Petit weekend dans le sud – entre Rocamadour et Cadaqués

L’an passé, nous étions à Budapest… Cette année, un peu moins d’exotisme mais une volonté d’avoir un poil plus chaud ! Alors direction le sud de la France pour cette passation de pouvoir entre 2010 et 2011. Jeudi matin, récupération de la traditionnelle C3 Picasso pour prendre l’autoroute et filer au plus vite vers les chaudes contrées de la région de Carcassonne.

C’était au final sans compter sur les panneaux de l’autoroute qui se sont soudainement mis à indiquer “Padirac” et “Rocamadour”… Ces noms, je les connais bien pour avoir passé un été à sillonner avec mes parents les routes de cette région, d’auberge en auberge, de bonne bouffe en bonne bouffe ! Alors, quitte à passer dans le coin, je me suis dit que c’était plutôt sympathique de quitter le ruban d’asphalte insipide et de s’engager sur les petites départementales sinueuses des alentours. Alors, sachez-le, Padirac l’hiver, c’est le désert… on a la sensation de se retrouver dans une ville et une région complètement vidée de ses habitants ! Le gouffre, fermé ce jour là, a quant à lui bien changé depuis 15 ans ! J’avais le souvenir d’un gouffre inaccessible et dont on ne voyait pas grand chose à moins de payer la visite… On peut maintenant se tenir sur son bord et admirer le paysage en-dessous. Toujours aussi impressionnant soit dit en passant !

Quant à Rocamadour, ce village n’a rien perdu de son charme et son calme en hiver est un régal, tout comme la température de 12-13°C ! Très peu de monde, un chemin de croix désert et une jolie lumière sur les gorges et falaises à laquelle la ville s’accroche. Splendide.

La journée s’est achevée par une traversée de Villefranche de Rouergue, une ville dans laquelle il nous faudra revenir, et par une chevauchée nocturne à travers la Montagne Noire et le Minervois ! Routes sinueuses à souhait, visibilité zéro et virolos qui s’enchaînent : un bonheur en terme de conduite, surtout avec une copilote qui vous annonce les virages et les embranchements à la faveur de l’iPhone et de l’appli Plans ! Bon, je plaisante pour les virages… mais pour les embranchements, ce foutu téléphone a tout de même été foutu de nous dégotter une route minuscule en plein milieu de vignes, route avalée aussi vite que possible, histoire de se croire un instant à la place de Loeb dans les vignes allemandes ! Encore une fois, un grand bonheur niveau conduite et paysages… la raclette qui nous attendait fut plus que salvatrice.

Le lendemain, 31/12… et un leitmotiv : trouver un coin où il fait encore plus chaud et encore plus beau ! Direction le sud du sud et la côte Vermeille. Collioure, Port Bou, Banyuls… autant de jolis noms et de paysages magnifiques.

Et bien que Collioure nous ait semblé très mignon, nous avons préféré poursuivre la route et franchir la frontière pour nous arrêter au terme d’une succession folle de virages à Cadaqués, résidence de Salvador Dali et village le plus à l’est de l’Espagne ! Quelle belle idée ! 17°C, un soleil qui ne se planque que peu derrière les nuages accrochés à la montagne et une douceur de vivre qui n’a pas été sans nous rappeler Porto.

cadaques_6

Véritablement une belle idée que cette dernière balade de 2010 dans ce qui semble être un petit coin de paradis hors-saison… ou comment terminer une remarquable année de façon tout à fait agréable. Et le pire dans tout ça, c’est que la première journée de 2011 fut tout aussi bonne.