Test produit – Motorola Dext

Depuis quelques semaines, je teste au quotidien (ce qui signifie que j’ai fait un hard-reset de mon iPhone et qu’il est posé dans un bac chez moi) le tout nouveau Motorola Dext sous Androïd et inaugurant l’interface maison, baptisée Motoblur.

Au programme, un Androïd 1.5 (seulement…) et l’intégration des réseaux sociaux principaux à la manière des HTC pour l’interface Sense qui m’avait particulièrement charmée sur le Hero. Le téléphone rejoint le Dream et le LG GW620 au rang des téléphones à clavier physique et virtuel avec un écran coulissant sur ledit clavier physique.

Deux semaines d’utilisation complète, une autre à préparer l’iPhone à son retour à la vie puisque je suis censé garder ce téléphone en prêt longue durée comme on dit. Oui, mais bon, l’iPhone reste… terriblement supérieur au Dext, même en version 3G. Autant j’ai pu douter avec certains produits Androïd, autant ici aucun doute, je ne switcherai pas et j’en suis désolé. Explications…
J’ai croisé vendredi dernier Anh du JDG qui a lui aussi eu le téléphone en prêt et n’a rencontré aucun souci avec le téléphone, ce qui n’est pas mon cas ni celui de quelques autres qui se sont semble-t-il plaint du comportement erratique du téléphone. Du coup, ce test est clairement et nettement entaché par les problèmes rencontrés au niveau du fonctionnement du mobile.

Points négatifs :

  • une autonomie proprement dérisoire, inférieure à la journée quel que soit le choix de configuration : Edge, 3G, WiFi… quelle que soit la combinaison, la batterie lâche très tôt, trop tôt. Un calvaire. Et c’est un utilisateur d’iPhone qui le dit, c’est là où c’est particulièrement moche.

  • un écran fort… mauvais. Mais là, c’est semble-t-il limité à mon téléphone mais mon écran était magique : il s’active tout seul, les icônes se déplacent alors que je ne touche pas l’écran, il valide certaines touches d’action alors que je suis en train d’écrire un mail / twitt / statut… je ne compte plus les erreurs d’envoi, les suppressions de mail en pleine écriture et autres bugs ! Le téléphone a volé à quelques reprises, tout simplement. L’horreur, de quoi me foutre de mauvaise humeur. A cause d’un téléphone…

  • le hardware est destiné à une entrée de gamme Androïd et cela se sent au niveau réactivité de l’écran et du mobile de manière générale, même si peu d’applications tournent en fond ! Twidroid ou tout simplement l’Accueil ont planté pas mal de fois, de quoi là aussi regarder le téléphone d’un air clairement frustré et blasé.

Points positifs :

  • l’interface Motoblur est bien pensée avec notamment l’intégration d’un widget à mettre sur un des bureaux, widget permettant de mettre à jour ses statuts sur Twitter et/ou Facebook. Hyper pratique, un gros plus par rapport à d’autres interfaces personnalisées. Pour le reste, on retrouve ce qui avait été vu sur Sense : pour chaque fiche contact, on retrouve l’historique d’évènements et interactions avec la personne et ses derniers statuts sur les réseaux sociaux,

  • la finition générale du mobile est très satisfaisante, tout comme le clavier physique qui répond très bien et est complet même si j’aurais souhaité une profondeur de touche un peu moins grande (je chipote…) : rien à dire,

  • la prise en main du mobile, en mode horizontal ou vertical est bien faite, rien à dire…

  • la synchronisation des contacts se fait de manière plutôt intelligente et le carnet d’adresses se retrouve très vite lié à celui de Facebook. Un peu plus délicat pour Twitter, les gens utilisant le plus généralement des pseudos !

  • la partie photo est quant à elle plutôt soignée avec une option de partage bien pensée via Motoblur là aussi… mais je me suis finalement mis à utiliser l’option Gmail intégrée à Androïd pour publier aussi bien sur BlogItExpress, Tumblr que Flickr (et bien sûr Twitter et Facebook, les comptes étant liés).

Alors, ce Dext, bien ? Si l’on excepte les problèmes chroniques d’écran rencontrés et qui ont réussi à me dégoûter de l’utilisation de ce mobile, le reste est plutôt intéressant avec de bonnes idées dans l’interface Motoblur (notamment ce widget de mise à jour de statut) mais en revanche une batterie résolument faiblarde.

Conclusion ? Quand bien même je n’aurais pas eu ces problèmes, le Dext ne me semble pas taillé pour combattre les références HTC Hero (et mobiles à venir), Magic ou même le petit dernier Tattoo que j’ai approché quelques minutes et qui m’a semblé plus réactif !

Le Dext semble donc être un premier jet en entrée de gamme destiné à relancer la marque en attendant mieux et notamment le Droïd qui a l’air nettement plus apte à lutter sur ce marché que son petit frère. Un coup dans l’eau, en ce qui me concerne, oubliez ce mobile.

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.