de sécurité assurée pour le coup. Et c’est là-aussi particulièrement vrai pour l’Audi S4 qu’on imaginait complètement à la peine sur un tel exercice.

Enfin, au niveau du troisième atelier, c’était la perturbation assurée : imaginez que vous rentrez entre deux lignes de cônes à 70 km/h. Au fond : un clignotant qui va vous indiquer au tout dernier moment s’il faut que vous freiniez droit ou que vous freiniez et évitiez soit à droite, soit à gauche du feu ! Certains ont eu un peu mal, j’ai moi-même anticipé le premier passage en freinant avec l’indication du feu mais on se prend au final au jeu en arrivant de plus en plus vite pour freiner le plus tard possible et réaliser l’évitement ou l’arrêt. Et ça fonctionne bien, un peu comme à l’évitement au permis moto ! Sauf que là, la piste était aussi mouillée… le pneu se retrouve donc totalement chargé et soumis à un transfert latéral mais il tient.

Enfin, le tout dernier atelier était en fait composé d’un petit slalom en Alfa Roméo Mito tout ce qu’il y a plus basique pour nous chronométrer (enfin là c’était Nicolas Navarro qui nous chronométrait, rien que ça) et aussi d’un exercice qu’utilisent les pilotes pour améliorer leur coordination, leurs réflexes et l’étendue de leur champ de vision : le … ! Bilan, en 30 secondes, j’ai réussi à éteindre 47 diodes mais je suis sûr que les 50 étaient jouables ! Toujours est-il qu’on se prend au jeu de cet instrument de torture.

Fin de la matinée et déjà un premier enseignement sur ce nouveau pneu : bien que sportif, il garantit aussi de bonnes performances en terme de sécurité au freinage et en sollicitations sur le sec ou mouillé en tenue latérale à vitesses moyennes. A priori, cet équilibre est obtenu grâce à un nouveau mélange pneumatique et aussi au travail réalisé par les ingénieurs sur la bande de roulement et les différents petits blocs de gomme qui sont reliés les uns aux autres par de petits ponts, rendant l’ensemble plus homogène, plus proche d’un pneu slick, tout en conservant la gravure du pneu.

Une belle matinée par conséquent avec du babyfoot pour se détendre, prolongée par une après-midi placée sous le signe de la performance… A lire bientôt !

Tags de cet article

10 Commentaires

  • Ping : Viinz
  • Ping : Viinz
  • Vu l’épaisseur du pneu, manquerait plus qu’il se mette sur le flanc ! Sur une vraie route ça doit faire plaisir aux vertébrales, surtout vu la raideur de suspension des productions actuelles (si ça fait rigide l’acheteur a l’impression que c’est solide).

    Niveau durée de vie, ils en disent quoi ? 15000 km comme avec des yoko ? Tu me diras avec des gens qui te conseillent de rouler en pneu hiver toute l’année…

    Tu as pensé quoi de l’intérieur de la MiTo ?

    J’ai pas tout bien compris le coup de l’indication du feu…

  • Ca doit être le pied une journée pareille! En plus vous étiez bien entourés 🙂
    J’avais entrevue une porsche sur les photos, pas d’essai avec ?

  • K4rt > Si loin ! 🙂

    Bôôh > Ils ne sont pas si « taille basse » que ça ces pneus ! Pas essayé sur une vraie route mais voilà une belle idée à soumettre à Continental 😉
    Niveau durée de vie, je ne me souviens plus mais on est au delà des 15000 km en conduite « normale ». Là, les pneus avaient 8 jours de circuit dans la tête et se comportaient encore très bien. Ce n’est pas un pneu ultra-sport qui dure 10000 bornes et s’effondre. Enfin il est vendu comme ça 😉
    (pour la MiTo : beurk…)
    Et enfin pour le feu, cf. la photo ext_6 (avec la Mégane est les plots), tu vois que la Mégane est partie s’arrêter à droite et qu’il y a une flèche verte à droite justement. Si elle avait été à gauche, freinage et évitement à gauche du panneau. Si au centre, freinage tout droit. A droite, c’est la config’ sur la photo ?

    Squier > C’était le bonheur oui !!! 🙂
    Et en effet, un Porsche Cayman S… rendez-vous lundi pour le second article !

  • Ah ouais, j’avais pas vu le feu sur la mignature
    Pour la MiTo c’est dommage qu’ils l’aient gâchée en ratant l’habitacle.
    Pas si taille basse ? Ils vont finir par mettre les marquage sur la bande de roulement à force. Tu te rends compte que la première mégane était montée en 175/70 13 (hauteur du flanc 12cm), aujourd’hui tu peux avoir en série 18in et un flan de 9cm… (bon d’accord, il y a aussi 225ch à tracter)

Commentaires fermés.