Antarès de Léo – Carthago de Christophe Bec

Amusant, il suffit que je dise que je souhaite acheter moins de BDs pour que deux tomes splendides viennent me sortir du chemin de la rédemption bullesque … Ces deux tomes, c'est le tome 2 d'Antarès, par Léo et le tome 2 (aussi) de Carthago, par Christophe Bec.
 
 Antarès, c'est la suite de deux cycles que je considère comme majeurs dans la BD de science-fiction humaniste : Aldebaran et Bételgeuse, 5 tomes chacun, 10 tomes de plaisir tant graphique que scénaristique. Antarès est dans leur droite lignée : il se passe beaucoup de choses, mais on progresse finalement peu par rapport aux mantrisses, ces créatures gigantesques qui peuplent tant Aldebaran que Bételgeuse.
En revanche, on retrouve avec ce second tome les thèmes chers à Léo : la dénonciation du totalitarisme, la peur de l'autre, l'acceptation des différences, le rapport à l'environnement, la stupidité des hiérarchies … autant de sujets à teneur humaniste et qui nourrissent son travail depuis de longues années. Pour ce cyle, il semble que ce soit l'extrêmisme religieux qui prenne le pas sur la dictature d'Aldebaran ou le régime militaire de Bételgeuse; la différence est par contre incarnée par la propre fille de Kim, l'héroïne (toujours aussi belle) de cette BD.
Une intérrogation demeure … il reste en théorie 3 tomes à Léo pour boucler son cycle ainsi que le projet en entier. Cela me semble court, quand bien même les tomes sont toujours denses et riches en évènements … Un quatrième cycle de conclusion, peut être ?
 
 Carthago, c'est en fait le nouveau projet de Christophe Bec, scénariste et dessinateur, autrement connu pour Bunker, Sanctuaire, Zéro Absolu … 
 
Pour Carthago, c'est en scénariste que Christophe Bec se place, à une époque très proche de la notre. Le pitch est simple, c'est un thriller écologique axé sur des leviers clairement d'actualité : l'épuisement des ressources naturelles a conduit de nombreuses entreprises, et notamment la Carthago, à chercher toujours plus profondément dans les océans. Jusqu'à découvrir de gigantesques cavités sous-marines et se retrouver confronter à ce qui les peuple. A commencer par le Carcharodon Megalodon. 
Dans ces deux tomes, on va suivre cette découverte et son impact environnemental, mais pas seulement … on découvre qui se cache derrière la Carthago, mais aussi qui est ce centenaire des Carpates, un homme brisé à la fortune colossale, collectionneur et passionné … Bref, le scénario, rondement mené, s'étoffe peu à peu et prend une dimension plus globale : la mise en péril d'un équilibre environnemental déjà lourdement perturbé par les activités humaines.
 
Je ne suis peut être pas aussi emballé par Carthago que par Antarès, mais ces deux cycles se rejoignent sur leur thématique environnementale tandis que le cadre diffère : l'évasion par l'espace pour Antarès, l'évasion par les profondeurs pour Carthago. Deux points de vue, deux BDs à lire et à avoir dans sa bibliothèque.
 

2 Commentaires

  • Hello,
    j’ai trouvé super pertinent d’avoir comparé Antarès avec Carthago. C’est également mes 2 BD phares en ce moment, un pur bonheur. (Dans un tout autre registre mais drôlement frais, l’île sans sourire !
    A lire absolument..)

    Pour la SF, c’est vrai que la horde du contrevent est aussi dantesque que Dune. Un bijou et comme toi, je pensais me calmer au niveau des achats. c’est pas gagné gagné. Bonne suite pour ce blog

  • Sofia > Du bonheur en effet ! D’ailleurs, je me demande ce qui a pu sortir ces derniers temps, j’essaie de me tenir éloigné de la FNAC.

    La Horde, la Horde… quel chef d’oeuvre !

    Merci 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *