La Cité des Hommes

 « Numa favela um dia… » L’histoire commence tendrement, elle esquisse doucement les contours et les traits d’une amitié entre deux jeunes hommes dont les 18 ans approchent.
La vie les a déjà malmenés, l’un adolescent et père, l’autre à la recherche de son père, tous deux idéalisent cette icône absente dans leur existence.
Ces deux compères vivent « no morro », c'est à dire dans une favela au Brésil. Guerre entre gangs, déboires familiaux, ruptures, pauvreté … rien ne semble pouvoir les séparer.
Tiraillés entre la recherche d’un passé, d’une vérité et d’un but, Wallace et Acerola vont devoir choisir leur camp.

Ce film fait suite à « la Cité de Dieu », que je n’ai pas vu mais qui m’a été grandement conseillé.  Cidade dos homens m’a beaucoup touché, par la sincérité du jeu des acteurs, par la dénonciation de la violence et de la vie dans les favelas. Mais aussi et surtout par sa qualité d’image, les jeux de superpositions, d’oppositions, et tous les détails que seules les images peuvent apporter.

Il pourrait se classer dans les « films d’auteur », pas pour le côté « chiant », mais plutôt pour le côté artistique du film. Cela faisait bien longtemps qu’un film ne m’avait tant touché. Un seul conseil : ruez-vous c’est surement sa dernière semaine sur les écrans !

4 Commentaires

  • La cité ….

    J’ai vu ce film deux fois. En fait après le film « La cité de Dieu », les producteurs ont décliné le concept, la vie dans les favelas, en série dont le nom est « La cité des hommes ». Avec le succès de la série ils ont décidé d’en faire le film que tu viens de voir.
    Ce que je trouve vraiment intéressant dans ce concept c’est que l’on suit les acteurs/personnages depuis leur enfances. D’ailleurs les acteurs ont aussi joué ds « La cité de dieux », mais pas les mêmes personnages, ce qui les rend encore plus attachants.
    Le fait de la voir remettra en perspective le film que tu viens de voir. Je vais arrêté là car si je continue je vais te dévoilé l’un des fil conducteur de « La cité de dieux », et tu m’en voudra. Mais faut absolument que tu fasses la connaissance de Buscapé.

  • Heu Vinz,
    ta nouvelle interface ne permet pas de corriger les fautes d’ortographe que l’on découvre après avoir validé. 🙁

  • Entierement d’accord avec toi sur ce film.
    J’ai aussi particulièrement aimé le fait que le film te fait souvent sourire, voir rire à des moments tout de même assez noir.

  • Kornélius > C’est volontaire … Soit je laissais tous les boutons, soit je les enlevais tous, pas le choix. J’ai préféré enlever !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *