Retour

Dix jours en dehors du monde (ou presque). Dix jours sans le net (ou presque). Dix jours sans penser à rien avec simplement l’envie de partager quelques photos de temps en temps après avoir en partagé tant d’autres avec vous ces dernières semaines au travers du méli-mélo de Sardaigne et de Nouvelle-Calédonie qui a refait surgir en moi cette notion de « qualité de vie » dont nous manquons tous tant à Paris, quand bien même nous gagnerions un bon 4000/5000 net par mois… Le soleil et la mer n’ont pas de prix. La montagne non plus. Le reste encore moins. Les envies d’ailleurs sont nombreuses. Il y a des projets à construire. Des projets de vie. Ailleurs. Loin de Paris.

Alors bien sûr, j’ai un boulot qui paye bien, qui m’amuse, voire qui me passionne. Reste une certaine frustration de vivre dans une ville qui a tout d’un cloaque pour peu qu’on n’y soit pas touriste. Il ne me plaît pas de sentir la décrépitude humaine quand je descends sous terre, voire même à la surface. Il ne me plaît pas de contempler les névroses de cette vie moderne et elles sont nombreuses. J’ai des envies de trentenaire, d’absence de cette vie culturelle et sociale au sens effervescent du terme, vernissages, avant-première, branlette intellectuelle et j’en passe. Il faut dire que j’ai bu un peu de rhum ce soir. J’imagine que ça aide. Surtout 24h après mon retour.

Certain(e)s de mes meilleures amies l’ont réalisé. Je me tâte. Je traîne. Il me manque un déclic. Je ne sais quoi. Je sais juste que je n’ai plus trop rien à foutre ici. J’ai fait le tour. Je crois.

Pourquoi vivre ici à Paris quand on peut vivre bien mieux ailleurs ? Je me le demande. Et je n’ai définitivement pas de réponse. Enfin si, plusieurs. Mes fuites récurrentes. De plus en plus fréquentes et symptomatiques.

13 Commentaires

  • Paris est le berceau de la corruption.
    J’y trouve ce qu’il me faut pour me désennuyer, mais ça ne me dérangera pas de quitter la région quand j’aurai eu ma mutation et que je pourrai donc rentrer chez moi 🙂 …

    • Paris est une ville de perdition oui 🙂
      Et j’aime beaucoup ta formulation « me désennuyer », c’est exactement ça !

  • Je crois que ton billet souligne bien l’état d’esprit dans lequel je me trouve aussi actuellement. Cette envie de partir ailleurs, de vivre bien, de vivre mieux, loin de toute cette « folie », ce rythme qui t’exténue jour après jour et qui t’enfonce un peu plus dans cette morosité ambiante.
    Par contre contrairement à toi, je commence à peine ma vie « professionnelle » mais tout comme toi, j’aime ce que je fais, ça m’amuse et je m’en sors pas trop mal sans me vanter.
    Mais malgré cela, ça me tue, les transports me tuent, les gens me tuent, le temps me tue.
    Mes parents avant moi n’ont pas connu ça mais eux ont vécus différemment alors pourquoi pas moi ?
    J’attends aussi ce déclic qui me ferait fuir loin d’ici pour un petit coin de soleil entre ciel et mer.

    /me rêve…

    • Les transports et les gens me tuent de la même manière. C’est peut être l’une des pires choses ici… 🙂

  • Pourquoi se faire du mal en vivant à Paris? Pourquoi s’infliger cela? C’est moi le déclic pour partir c’est moi 🙂 Partons en Italie, au moins dans le Sud de la France…On ira faire des randos, se baigner…:)
    Encore un petit effort j’y suis presque 😉 tu vas la lâcher Paris

  • J’attends que ça moi aussi ! (provinciale aussi, ça doit être ça).
    J’aurai sûrement le déclic en ayant mon premier enfant (aucune envie qu’il grandisse ici), mais pour ça aussi j’attends le déclic !!! On en revient encore et toujours au même point de départ : le boulot et le salaire auquel on est pas prêt à renoncer.

    • Pourtant, je ne suis qu’à moitié provincial. J’ai grandi entre Paris, la région parisienne et la proche Normandie. Je sais simplement qu’il y a un ailleurs fort agréable à vivre.

  • c’est quoi le bonheur ? un salaire et un job ? Franchement. Le bonheur c’est pas ça. La vie c’est pas ça. Et partir ne veut pas forcement dire gagner moins, tout dépend de comment on se débrouille.
    Arrête de te trouver des excuses, et emmène donc Pim’s au soleil ! Ou alors assume d’aimer Paris 🙂 C’est pas sale tu sais…y a plein de gens biens qui aiment y vivre. (Pas moi, mais bon).

    • Disons que le salaire et le job aident à faire les courses comme disait l’autre affreux =)

      J’aime Paris soit dit en passant, l’été, quand les parisiens sont partis, que je suis touriste dans ma ville. Le reste du temps, c’est un cadre, parfois beau, parfois immonde.

  • On peut très bien partir en province, et avoir un meilleur salaire, c’est pas du tout incompatible (même si ça reste rare, d’accord, j’en conviens) 😀

    Après faut bien se rendre compte que la vie est bien moins cher en Province (logement, bouffe, sorties, etc…) du coup, la perte de salaire éventuelle n’est pas forcément sensible au niveau du train de vie. Pis bon, la qualité de vie n’a juste pas de prix. Et pourtant, je suis née à Paris, j’ai grandi en région parisienne, j’adore notre chère capitale, mais jamais ô grand jamais je regretterais ma décision d’en partir 🙂

    N’aies crainte, c’est que du bonheur qui t’attends en Province!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *