Madère – les environs de Funchal

Après la découverte un peu frustrante de Funchal, il est temps de la quitter mais sans trop s’en éloigner car à quelques kilomètres de ce cœur citadin, des merveilles n’attendent que d’être vues ou visitées, plus ou moins touristiques mais toutes remarquables. Petite revue donc de quatre sites intéressants à découvrir aux alentours de la capitale de Madère : Câmara de Lobos, Cabo Girão, Eira do Serrado et Jardim da Serra. Temps nécessaire pour voir tout cela ? Une grosse demie-journée ! (oui, l’après-midi après la découverte de Funchal, c’est bien ça !)

Commençons donc par quitter Funchal. Oubliez l’autoroute et aventurez vous d’abord dans le quartier des grands hôtels et leur royaume de béton. Le fameux Reid’s dépassé, on traverse en effet une forêt de buildings infâmes avant de bifurquer sur de menues routes, direction Câmara de Lobos. Cette crique aux loups de mer (les phoques) se découvre à la faveur d’une route en corniche qui passe d’un bout de falaise à un autre, entourée de plants de bananiers et autres plantations luxuriantes. Un arrêt rapide et c’est d’ailleurs l’occasion de découvrir l’une des premières piscines semi-naturelles de l’île car les plages sont ici tout sauf la norme. On ne vient pas à Madère pour se baigner, en quelque sorte, on y vient pour se balader et il faut d’ailleurs noter qu’un sentier aménagé fait le trajet Funchal – Câmara de Lobos en peu de temps. Il s’agit de la randonnée #1 du guide Rother. Sûrement sympathique quand on a pas mal de temps, pas vraiment indispensable tant la première partie du chemin est bordée d’immeubles.

portugal-madere-camara-de-lobos-1

Le village de Câmara de Lobos est paisible, son anse bondée de bateaux à flot ou au repos, avec roussettes qui sèchent et ponchas à déguster dans les estaminets du coin. La route est longue et ce ne sera donc pas pour cette fois mais la petite ville et son cirque de terrasses parsemées de maisons est doux à voir après l’urbanisme de la capitale. Une sorte de transition en douceur vers le sauvage, avec mignonne église de pêcheurs et falaise dantesque en toile de fond.

portugal-madere-camara-de-lobos-10

On reprend la route pour s’aventurer un peu plus loin sur la côte sud, au sommet de la falaise dominant les environs. Il s’agit du Cabo Girão. Attraction touristique s’il en est, elle n’en est pas moins un passage obligé pour qui veut prendre une belle claque derrière le crâne. En effet, une plateforme métallique a été bâtie au sommet, en surplomb de la falaise. Sous les parois en verre, ce sont 480 mètres de vide que l’on contemple avec tout en bas, là-bas au fond, des champs de bord de mer et la réplique de la Santa Maria, une des caravelles du sieur Colomb. A gauche ? L’anse de Câmara de Lobos et Funchal, grosse verrue de béton au second plan et la baie que l’on aperçoit derrière. C’est beau. Beau beau beau. Cela valait le coup de faire peiner le moteur sur les flancs de ce rocher fantastique !

portugal-madere-cabo-girao-5

portugal-madere-cabo-girao-4

Demi-tour. On s’est aventurés à l’ouest et il est désormais temps de repartir un peu plus au nord. Je commence volontairement par Jardim da Serra, quand bien même je me suis d’abord rendu à l’autre point : Eira do Serrado et Curral das Freiras. Cabo Girão et Jardim da Serra sont en effet proches l’un de l’autre et je vous conseille donc de grouper plutôt que d’alterner comme je l’ai fait ! Jardim da Serra n’a en soi pas un intérêt fantastique si ce n’est d’offrir un nouveau visage à Madère. Des vignes, la mer, les hauteurs et quelques églises et maisons semées ici et là. Le coin est perdu et cela ne cesse de monter mais la vue que l’on découvre alors est splendide. Il existe d’ailleurs des randonnées de levadas qui partent d’ici et rejoignent le Cabo. Je n’ai évidemment pas eu le temps / pas fait le choix de les arpenter cette fois-ci mais je pense qu’elles doivent valoir le détour, à travers vignes et en compagnie de l’eau, avec vue sur la côte sud. Splendide.

portugal-madere-jardim-da-serra-5

portugal-madere-jardim-da-serra-9

Je termine donc cette demie-journée de découvertes à l’ouest et au nord de Funchal par un coin assez singulier : Eira do Serrado et à son pied, le village isolé (un peu moins maintenant avec l’interminable tunnel en descente qui y mène) de Curral das Freiras. Quand Funchal était attaquée, c’est ici que de nombreux habitants venaient se réfugier, avec les nonnes qui y résidaient, à l’abri de tout. La route qui mène à ce point haut permet de se rendre encore un peu mieux compte de la géographie volcanique du coin : des monts très élevés, pentes très raides et couvertes d’arbres avec des vallées profondes, encaissées au possible et luxuriantes. C’est le premier contact un peu sauvage avec Madère et ce ne sera pas le dernier. Je reviens à Eira do Serrado : c’est en fait un hôtel avec un très court chemin qui mène à un belvédère. De ce nid d’aigle, on a une vue absolument dégagée sur la vallée de Curral das Freiras, de quoi mieux comprendre la tranquillité du coin à une époque pas si lointaine…

portugal-madere-eira-do-serrado-3

portugal-madere-eira-do-serrado-5

Voilà : en une petite demi-journée, sans randonnées usantes ou autre, on peut déjà avoir un aperçu plutôt grandiose de la sauvagerie et de la nature de Madère, de sa complexité pour l’homme également avec toutes ces cultures en terrasse, ces pentes abruptes et vallées très encaissées et protégées. L’aspect bâti et contrôlé de Funchal s’efface ainsi en seulement quelques kilomètres, laissant le visiteur la bouche grande ouverte devant tant de splendeur. Et dire que ce n’est que le début. Prochaine étape : on randonne !

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.