Malaisie – Une matinée à Rawa Island

Un peu avant l’excursion à Redang, je me suis rendu sur un autre chapelet d’îles situé à proximité des deux principales Perhentian : Pulau Kecil et Pulau Besar : Rawa. Mer un peu agitée entre les deux Pulau, la mer s’engouffre et crée quelques jolies vagues que le bateau entaille avant de frapper durement la suivante. Pas vraiment idéal comme réveil dirons-nous ! Notre guide est l’un des membres du personnel de l’hôtel et nous accompagne donc, les deux seuls européens d’un bateau gonflé d’asiatiques (singapouriens et chinois) dont je vous reparlerai plus tard…

malaisie_rawa_island_1

Quelques vertèbres compressées plus tard, on arrive sur le premier îlot. Interdiction d’amarrer le bateau à proximité de la plage, coraux obligent. On est donc débarqués tant bien que mal (appareil photo en tête) sur la plage, voilà qui m’a rappelé un certain débarquement sur une plage corse ! (sauf qu’à l’époque nous avions des sacs étanches…). Palmes, masque, tuba. C’est parti pour une séance de formation de celle qui m’accompagne, les palmes étant d’une bonne aide ici. Il faut aussi apprendre à bien estimer la distance qui sépare son ventre des coraux, afin de ne pas éviter certaines zones et de faire bien attention à d’autres, effet grossissant du masque n’aidant pas spécialement à ça !

Quoiqu’il en soit, la première sublime surprise du jour arrive rapidement, à quelques encablures de la plage, dans une zone très peu profonde : trois Napoléons rien que pour nous ! On se balade avec eux pendant de longues minutes, le plus gros d’entre eux faisant la taille de mon torse ! Beau moment face à un poisson que j’aime particulièrement. Les chinois n’auront quant à eux rien vu, trop occupés à distribuer des kilos de pain de mie pour attirer une multitude de petits poissons sans grand intérêt. Ces cons gardent d’ailleurs leur gilet de sauvetage dans l’eau. Soit ils ne savent pas nager. Soit ils sont vraiment cons. Choc culturel pour moi sur ce point, au delà du fait de balancer des kilos de pain de mie dans une zone protégée, ce qui me donne envie de prendre un couteau et de les ouvrir en deux pour nourrir la faune locale. Autre point, ces chers amis ont un peu de mal avec leurs palmes, autant vous dire que les coraux souffrent un peu… Le guide est d’ailleurs un peu blasé et commence à nous accompagner alors que nous nageons, il nous aime bien : on nage, on cherche, on fait gaffe où on met les palmes. C’est d’ailleurs l’effet global que m’a fait ce bout de caillou : quelques détritus sur la plage, des coraux abîmés par le trop grand nombre de bateaux en saison pleine… L’impression d’un grand gâchis mais une vie animale toujours présente au travers de ces splendides géants que sont les Napoléons.

malaisie_rawa_island_7

On remonte sur le bateau, direction un autre spot à quelques encablures. Ce sont les raies que nous cherchons cette fois-ci. Mer translucide et deux zones de nage, l’une assez peu profonde (3-4 mètres), une autre avec une bonne dizaine de mètres sous les pieds, forêt de coraux à la clé. Nos chinois chéris descendent du bateau, toujours avec leurs gilets. Certains crapahutent vers la plage, je ne cherche pas à regarder ce qu’ils font de leurs pieds / palmes / chaussons, je suis déjà en train d’explorer la zone, yeux écarquillés devant les coraux de toute beauté et une belle flopée de poissons. Je m’éloigne un peu du bateau, le guide me rejoint finalement, ainsi que mon accompagnatrice, pas trop rassurée face à la profondeur, je vous expliquerai plus tard pourquoi ! Conscient de cela, le guide la prend par la main, lui montre ces petits coraux / éponges / je ne sais quoi qui peuplent les rochers et s’y glissent quand on approche la main. Il nous montre les anémones et les poissons clowns qui ronchonnent quand on s’approche un peu trop. Enfin, des raies, une belle quantité, cachées dans le sable ou sous des sortes de plateaux de corail. Un régal.

malaisie_rawa_island_8

On s’éloigne encore un peu, faisant un tour bien large autour du bateau. Il y a désormais une vraie grosse dizaine de mètres sous nous quand le guide se retourne et nous mime une crête d’iroquois avec les mains. Requin. Panique à ma droite et retour au bateau (elle s’en voudra plus tard car c’était une occasion tranquille de gérer sa peur / son stress), le guide nous suit puis nous repartons. La bestiole n’a pas quitté les lieux, elle nous tourne autour, curieuse. Un pointes noire, un bon mètre cinquante de longueur. Tout sauf effrayant, d’autant plus qu’il nous évite quand on plonge pour s’approcher de lui, qui s’obstine à rester au ras des coraux.

Fin de la balade, il faut bien repartir. Splendides Napoléons, des raies, des anémones, de beaux coraux, un requin, cette demi-journée d’excursion à Rawa Island valait le coup, y compris pour se redonner confiance !

Tags de cet article
, , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *