Weekend EducTour Corsica Ferries – voir Bastia et dormir

Ouais, mon titre ne veut rien dire… ce serait plutôt dormir et voir Bastia mais bon, aucun intérêt ! Toujours est-il que c’est ce qu’on a fait : dormir !
Je ne sais pas ce qu’il en est des autres, mais moi j’ai dormi comme un ours en hiver : profondément. Et ne venez pas me dire que le vin italien y était pour quelque chose car le lit était objectivement confortable. Et surtout, le Mega Smeralada m’a impressionné pour un truc en particulier : on ne sent rien… Pas de vibrations, peu de bruit de moteurs, pas de bruits de ventilation, pas de tangage ni de roulis, on dort dedans comme si on dormait chez soi. Voilà qui m’a réconcilié avec les ferries et je pense bien me faire une croisière dans les fjords norvégiens dans les temps à venir (le Smeralda vient de là-bas en fait) (ou reprendre le ferry pour venir en Corse d’ailleurs…).
Seul truc qui fait mal : le réveil. Six heures du matin, le haut-parleur de la chambre entame sa mélodie : « Messieurs dames bonjour, il est 6h du matin et nous accosterons à Bastia à 7h…  » etc. etc. etc. Bon, j’avais fort heureusement triché et mis mon réveil à 5h50 mais vach’te ! ça pique les oreilles ! Enfin, il faut que le ferry soit vide le plus vite possible, alors ça se comprend.
Mais bref. Douche chaude qui réveille, habillage réglementaire (pantacourt, tshirt, sneakers) enfilé, valise rangée, le tout en 10 minutes chrono (Vinz est efficace, que cela soit dit hein) : je monte sur le pont supérieur… La Corse est là, le soleil est là, un vent frais me fouette le visage et me revigore. Le sourire vient naturellement, on y est enfin !
Bastia approche, la ville émerge peu à peu et le ferry vient se caler en marche arrière entre deux autres navires… Le tout vu à nouveau depuis le poste de commande puisque le commandant a semble-t-il apprécié notre venue et notre enthousiasme du départ ! La vieille ville et la Citadelle semblent dominer le port, on aperçoit le siège de la Corsica Ferries, il est temps de descendre et de rencontrer nos guides du weekend : Sylvie et Marie… Premier contact chaleureux, l’ambiance est d’ores et déjà là dans le bus !
Direction la citadelle justement pour une visite rapide de la vieille ville et un petit-déjeuner (merci l’Office de Tourisme de Bastia) gargantuesque mais surtout local : pâtisseries en tous genres, gelée d’argousier, confiture de cédrat, miels corses… Fabuleux moment, ma chère Alexiane et moi étions… vautrés au soleil à débattre de ce weekend, du fait qu’on aurait bien passé la journée posés là et que ce weekend allait être l’occasion de beaucoup réfléchir sur nous-mêmes. Très philosophique pour du 7h30 du mat’ mais tellement adapté à l’instant. Bon, si vous voulez prendre un petit-déjeuner à Bastia, allez au lever du soleil dans ce bar, l’un des plus vieux de la ville, idéalement placé pour commencer la journée. Cela s’appelle la Citadelle, tout bonnement !
Sylvie nous a ensuite entraînés dans la ville à proprement parler… Vieilles ruelles, escaliers cachés, de la pierre ancestrale ; les ombres et la fraîcheur de la nuit s’attardent parfois tandis que le soleil monte et réchauffe les murs. Il y avait pour moi comme un parfum de Cusano Mutri, un vieux village italien cher à mon coeur même si là, on aperçoit la mer au hasard des ruelles. Splendide ville que le coeur de Bastia, il me faudra revenir.
Et puis on se pose un instant dans une chapelle, la Santa Croce, théâtre des réunions de certaines confréries de la ville… Un Christ Noir nous observe, oeuvre vénérée par les bastiais à l’histoire riche et qui trône aux côtés du sceau papal dans cet écrin de bois et d’ors. Les confréries étaient riches et amatrices d’arts divers, on le ressent ici…
Fin de la visite, ce fut rapide… et comme je le disais il faudra revenir ! Le bus nous attend, notre chauffeur, Gilbert, aussi (je vous reparlerai de lui d’ailleurs…), il faut maintenant aller vivre d’autres aventures. A demain…

La Citadelle

6, rue du Dragon
20200 Bastia
04 95 31 44 70
Tags de cet article
, ,