Amitié 2.0 – le procès de l’unfollow

Depuis quelques jours, j’ai une sorte de gros ras le bol de Twitter. Pour moi, cet outil est un divertissement, un moyen d’échanger avec des amis, des connaissances, quelques inconnus et quelques marques que j’apprécie. C’est aussi mon moyen d’information et de partage principal. Autrement dit : j’y tiens.

(même si je devrais pouvoir survivre sans le cas échéant)

Le ras le bol vient en fait des réactions de certaines personnes et de leur comportement. Explications.

J’ai peu de temps pour Twitter. Il se trouve que j’ai un travail qui ne concerne pas la communication, l’internet mondial et l’art de vendre du vent à prix d’or à des clients imbéciles. Je n’ai pas plus un travail à l’opposé, à savoir vendre de bons produits à prix honnête à des clients intelligents, même s’il y en a, tout dépendant essentiellement de la qualité de l’agence. Mais je digresse.

Donc. Mon travail me laisse peu de temps pour Twitter. A partir de ce point, deux solutions : 1 – suivre tout le monde, faire des listes pour ne finalement n’en lire qu’une, celle des gens que j’aime lire et des gens qui comptent ; 2 – ne suivre que les gens que j’aime lire ou qui comptent. C’est cette dernière solution que je choisis.

Alors forcément, ça charcle, ça nettoie, ça désosse, je vire, je nettoie, je pèse, je mesure et finalement je dégraisse. J’ai du passer de 400 à 250 depuis quelques mois. Et là en quelques semaines de 250 à 160. Je pense avoir atteint un certain équilibre. Alors bien sûr j’ai unfollow des gens que j’apprécie mais que je ne souhaite pas lire, je suis des gens dont je me fous mais que j’aime lire et ainsi de suite… C’est injuste (han !), c’est arbitraire et subjectif (oh !), bref ça correspond à mes goûts et envies du moment.

Très franchement, je me tamponne le cul de voir les actualités de telle ou telle agence retwittés systématiquement par une personne juste parce qu’elle y bosse. C’est d’un boulet. A la base, c’est une personne qu’on suit. Si on veut suivre l’agence / la marque, on suit le compte de l’agence / la marque… Alors quand on se fout des actualités pub / comm’ comme moi, il y a un moment où la pollution de timeline devient bien trop importante. Je n’ai pas envie que tu me dises que tu me suis et que tu veux que je te suive. Je n’ai pas non plus envie que tu m’envoies des DM à tout bout de champ, ni que tu m’envoies plus de sms que ma chère et tendre ou mes amis, les vrais, ceux que je compte sur mes dix petits doigts. Je me fous de ne voir que des twitts pointant vers le site que tu as créé et que tu pousses à tout bout de champ et rien d’autre à côté. Je n’ai pas non plus envie que tu me mentionnes dans un twitt pour me dire que je t’ai unfollow. Je n’ai pas envie que tu m’envoies un mail avec une fiche unfollow.fr et trois points d’interrogation. Sérieusement, vous n’avez rien de mieux à faire que de suivre vos follow / unfollow ? Sachez-le, vous n’êtes rien pour moi, juste un clic follow / unfollow. Vous n’êtes pas mes amis. Et je ne suis pas le vôtre non plus alors faites de même si je vous indispose.

L’amitié 2.0 est une farce, une putain de farce. Pour paraphraser un ami, un vrai, le 2.0 correspond au pourcentage d’amis réels que l’on se fait dans ce milieu. Je le trouve très optimiste, un 0.2 serait plus honnête en ce qui me concerne.

58 Commentaires

  • Non mais attends un peu ! Ca veut dire que ne me follow pas sur Twitter la ?!
    *je devrais prendre des cours de comédie écrite*

    Enfin une personne qui a compris comment doit marcher twitter. A quoi ca sert d’utiliser un outil qui te fait plus chier qu’autre chose au final.

    Bref, +1

    • C’est exactement ça, le « plus chier qu’autre chose ». Bien pour ça que je fous plus les pieds sur G+ 😀

  • erreur 500 lors du postage du commentaire, je recommence 🙂

    Je disais donc que vu que je te voyais toujours dans ma TL, c’était le principal, vu que je comprends qu’on me defollow vu que je cherche vraiment pas a être followé 🙂
    je me sers surtout de twitter pour ma veille et pour discuter parfois avec des gens que j’apprécie.

    J’ai la même réflexion sur Facebook ou j’ai actuellement TROP d' »amis »; des amis de vieilles vies pro ou perso, des amis d’enfance avec qui je ne discute même pas tellement ils me saoulent, des anciens coéquipiers de hockey qui ont oublié d’apprendre l’orthographe…
    Bref, j’essaie de réfléchir a une utilisation plus réfléchie des réseaux sociaux. Vu que dans les 3 réseaux actuels on a tendance a partir le plus vite possible pour avoir le plus de contacts possible… On verra comment je gère tout ça, mais je pense passer a une utilisation de Facebook pour un cercle privé de plus en plus restreint, twitter restera ce que j’en fait aujourd’hui, un outil de veille rapide et Google + serait plutôt ma vitrine « publique » avec articles plus poussés (les discussions et débats sont plus faciles et intéressants que sur Twitter)
    Mais tout ça c’est de la théorie 🙂

    • Pour ce qui est de Facebook, il est pour moi un agrégateur de gens, un melting-pot de l’ancienne connaissance, du pro, du perso et ainsi de suite, comme toi.
      Mon cercle très très privé, je le retrouve par mail ou sur Path, point.

      Quant à G+… Hum, ça me fatigue.

    • Mon billet a été pissé sur un coup de tête et n’a donc pas été réfléchi / relu / etc. En le relisant, je me dis qu’en effet il aurait mérité d’être un poil plus structuré.

      Mais un coup de grogne structuré, c’est un peu moins spontané.

  • Hehe tu as bien raison.
    Je me permet de revenir sur un de tes twitt qui m’avait marque, a propos de ton compte facebook, ou tu disait que quelqu’un etait pas oblige de retirer de la liste d’amis vu qu’il pouvait faire des filtres.
    Ben perso c’est cette option que j’ai pris, supprimer tous les « amis », des gens que parfois j’apprecie, mais dont je prefere soit twitter soit parler de temps en temps par mail.
    Je suis passe de 280 a 110 amis, et c’est beaucoup mieux ainsi, surtout pour savoir a qui tu partages etc etc.

    Et pour moi ce phenomene n’est pas nouveau. C’etait deja le cas a l’epoque des forum ou au final plus personne ne lisait les reponses des autres, ce qui retire un peu de l’interet de la chose. Et je pense aussi a faire le menage sur les abonnements bientot.

    • Je suis tout à fait d’accord avec toi sur le fait que la problématique n’est pas neuve et qu’il faut bien faire le ménage de temps en temps, remettre le curseur de l’application sur l’usage auquel on la destine. Dont acte.

  • 😀 J’ai fait le ménage il n’y a pas longtemps aussi 😀
    Ca me rappelle il y a un bail (deux ans environ) où j’avais fait le ménage dans mon ancien compte en disant « dehors les parasites » et que des morveux l’avaient mal pris (s’en était suivi des représailles, etc…)
    C’est usant!
    Perso, je suis curieuse de qui me follow. Mais je n’en fais pas une veille! >.< faut tout de même avoir sacrément rien à foutre dans sa vie pour se regarder le nombril comme ça. Et en général, les amis qui me défollowent, je ne le prends pas mal. J'ai en général masse d'autres moyens pour les contacter ^^ même si je peux pas leur envoyer un dm! (et puis il suffit d'un reply pour discuter, pas la peine d'avoir tout le monde tout le temps sous les yeux)

    • Ah oui tiens ça me rappelle quelque chose 🙂
      Quant à ceux qui me follow, je n’ai aucune idée de qui ils sont ! Je m’arrange simplement pour leur répondre au maximum, parfois je me mets à en suivre un ou deux deci delà mais rien de plus.

  • Bien qu’il y ait du vrai dans tout cela, tu pousses le truc un peu trop loin à mon goût. Notamment quand tu dis  » Vous n’êtes pas mes amis. Et je ne suis pas le vôtre non plus « .

    Sans le blog & sans twitter (parce que ne nous cachons rien, twitter personnifie le blogueur plus qu’un blog, tu ne serai pas là où tu es. Et je ne parle pas en terme de blogging, d’influence ou de renommée. On s’en balance ça et chacun le gère comme il veut. Mais je parle en terme de personne. Il me semble que tu as de « vrais » amis issus de ce monde du blogging et que tu ne connaissais pas avant.

    Si c’est le cas, ta dernière phrase ne vaut pas et si ce n’est pas le cas à mon avis tu rate quelque chose.

    Après, oui je suis totalement d’accord avec toi sur l’unfollow-follow, la gestion de son compte et sur les zbouns qui RT tout ce qui parle de Social Media sans avoir lu l’article juste parce que c’est leur agence qui l’a rédigé.

    • C’est un billet d’humeur, volontairement provoc’ et surtout lié à un certain énervement… 😉

      Le blog et ce petit monde m’ont en effet permis de rencontrer de jolies personnes. Certaines font encore partie de ma vie, d’autres en sont sorties et c’est tant mieux. Il reste quelques amitiés, peut-être 5 ou 6, sur les… quoi ? 1000 personnes rencontrées ?

      Mais donc ma dernière phrase, je la maintiens. Ce ratio de 0.2 de véritables amis (je ne parle pas là des connaissances et/ou connaissances améliorées).

      • Alors je vais t’apprendre un truc de fou ….

        Ce n’est pas le web 2.0 qui te fait rencontrer seulement 0.2 d’amis… c’est la vie.

        Si tu deviens ami avec toutes les personnes que tu rencontres c’est cool pour toi, mais j’en doute. Au quotidien tu rencontres des tonnes de nouvelles personnes, dans le boulot, le perso, le quotidien.. mais tu ne deviens pas amis avec tout le monde, c’est pareil avec le web 2.0 😉

  • « Il se trouve que j’ai un travail qui ne concerne pas la communication, l’internet mondial et l’art de vendre du vent à prix d’or à des clients imbéciles.  »

    Tu oses dire ca? Toi? Tu dois te trouver dans le top 10 des bloggeurs les plus vendus en France. A faire des opé pour des marques nul pour une seule raison. Parce que c’est payé. Et si aujourd’hui tu ne fais plus rien c’est parce que des CM avec qui je peux travailler te trouve insipide.

    • Mais oui je l’affirme ! Je ne cherche pas non plus à cacher qu’il y a quelques années, j’ai pu être payé pour ce que j’écrivais. Cher, même. On a bien heureusement le droit de changer d’avis et de se retourner de temps à autre sur son passé et de regarder ce qui se fait encore pour jauger tout ça à l’aune du savoir acquis (de la sagesse ?).

      Je ne sais pas si on me vend encore. En tout cas on m’invite encore mais je refuse beaucoup de choses, ne gardant que ce qui me plait véritablement à titre personnel et si cela n’interfère pas avec mes activités vraiment personnelles : amis, famille, couple, weekends, vacances, etc. Il reste donc les voitures, expos, voyages, photo, un peu de high-tech et de gaming. Exit le reste à de rares exceptions près et toujours gratuitement désormais.

      Quant à ta dernière phrase, je te remercie de ce vibrant témoignage ! J’aurais simplement apprécié quelques détails supplémentaires… Qui sait, je pourrais tout à fait me reconnaître et continuer à apprendre.

  • Perso je follow 450 personnes. En vrai j’en lis 130, sur une liste privée, parce que j’ai pas envie de défollow le reste et de subir les froissages d’égo qui vont avec.

    • C’est le premier choix… mais je crois que je suis trop fainéant pour ne serait-ce que créer une liste 😀 (alors tant pis pour l’ego 2.0, il peut aller crever en enfer)

  • Depuis quand faut-il se justifier (jusqu’à en faire un article) de ne suivre que des gens intéressants ? Personne ne t’a obligé à pourrir toi même ta TL en la remplissant d’abjectes.

    Quant à l’amitié 2.0, rien n’a évolué depuis IRC il y a de ça quinze ans.

    « Le procès de mon retard » aurait été plus juste.

    • Bonne argumentation… comme quoi même au bout de 4 ans 1/2 passés dans la blogosphérie, j’en apprends encore ! Et ce n’est pas faute de l’avoir déjà vécu sur les forums, sur IRC et ailleurs.

      Simplement, c’était beaucoup plus calme depuis quelques temps jusqu’à ce brusque rejaillissement !

  • 100% d’accord.
    Je ne dois rien aux gens que je suis, quand ce qu’ils disent ne m’intéresse plus (ou me soule…), j’arrête de les lire. Je fais pareil avec les magazines, les journaux et les blogs, comme tout le monde d’ailleurs.
    Je ne compte pas mes followers et je ne regarde en tout cas pas si il y en a qui m’unfollowent, chacun fait ce qu’il veut et je ne vais certainement pas les blâmer si ce que j’ai à dire ne les concerne plus.

    • L’avantage avec les magazines, les journaux et les blogs, c’est qu’ils ne viennent pas te le faire remarquer ensuite en pleurnichant… 😉

    • Je me souviens qu’à une époque, je m’étais inscrit à un service de ce genre, service qui a bien heureusement fermé ses portes car je ne supportais plus les mails d’unfollow / follow et pas moyen de me désinscrire 😀

  • Marrant comme je trouve ces commentaires hypocrites.
    twitter est un outil d’égotiste. (à moins de considérer le micro blogging, voire le blogging comme autre chose que comme de l’étalage d’ego).
    donc par définition si on y est, c’est pour dire des conneries qu’on trouve géniales. ou raconter sa vie géniale. ou ses phrases cyniques géniales.
    le virtuel crée aussi des réactions assez exacerbées.

    ceci couplé a cela fait qu’il est logique de se sentir blessé si on est unfollowé ; « tu ne me trouves pas assez intéressant pour être lu ».

    au passage je m’en contrebalance puisque tu me followes tjs :p

    et même si tu n’es pas ami avec 99.99% des gens de ta TL, je peux parier que si certains t’unfollowé tu le prendrais mal. parce que c’est purement humain que de le faire. l’ego en est blessé.

    une comparaison de merde. tu trouves un gars moche. mais ce gars moche te drague pas. t’en es vexé. c’est illogique. bah ici c’est pareil.

    • C’est vrai que Twitter sert à raconter de la merde (en plus de se tenir informé, de partager des infos, etc) : genre les gens qui puent dans le métro, les blagues sur les morts du jour… Chacun a son usage mais on retrouve des tendances globales.

      Mais oui, j’ai pu être blessé il y a longtemps quand quelqu’un que j’appréciais arrêtait de me suivre. Ce n’est plus du tout le cas, aussi pensais-je (à tort vraisemblablement) que c’était à peu près le mode de fonctionnement de tous !

      Maintenant, serais-je blessé si ceux que je considère comme des amis arrêtaient de me suivre ? Non, parce que ces gens là, je les vois le plus souvent possible, on échange des mails, on s’appelle, on s’envoie des sms, on boit des coups et surtout on se raconte tout ou presque. Je relativise ainsi : si les gens que j’aime ne me suivent pas, ce n’est clairement pas un drame… Les autres ne sont pas mes amis, ne sont pas ma famille, je le dis et je le répète, ils ne sont en réalité « rien » pour moi, ils font partie de cette aventure entre réel et virtuel qu’est le blog / twitter &co. Des expériences.

      (en revanche tu as trouvé la métaphore ultime pour Twitter :D)

  • Oui j’avoue le mail avec les points d’interrogations, c’était moi .. :s je suis susceptible …

    Mais je comprends et puis tes articles sur tes voyages ou autres sont INTÉRESSANT !!! et quand je peux, je forward ton blog à des amis …

    • Oui c’était un poil too much. Mais tu n’as pas été la seule…

      Quant au potentiel « intéressant » de mes billets, ma foi ça fait toujours plaisir de se l’entendre dire 😉

  • Je suis surtout effaré par l’agressivité ambiante sur Twitter et les termes employés, souvent disproportionnés.

    Vous me faites peur.

    • Ego = personne = dès qu’on y touche, ça part vite en couille… d’où la nécessité de se couper quelque peu de tout ça 🙂

  • Mon compte est privé, j’ai une vingtaine de followers et j’en suis à peu près autant. J’ai pas mal écrémé dès le début, et j’ai gardé l’essentiel. Parfois c’est pas très intéressant mais en général je lis/ vois des choses que je ne verrais pas ailleurs donc ça m’ouvre un peu l’esprit. Par contre, ce sont souvent des gens que je ne connais pas. Bizarrerie 2.0 que de raconter sa vie à des inconnus.

  • Twitter pour moi c’est 2 choses. Les potes, les vrais. Rares sur twitter, bcp plus nombreux au cafe ou sur la plage a rider! Mais bon. Sinon la deuxieme utilisation, c’est juste un roman sans fin completement destructure a lire avec un plaisir avide et glouton de maniere destructure. Si il manque 3 semaines, pas grave, on reprend au jour meme. Et ca j’adore.

    Sinon sur le sujet de l’unfollow, rien a kicker. Qui m’aime me suive. Vieux comme le monde, et vrai sur le gazouilleur!

    Allez, c’est parti pour mettre une connerie sur twitter du coup. See youthere.

    • « Sinon sur le sujet de l’unfollow, rien a kicker. » / voilà, c’était le propos de cet article… sauf que certains ont dérivé 🙂

  • Moi je suis pas mal de gens sur twitter et je pense que je devrais faire un peu le menage (ça fait un bon moment) j’ai tendance a rajouter les gens que je croisse et que je trouve sympa ou interessants mais parfois ils n’ecrivent plus ou ça ne m’interesse plus et c’est vrai que je devrais faire le menage… je ne sais pas combien de gens je suis ni combien me suivent exactement, je m’en fiche un peu a vrai dire… mais j’aime toujours parler avec des gens sympa 🙂

    • J’aime aussi beaucoup découvrir de nouvelles personnes… mais comme tu dis, parfois tu passes à autre chose, alors tu arrêtes de les suivre… et parfois ça crée des tensions. C’est ce point précis qui me fout en rogne.

  • si je te dis que je ne regarde jamais qui me follow qui m’unfollow, qui arrive qui repart tu me crois? je dois être la plus grosse naïve de twitter et ça me va….en fait je crois que le pb ce n’est pas l’ego c la misère sociale car la solitude, le manque affectif, le besoin de reconnaissance et d’attention….

  • J’ai trouvé un moyen très simple de ne pas faire souffrir mon égo pour cause d’unfollow massif : je n’ai pas d’alerte, je ne surveille pas ça. Mais si tu m’unfollow, je te bute 😀

  • Bonjour,
    d’un autre côté personne n’a dit que Twitter ça devait être un regroupement d’amis.
    Tu fais le procès d’un outil car son usage par la majorité de ses utilisateurs ne correspond pas à tes attentes.
    Je ne te connais pas c’est la première fois que je viens ici, mais faire le procès de l’ego alors que sur toutes les pages de ce blog le nombre de vues est mis en avant c’est… amusant.
    Ca me fait penser à ces blogueurs qui en façade trouvent ridicule de jouer sur son audience, son ego mais qui ont l’oeil rivé sur les stats de leur site et leurs followers.
    Les mêmes qui te parlent de « murir leur billets durant plusieurs jours afin de satisfaire l’attente de leur lectorat ».
    A s’imaginer que les gens sont derrière leur écran à attendre fébrilement le dernier billet de X.
    Alors oui généralement à peine le billet sorti, ils sont informés par RSS et le billet est twitté/facebooké/G+poussé, sans même avoir lu ne serait-ce que le chapeau.
    Dans l’espoir d’être #FF ou même cité par ce blogueur « qui a une forte audience », cette dernière étant majoritairement composée du même type de personne, cherchant un backlink, un followback…
    Ca ne suffit plus de se la mesurer, il faut être une connaissance de celui qui a la plus grosse… liste de followers.

    • Je ne fais pas spécifiquement le procès de l’outil (cf. mon introdution) : Twitter est un de mes outils préférés même si parfois il m’exaspère. Ou plutôt les réactions de certains m’exaspèrent, c’est d’ailleurs le sujet initial de cet article : la réaction à l’unfollow chez certains.

      Pour ce qui est du nombre d’affichages, c’est en fait une volonté de transparence et non pas un « hey, regardez, je fais x pages vues »… On me contacte parfois pour participer à tel ou tel évènement. Et dans cette optique, on me demande aussi combien de pages vues mon blog génère, etc. Plutôt que de vendre des chiffres éhontés comme le font certains, je ne triche pas : c’est marqué en dur sur le blog. 20 pages vues, 70, 80, 1000… chaque billet a sa « note », je préfère ça à un flicage Google Analytics ou que sais-je encore, ça me semble plus honnête vis à vis de ceux qui veulent m’inviter.

      Donc voilà : autant j’ai pu être comme ça il y a quelques temps (je dirais environ 2 ans), autant cette époque est révolue, j’ai autre chose à faire que de me préoccuper de stats / influence / tout ça, je me contente de me faire plaisir.

  • Revenons 10 ans en arrière avant tous ces réseaux sociaux débiles qui ne servent stricitement à rien, mais ou nous sommes obligés de participer …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.