Le train en Italie …

… ou comment je ne veux plus entendre un con de français gueuler sur la SNCF. Sérieusement. Après un atterrissage tout en douceur à Naples et l’assimilation plutôt réussie des 35° du tarmac, nous nous sommes dirigés vers la gare centrale de la ville pour y prendre un train vers Omignano, lieu de résidence de la famille d’Alice.
Première chose ici : ne rien attendre des guichetiers … mais alors rien. Si ce n’est bien sûr de te vendre un billet correspondant à ton trajet. Pour le reste, c’est à dire l’amabilité, les renseignements sur le train, son heure de départ, sa destination finale ou encore, qui sait, son quai de départ … il ne faut à priori rien attendre.
Conclusion : on a traversé une ou deux fois la gare (toujours 35° et un putain de temps orageux et lourd à souhait) avant de trouver notre bonheur en la personne d’un agent de la protection civile. Pas un agent de TrenItalia ou un guichetier donc. Juste un mec dont ce n’est pas le boulot. Bon, les guichetiers SNCF ne sont pas toujours des flèches, on est bien d’accord, mais ceux de Naples sont de sacrés gros branquignols.
Une fois dans le train, force est de constater l’absence de climatisation et la présence de quantité de vendeurs ambulants qui vendent, au choix : eau glacée, bière, sodas ou encore des éventails ! Le tout pour 1€. De là à croire qu’il y a une machination entre les opérateurs ferroviaires et la mafia qui gère certainement tous ces petits vendeurs, il n’y a qu’un pas ! Bref. Il était presque temps de partir.
Oui, mais non. Les deux derniers couples de voitures n’avaient absolument aucun air conditionné, ni même de lumière. Donc, ce qu’on fait dans ce cas, c’est qu’on déplace tout le monde dans les voitures de tête. Y compris nous donc qui sommes dans un de ces couples, mais avec une voiture qui fonctionne … Hum. Cohue, pieds nus sur le quai, valise en bandoulière, sacs en traineau ou l’inverse ! Nous voilà finalement assis au milieu d’une ribambelle d’italiens. Joie.
C’est là qu’on voit la puissance de la SNCF (en plus des éthylotests je veux dire) : en général, on nous informe des retards et de leur cause, ici que dalle … en général, les gens n’utilisent pas leur téléphone en voiture, ici c’est tout l’inverse … en général, la vitesse est plutôt constante, ici c’est un doux rêve … en général, les gens essaient de parler « modérément » fort, ici c’est l’opéra en continu !
Vous me direz surement que chacun d’entre vous a déjà vécu cette situation dans un train français … maintenant imaginez que cela soit votre quotidien et que cette situation soit valable sur l’ensemble du réseau français (ou disons le sud). Je pense que vous avez compris le truc : faîtes un petit tour de train à Naples et vous verrez à quel point nous sommes bien servis par la SNCF.
Toujours est-il que nous avons passé un voyage somme toute correct avec en compagnon de fenêtre un splendide orage qui nous a ravi les yeux de ses éclairs. C’est juste qu’on a mis 3h30 … au lieu de 2h10. Joie.

4 Commentaires

  • Le mec il part en vacances en Italie avec sa chérie et il râle pour une histoire de train. T’es lunaire Vinz 🙂
    Evite la Chine (et plein d’autres pays en fait) hein si un voyage en train un peu roots est la première chose dont tu parles en rentrant :))

    (ah ah mes commentaires agréables t’ont manqué ou bien? :p)

  • Mais tu as vu où qu’en France on te donnait la durée et la cause d’un retard ??? La SNCF il ne suffit pas d’y bosser, il faut aussi essayer de l’utiliser pour savoir comment ça marche ! Retard : le retard annoncé progresse au fur et à mesure : si le train n’arrive pas à l’heure, on te dit qu’il 5 minutes de retard. 5 minutes après on te dit que ce sera 10, puis 15, puis une demi-heure et au bout d’une heure on te dit qu’en fait il ne viendra pas. Causes, on te le dit uniquement si elle permet de dédouaner la SNCF, ou quand c’est les grèves (mais dans ce cas on la connait déjà la cause).

    Pour les trains italiens, je n’en aurait qu’un (deux en fait), en première (clim?) et dans le nord, ce qui change tout, vous en conviendrez…

    Et ce n’est pas parce que c’est la merde ailleurs qu’on doit se réjouir de patauger dans la fiente

  • Chic, chic, il fait chaud en Italie !!! Je pars à Naples la semaine prochaine, bien décidée à enfin avoir un peu de soleil…pour le train, on avisera…si les mêmes déboires se produisent, on lance une pétition ? 😉

  • Mamzelle > Je râle toujours, tu le sais bien !!! C’était bien loin d’être lunaire en tout cas. Disons qu’en Chine ou en Inde, cela nous dérangerait beaucoup moins qu’en Italie, qui est un poil « censé » être un pays de l’UE quoi … ‘fin bref les vacances étaient bonnes hein 😉

    Bôôh > Ah bah la durée, en général c’est le cas … la cause un peu moins certes ! Dois-je te rappeler que j’ai fais Paris-Troyes (ligne pourritique s’il en est) pendant 4 mois, matin et soir ? 🙂
    Et oui le nord change tout … Naples est un monde à part semble-t-il !

    LZ > Oui il fait CHAUD ! Bordel ce qu’on se pèle à Paris 😉
    Volontiers pour la pétition, on gèrera avec la Camorra !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.