Sciences exactes, sciences humaines, ou comment dire « ta gueule » à quelqu’un

Vendredi dernier, on a vu paraître un peu partout dans la presse et sur les blogs des billets sur cette chère Rachida Dati et l'achèvement récent de sa maternité. Alors, rassurez-vous, on ne parlera pas d'elle ici pour la simple et bonne raison que je me fous de Rachida Dati comme de ma première … leçon de morale tiens ! (vous connaissez mon amour pour la morale hein)
 
Donc, on va plutôt parler des débats qui ont fleuri, et notamment dans les commentaires de cette jolie note de Lousia (rendant hommage à la non-moins jolie note de Valérie), à savoir le fameux état de connaissance ultime et absolue quand on devient père ou mère. Je veux dire, tant qu'on n'a pas eu d'enfants, on ne sait pas, on ferme sa gueule, et merci.
 
Alors, ce sublîme débat entre un papa raisonnablement modeste et les autres protagonistes m'a inspiré ce billet : comment peut-on dire "ta gueule" à quelqu'un puisque lorsqu'on résume un peu les commentaires dudit papa, c'est bien ce qu'on lit : "Tu n'as jamais mis la main dans la merde, ferme ta gueule" …
 
Voilà donc mon principe. Il est simple, efficace et plutôt vérifié (mais je suis open aux suggestions).
 
S'agissant des sciences exactes (à savoir la plupart des domaines mathématiques, la physique quand elle est vérifiée, la bio dans les mêmes conditions, la connaissance pure et dure de références littéraires (pas leur interprétation hein), bref … vous voyez où je veux en venir), je pense qu'un érudit en ce domaine peut tout à fait dire à un ignorant (ou assimilé) : "ta gueule".
Alors, s'il est érudit et intelligent (ce qui arrive parfois), il mettra bien sûr un peu de pommade autour de ça et puis lui expliquera un peu les méthodes, la vie, les théorèmes et autres thèses applicatives … autrement dit il l'instruira de ce qui peut être considéré comme une vérité. Exemple con : la gravité … la relativité … bref tous ces trucs bien démontrés et qui sont pour l'instant vérité quasi-absolue. Dans ces domaines, je tolèrerai sans peine qu'on me dise de femer ma gueule de petit con de 25 ans.
 
S'agissant maintenant des sciences humaines et notamment de tout ce qui touche à la psychologie, au développement personnel, au bien-être des enfants ou encore à la manière parfaite de créer, modeler et lancer dans le monde réel ce qui était 5 ans auparavant une usine à merde et à sommeil … j'ai un peu plus de mal. Pour la simple et bonne raison que ce n'est pas une science exacte. C'est une science en perpétuelle évolution, ce qui implique aussi un certain nombre de retours en arrière.
Qui, aujourd'hui, peut prétendre connaître la manière idéale d'élever un enfant ?
J'ai bien en tête ma mère, mais vu le nombre de névroses et blocages que j'ai du affronter pour devenir un soupçon plus équilibré, j'ai envie de dire qu'elle peut garder ses conseils pour elle et mes belles-soeurs viendront surement confirmer.
Un jeune papa peut être ? Non, car comme le dit si bien Lousia, il n'a pas encore connu l'adolescence, il n'en a que sa propre vision d'ex-adolescent, c'est à dire un prisme purement personnel, modelé sur son schéma familial, lui même influencé par les modèles grand-parentaux, et ainsi de suite.
Autrement dit, je ne tolère pas que l'on me dise de fermer ma gueule sur ces sujets, simplement parce que l'expérience ne change rien, elle ne fait que confirmer que nous sommes imparfaits, en pleine évolution et que nous donc absolument incapables de définir avec exactitude un schéma d'éducation PARFAIT pour nos enfants.
 
Et là, d'un coup d'un seul, j'ai simplement envie de dire à ces parents que, s'ils n'y connaissent certes pas rien, ils sont bien loin du savoir absolu. Donc voilà, gardez bien vos leçons car vous me rappelez tous ces parents et grands-parents condescendants, persuadés d'avoir une expérience incommensurable à transmettre …
Laissez donc vos enfants et connaissances construire leur propre schéma de vie, programmer leur propre mode de fonctionnement, et ne les aidez pas à reproduire justement les erreurs de leurs parents … "Vos gueules" …
 
Merci, ce sera tout pour aujourd'hui.
 

22 Commentaires

  • lu les autres notes, mais pas lu tous les coms. ce genre de débat me hérisse le poil, parce que derrière son petit écran, tout ce qu’on a dit a l’air d’être tellement absolu/tranché/irrévocable/sentencieux alors qu’en face à face, les avis seraientt sûrement plus mesuré…

    le « ta gueule » à l’autre, chuis contre, dans l’absolu. parce qu’on a le droit de donner son avis sur tout et rien. que ce soit fondé ou pas, qu’on se fasse rembarrer ou pas.

    mais quand tu dis que « l’expérience ne change rien », chuis pas d’accord. surtout en ce qui concerne les gosses. j’ai sûrement rien à apprendre à qui que ce soit sur le sujet mais je SAIS que rien de ce qu’on m’avait dit/expliqué/démontré n’aurait pu me préparer à ce que c’est. alors ouais, pour moi, l’expérience change TOUT. et on aura beau me dire que chuis formaté par Dolto et les Maternelles, je m’en fous.

    le vrai problème, c’est de se sentir autorisé à dire « ta gueule/t’as rien à dire » à un autre, quelque soit le sujet. ça, ça pue et ça ne devrait pas être.
    mais bon…

  • Surtout qu’on n’a pas beaucoup de recul en la matière, il y a encore un siècle ça faisait près de deux millénaires qu’on faisait complètement différemment (en gros chez le peuple : démerde toi et survis, chez les aisés : nourrice, dont le nom vient bien de nourrir, donner le sein, c’est dire si le lien mère-enfant est évident pour toutes les mères depuis la nuit des temps)

  • Je modère quand même un peu ton jugement sur les sciences humaines.
    Il y a des méthodologies, qu’on connait si on a fait les études adéquates qu’on ne maitrise pas autrement (oui ok je preche pour ma paroisse et je pensais à l’Histoire en fait).

    Pour en revenir au sujet de l’enfant, il suffit de voir les querelles de clocher entre les uns et les autres pour voir que rien n’est gravé dans le marbre. Les Naouri et Antier en sont un bon exemple.

    booh ; bah justement je parlais d’histoire… et non le lien n’est pas evident. ce qui est évident c’est de nourrir un mome ; pas de lui fournir tendresse et affection qui sont des notions récentes quant au comportement à l’enfant.

    Pour tempérer ce qu’on a lu les coms de chez Lou, on touche à un domaine evidemment sensible(les réacs sur dati sont dues à ca et rien d’autre) ca explique les emportements je pense.

  • hum…

    il va falloir que tot ou tard je me fade aussi d’un post…

    Le débat glisse en permanence depuis « la méconnaissance réelle d’un sujet » à « l’éducation parfaite »

    Voir mes comm chez Lou mais je n’ai jamais conseillé ceci ou celà…

    [i]Ce qui m’insupporte c’est la branlette intellectuelle, les prétentions des « sans enfants » autour d’un sujet qu’ils ne peuvent pas maitriser ![/i]

    Et c est à partir de cette dernière phrase que les frustrations ressortent.
    [..] Comment çà je ne peux pas comprendre, je ne suis pas plus idiot que toi, je peux comprendre !!![..]

    Dois-je parler des commentaires de ceux qui n’ont toujours pas pardonné leurs erreurs à leurs parents, qui encore en fin de puberté n’ont tjrs pas tourné la page à s’en mettre dans des rages démesurées ?!
    Non çà je peux comprendre puisque je l’ai moi même évacué avec la naissance de mes propres enfants. Ma propre mère leurs dit merci.

    Alors [b]bien sur que « tu » peux comprendre…la théorie, mais la réalité, non, c’est con mais non.[/b]

    Je ne vais pas faire ici un inventaire de la vie de pere mais même fort de 8 annees de travail « social » avec des enfants de tous ages entre mes 18 et 26ans, JAMAIS je n’aurai pu imaginer le 1/4 d ce que je vis avec mes deux enfants, et ce même avec toutes les connaissances pédagogiques Dolto’iennes (ah-ah) acquises.
    Malheureusement [u]çà n’a absolument rien à voir[/u]…

    C’est un phénomène comparable dans un sens à la puberté.
    Quand on a 15 ans on croit tout savoir sur la vie, quand on devient parent, sa vie s’arrete et on la recommence différemment, on mue de force et on a pas le choix car des vies 100% dependent de nos décisions et de nos erreurs, psychiquement et physiquement.

    L’ego, les centres d’interets, la gestion du temps, les responsabilités, les priorités, le rapport aux autres, la vision du monde, sa vision professionnelle, la vision globale, le regard des autres…
    [u]TOUT est remis en question[/u], tout change, la vie telle qu’elle était avant et ne sera plus jamais la même…

    [i]C’est très abstrait à expliquer et c’est bien là le problèmes des conflits.[/i]

    C’est une histoire de bonheurs et de souffrances, de conflits intellectuels et psychologiques proprements liés à la vie parentale.

    C’est une histoire de difficultés, de nouvelles interrogations perpetuellement renouvellées qui quoi qu’il arrive ne peuvent jamais etre suspendues et qui nous happent vers l’avant, qu’on le veuille ou non car on a aucun choix que celui d’y aller à pas forcé.

    Tant qu’on est sans enfant on bénéficie encore de l’insouciance, d’une relative liberté, on a le choix de faire ce qu’on veut impulsivement, d’être anarchique….

    Avec des enfants c’est impossible, une autre vie s’est imposée sans retour possible, contrainte et sans pitié.

    Ce sont des histoires de grandes joies et de folie douce.
    Ce sont des histoires de découvertes incroyables et d’envies de meurtres.

    Je suis navré, ce sont des choses que des sans-enfants ne peuvent pas connaitre.
    Ce sont des choses que l’on [u]ne peut pas intellectualiser[/u].
    Ce sont des choses que l’on doit vivre pour les comprendre.

    Alors oui un peu d’humilité serait aussi la bienvenue chez les sans-enfants car je crains fort qu’un jour vous aussi vous ne tombiez nez à nez avec les même idées stupides que nous aussi parents nous avions quand nous étions dans votre position.

    Notez quand même un autre grand bonheur lié à la naissance :
    Rapidement on comprend mieux ces propres parents et naturellement on devient « adulte » à leurs yeux. C’est la quète de l’accomplissement personnel qui est proche.

    Mais tous çà vous le saviez, vraiment je suis navré d’avoir trollé ce sujet que Ô combien vous maitrisez déjà.

  • @pinkbOnO

    « Tant qu’on est sans enfant on bénéficie encore de l’insouciance, d’une relative liberté, on a le choix de faire ce qu’on veut impulsivement, d’être anarchique…. »

    Mon dieu que cette phrase est fausse…

    Avoir des enfants n’est pas la seule responsabilité « éclairante » à laquelle on peut être confronté dans la vie.
    Et heureusement.

    Avoir à s’occuper de ses parents en une aussi (pour ne prendre que cet exemple, parce qu’il y en a des milliers).

    Il y a aussi des enfants qui sont confrontés très tôt aux réalités qui sont « adultisé » très tot qui n’ont pas « d’enfance » à proprement parler et qqui à mon avis sont capable d’appréhender le sujet des responsabilités au moins aussi bien que ttoi.

    Personne n’a remis en question le fait que d’etre parent permet de voir les choses différement.
    On dit juste que ça ne donne pas plus de valeur à ton jugement.
    Et surtout que tu appréhendes le nôtre sans même savoir ni surtout te demander (ce qui est pire) ni ce qu’on a vécu ni ce qu’on a traversé ni par quoi on est passé.

    T’es tellement persuadé d’avoir raison que de toute façon tu ne te pose même pas la question…

  • [..] T’es tellement persuadé d’avoir raison que de toute façon tu ne te pose même pas la question… [..]

    J’aime les phrases toutes faites qui entendent donner raison sur le manque d’ouverture de l’autre ! (la classe quand même mais on doit pouvoir s’en passer)

    Bien sur qu’il y a des notions approchantes.
    Bien sur qu’on peut trouver des exceptions comme partout…
    Bien sur qu’il y a des enfants qui meurent avec des AK47 dans les mains…

    [u]Sauf que çà n’est pas le sujet.[/u]

    [..] Et surtout que tu appréhendes le nôtre sans même savoir ni surtout te demander (ce qui est pire) ni ce qu’on a vécu ni ce qu’on a traversé ni par quoi on est passé. [..]

    On a tous des casseroles, çà ne fait ni de toi ni de moi des omniscients on est d’accord…
    Mais çà ne te fera pas non plus savoir ce qu’est une vie de mère quand bien même tu aurais torché les fesses de 10000 gamins avant.

    Je souhaites comprendre, tu fais juste d’exceptions des généralités ou bien tu souhaiites juste qu’on étudie le cas par cas ?!

    Nan pcq justement moi je….

    [..] Personne n’a remis en question le fait que d’etre parent permet de voir les choses différement.[..]

    Bah nan voyons puisque on appele çà l’experience, le vécu…Un concept minable pour le néophythe, j’en conviens.

    [..] On dit juste que ça ne donne pas plus de valeur à ton jugement. [..]

    bah bien sur que non voyons, entre un père experimenté et un théoricien on donne plus de crédit à un théoricien…Mais pas dans mon monde.

    Va falloir arreter de tenter de faire glisser le sujet en permanence non ?

  • Comme l’a dit confucius…

    « l’expérience est une lanterne qui n’éclaire que le chemin parcouru »…

    Et en l’occurrence, le chemin de la parentalité est un chemin qui dépend de l’époque…

    En allant plus loin, je pense qu’une science n’est exacte… que tant qu’on a pas démontré le contraire… C’est le principe de base de la connaissance : rien n’est vrai tant que ce n’est pas prouvé…mais tant que le contraire n’est pas prouvé non plus !

    C’est pas pour rien qu’on cherche une théorie unifiée en physique 😉

  • je rejoins Joëlle. Avoir un enfant n’est pas le saint graal de la responsabilisation. S’entendre limite dire qu’on n’est pas adulte tant qu’on n’a pas d’enfant, ça relève de la bêtise, au vu du nombres de parents irresponsables qui vivent parmi nous.

    Et certains n’auront jamais d’enfants, n’en veulent pas, ou ne peuvent pas en avoir, cela ne signifie pas qu’ils ne seront jamais « éclairés ». Voilà ce qui agace, cette façon de dire « moi j’ai un enfant, alors je SAIS », et gna gna tu verras. Non je ne verrai pas forcément, car rien ne dit que j’en aurais. Point.
    Faut arrêter les gars, vous avez mis votre graine, ça a poussé, ça fait pas de vous le Messie.
    Pardon, je m’égare…
    Que l’expérience vaille plus que la théorie c’est un fait, mais ça n’autorise en rien à donner des leçons, et à se croire meilleur que les autres.

  • [quote]je rejoins Joëlle. Avoir un enfant n’est pas le saint graal de la responsabilisation. S’entendre limite dire qu’on n’est pas adulte tant qu’on n’a pas d’enfant, ça relève de la bêtise, au vu du nombres de parents irresponsables qui vivent parmi nous.[/quote]

    Je suis aussi d’accord avec toi puisque ce n’est pas ce que j’ai dit.

    Joelle a eu le talent de limiter ma phrase à un seul sujet, c’est brillant mais çà n’est pas le reflet de ma pensée.

    Alors oui j’ai enfant et JE SAIS ce que c’est d’en avoir un, deux même.
    Ensuite je ne comprends pas ce que viens faire le reste de ta phrase mais si tu n’en veux pas je ne comprends pas ce que tu viens faire ici.

    Soutien psychologique ou c’est juste pour nous dire que tu es libre de ne pas en avoir sans etre inferieure à quicquonque ?!

    C’est le cas tu peux etre rassurée.

  • pinkbono (ca fait longtemps qu’on s’est pas engueulé non ?) ; j’aurais entendu, à défaut d’être d’accord, ton discours sans le malheureux « vous ressemblez à des ados ».
    Là tu nous compares à des adultes inachevés, ce que sont les ados. Comme si le vrai adulte, le seul, était celui qui a procréé. c’est malheureux.

    de plus tu inclues on ne sait pas pourquoi, le fait qu’on réagit aussi parce qu’on a des conflits à régler avec nos parents, ou qu’on est encore de grands gamins. En gros tu déqualifies notre parole en nous mettant d’emblée dans la position d’ado en colère (donc bien gentils mais pas raisonnables).

    « Ce sont des choses que l’on ne peut pas intellectualiser. »
    si, sinon tu ne prendrais pas la peine d’expliquer. ca serait « comme ca » et basta. Et on sait tous bien qu’une expérience ne vaut, peu importe laquelle, que si on en tire lecon, que si on intellectualise.
    Tous après un premier job, un premier gamin, un premier qq chose, que sais je, on en tire une lecon et on tente de ne pas réitérer.et peut etre qu’on se replante d’ailleurs peu importe. ca c’est intellectualiser.
    tu le dis toi même « on peut plus vivre au jour le jour » ; ca veut donc dire que tu n’es pas ds le sensible mais dans l’intellect, que tu programmes et réfléchis. 🙂

    enfin relis toi. ce n’est pas tant ce que tu dis qui gêne, mais la permanente déqualification des propos des autres. et t’imagines bien que, pour que moi je dise ca,c’est que c’est TRES visible :o)

  • déjà je ne t’ai pas attaqué toi personnellement, j’ai réagi sur le billet de Vinz, alors avant de m’agresser, faudrait voir à se rappeler qu’il y a un post à l’origine.

    Deuxio, je donnais un exemple, pour les gens qui peut être n’en voulaient pas, ou ne pouvaient pas en avoir, et que bien souvent on en parle comme si ne pas en avoir était anormal. Mais je ne parlais pas de mon cas à moi.

    Et je n’avais pas besoin de toi pour savoir que je ne suis pas inférieure, merci, tu ne fais que continuer à être condescendant, t’en rends tu seulement compte ?

  • Salut Valérie,
    C’est vrai çà faisait longtemps…

    L’histoire de l’ado en colère est un message privé, peut être cruel j’en conviens, mais qui est destiné à une personne que j’estime.
    Il n’est donc pas à prendre au sens premier dans le contexte, je pensais qu’il serait assez explicite dans ce sens, apparemment je me suis trompé.

    [quote] »Ce sont des choses que l’on ne peut pas intellectualiser. »
    si, sinon tu ne prendrais pas la peine d’expliquer. ca serait « comme ca » et basta. Et on sait tous bien qu’une expérience ne vaut, peu importe laquelle, que si on en tire lecon, que si on intellectualise.[/quote]

    Oui, et je l’intellectualise car je le l’ai vécu.
    Car tu l’as compris j’aimerai faire comprendre que « on sait tous bien qu’une expérience ne vaut, peu importe laquelle »

    [i]Y’a une histoire de chat qui se mort la queue là non ?![/i] ^_^

    Tu le soulignes je ne m’exprime pas forcément comme il le faudrait, c’est un fait.
    De plus ce genre de sujet laisse la part belle à trops d’opportunités de glissements, trops d’associations faciles, voir laches, pour troller.

    Je ne compte donc pas dépenser bcp d’energie à brasser du vent…Pour du vent.

    Mais çà me fait plaisirs de te croiser.
    🙂

  • @annelise, au temps pour moi, je croyais que tu réagissais à mon commentaire.

    pour ma défense je suis un échaudé tu l’as compris…

    Je te prie d’accepter mes excuses.

  • je les accepte ^^ Par contre, j’ai pas compris ta phrase « on sait tous bien qu’une expérience ne vaut, peu importe laquelle »

    Je crois qu’il ne faut pas oublier que chaque expérience est différente, que chacun a un vécu et une façon d’appréhender les choses très personnelle, et que donc, on en revient à ce que dit Vinz, sur de tels sujets, on ne peut se prévaloir de « science exacte ». Que tu aies une expérience de parent, ça personne ne le nie. Ce qui finalement a dérangé, c’est comme l’a dit valérie, la façon dont tu as systématiquement déqualifié les propos des autres. Rien de plus, rien de moins.

  • pinkbOnO: si je n’ai limité ton commentaire à une seule phrase c’est simplement parce qu’elle m’a choquée et parce qu’elle reflète un point d’opinion que tu as déjà exrpimé sur d’autres blog.
    L’expérience n’est pas la science, le fait d’être néophite n’empeche pas non plus ni d’avoir une opinion ni que cette opinion aie une valeur.

    c’est [b]ça [/b] que tu refuses de comprendre.

    Je n’ai jamais dit que l’expérience et le vécu ne sont pas des choses sans valeur pour le néophite.
    Moi je viens d’une culture où justement on y accorde énormément de valeur, et peut être même plus que dans toute autre.

    Mais dans ma culture on apprend aussi que c’est le néophite qui doit s’enrichir de l’expérience du sage, et pas le sage qui doit se gausser comme tu le fais.

    Comme l’a dit quelqu’un plus haut elle n’éclaire que ta propre route et ne permet pas de tirer de généralités.

    J’essaie juste de t’expliquer que ton point de vue a au moins autant de valeur que le mien, celui d’annelise et celui de vincent, ou d’ailleurs celui de n’importe qui.

    Je ne parle pas de qui a « raison » ou « tort » sur le fond.

    Mais du simple fait que nos réponses méritent autant de respect et d’attention que les tiennes ne serait-ce que dans la considération et le respect.

    Point.

    Après sur le sujet de l’éducation j’accorde naturellement une oreille doublement attentive aux gens ayant eu des enfants, d’abord parce que contrairement à ce que sous entend la façon dont tu t’adresses à moi, je ne suis pas stupide, ensuite parce que justement je suis sensible au fait qu’ils ont de l’expérience.
    Mais ça ne signifie pas pour autant qu’ils ont raison ou que leur point de vue est forcément plus intéressant que ceux des gens n’en n’ayant pas eu.

    D’ailleurs pour la ptite histoire (et pour faire un peu une exception et que tu puisses m’accuser à nouveau de faire de cas particuliers des généralités) ma mère te dira que les meilleurs conseils ne viennent pas forcément des gens ayant eu des enfants justement…

    J’ai réagi à ton commentaire surtout pour une question de ton et de respect.
    T’es dédaigneux.
    En tout cas moi c’est comme cela que j’ai perçu ton message.

    Ce qui me choque dans tes prises de positions n’est pas ce que tu penses de la parentalité mais ta façon de cataloguer les autres pour les amoindrir parfois gratuitement.

    Voilà mon opinion d’ado attardée :whistle:

  • Que de gargarismes et de poncifs…
    25 ans… Post ados plutôt.
    Que de certitudes…
    Il suffit de voir comment évoluent les relations enfants-parents, ou enfants adultes…
    L’expérience ?
    Ben apparemment les animaux sont sensiblement plus humbles dans l’éducation de leurs petits ! Et ça marche, sans Françoise DOLTO !

  • Alors je suis un peu partagé sur cette histoire…
    Je suis Papa de deux petites filles et je dois dire que la théorie a rejoint la pratique…
    Ce qui est le plus dur dans l’éducation d’un enfant et c’est en cela que les personnes qui n’ont pas à charge d’éducation permanente peuvent avoir du mal à comprendre: c’est le lien que tu développe et qui devient le plus dur à gérer…
    [b]Torcher le cul:[/b] tu apprends :X
    [b]Amener chez le médecin[/b] aussi (suffit d’avoir un animal con comme mon chat et tu y es toutes les semaines pour comprendre)
    [b]Dire non:[/b] c’est toi que cela regarde mais après faut pas venir se plaindre.
    [b]La punition ou la fessée:[/b] cela dépend du caractère de l’enfant et des principes d’éducation que tu as choisi avec le père ou la mère (raye la mention inutile)

    Par contre, pour le non dit, le ressenti, l’angoisse qui peuvent te prendre sur plein de sujet ça va mieux avec l’expérience et ton vécu…Pourquoi je peux le dire? Avec ma femme, nous avons la différence dans notre façon de faire entre la première et la seconde. Ces façons ont grandement influencé le caractère de nos filles qui sont comme le jour et la nuit.
    Je ne dirai pas « vous n’y connaissez rien » mais vous ferez vos propres expériences et vous en tirerez vos propres conclusions… B)

    Pour finir Vinz, peut-être ai-je mal compris mais pour cette phrase où j’exclus les « connaissances »
    [i]Laissez donc vos enfants et connaissances construire leur propre schéma de vie, programmer leur propre mode de fonctionnement, et ne les aidez pas à reproduire justement les erreurs de leurs parents[/i]

    Tu ne peux malheureusement pas faire comme cela car si tu ne programme pas le comportement de base d’un enfant ( manger proprement, la politesse de base…) toute la société en pâtira…

    Voilà…Bonne journée à tous 😉

  • @Joelle, je ne te prends pas pour une idiote et l’histoire de l’ado ne t’est pas destinée (non plus).

    @annelise, je suis dédaigneux, oui, mais je réponds aussi sur le même ton à une cabale de déni qui traverse les blogs et qui moi aussi m’a fait hurlé depuis 24h.

    Alors oui, bien sur tous les avis sont bons à écouter, à prendre, c’est une évidence et je ne suis pas non plus borné contrairement au tableau que tu dépeints…

    Mais en revvanche quand je lis certains commentaires (ailleurs) qui méprisent la vie et l’avis des parents sous pretexte de frustrations du passé ou justifiant leur verve par l’archaisme de Dolto qui se demande encore ce qu’elle fait là, le tout je me repete, sans aucune experience pratique comparable, alors j’avoue avoir des difficultés à garder l’esprit ouvert !

    A ce propos Joelle, je t’encourage à relire les posts des divers blogs et tu noteras que tes « sages » en ont méchamment pris plein la gueule, méprisés, considérés comme jetables, a forte raison donc aussi source de mon ire ce qui dans ton raisonnable raisonnement aurait du te faire aussi hurler…
    Mais malheureusement je n’y ai rien lu de ta part à ce propos.

  • Allez, moi aussi je vais y mettre ma couche d’ado attardée.
    Parce que pour une fois, je suis d’accord avec Vinz, et ça mérite d’être dit (et que je me sois promenée ici aussi d’ailleurs).

    Et là, moi, je pointe et j’assume: pinkbOnO, quand je te lis, je n’y vois que l’ego démesurément grand (un peu), de la condescendance (beaucoup), de l’expérience (pas tant que ça), de la psychologie/sociologie ce que tu veux (de comptoir) et des insultes (gratuites).
    Bref, tout ce qui m’énerve.
    Rien qui ne fasse réellement avancer le débat (si tant est qu’il y en ai un).
    Et surtout, bizarrement, tout ce qui illustre ce que dit Vinz.
    (non mais franchement, jamais j’aurai cru écrire ça un jour, Vinz fait le encadrer!!)

    A savoir: t’es sans enfant, tu peux pas comprendre ton ta gueule.

    Sauf que faudrait penser à descendre de son piédestal.
    Tout le monde, contrairement à toi, ne pense pas qu’il faut « comprendre » de façon empirique et d’avoir vécu quelque chose pour pouvoir s’exprimer.

    Le problème n’est pas la question de savoir si sans enfant, on peut deviner et imaginer ce qu’est la vie avec un enfant.
    Puisque tout le monde sera d’accord sur le fait que non, ce n’est pas possible, pas entièrement.
    (puisqu’il faut énoncer les évidences)

    Le problème est: a-t-on réellement besoin de cette compréhension et de cette expérience pour avoir le droit de s’exprimer.
    Et surtout, a-t-on le droit, au nom de cette sacro-sainte compréhension, de dire à quelqu’un de la fermer.

    Et là, la réponse est bien sûr non.

    Après, libre à toi de refuser de prendre en compte les réflexions d’ados attardés sans enfants qui ont l’outrecuidance de parler de ce qu’ils ne connaissent pas.
    Mais parfois, pour tout, un oeil extérieur et neutre (et même parfois joliment fantasmé) peut permettre de prendre du recul, ou de mettre en lumière certaines choses que l’on n’aurait pas vues, pas pensées dans le feu de « l’expérience ».
    Je me dis donc que tu te coupes par principe, à peut être pas mal de pistes de réflexions…

    Sans compter que les deux articles donnés en référence ne donnaient pas de faux conseils à Rachida Dati sur comment élever son enfant.
    Non, ils disaient justement que c’est vain et puéril de vouloir juger et donner des conseils.
    Que l’on ai l’expérience ou pas d’ailleurs.

    Assez ironique, quand on y pense, que le débat se soit déplacé sur un très idiot « tu sais pas alors ta gueule »…

  • Bon. Primo : euh merci d’avoir tous commenté dans le calme, en argumentant, en échangeant des points du vue sans se mettre sur la gueule, ça fait plaisir 🙂

    Secundo …

    LudoFJ > Hum, je ne mâche jamais mes mots en fait, et encore moins quand je suis face aux gens (demande à mes vrais amis si jamais tu les croises).
    On est bien d’accord sur le « ta gueule », d’où la pommade dont je parlais dans le billet 😉
    Après, oui, je vois que tu lu mon billet en entier et que, certes, les parents n’ont pas le savoir absolu, mais leur expérience ne les autorise pas à donner des leçons aux autres !
    Bref : il semble qu’on soit d’accord sur la base !

    Bôôh > Oui, j’ai évité de développer cet aspect là tellement il me paraissait évident. On a environ zéro recul …

    sharky > bla bla bla 😛

    valerie > J’ai peut être généralisé un peu en effet, au niveau des sciences humaines ! Merci en tout cas de ton apport sur le côté historique de ces « nouvelles » tendances qui s’intéressent au bonheur de l’enfant (cf. Bôôh)

    pinkbOnO > J’attends ton billet avec impatience parce que je pense qu’au fond, on a pas mal de points d’accord, on diverge simplement sur la forme.
    [MyLife]Pour ce qui concerne les frustrations diverses concernant les relations parent-enfant, je pense que de mon côté, c’est torché … C’est l’avantage des décès hein, ça permet de faire le point, d’une manière absolument inévitable et définitive.
    D’ailleurs, je pense que c’est aussi cette expérience, et d’autres encore, qui me font être aussi tranché que toi ! Je n’ai pas attendu d’enterrer mon père et de gérer ses papiers pour arrêter d’être anarchique et bordélique. Je suppose qu’il en est de même pour les autres. Bref, pitié, arrêtons de penser/croire qu’être parent responsabilise tout être humain. C’est peut être ton cas, et dans ce cas je trouve cela triste (ce n’est pas un jugement, juste un sentiment) d’attendre d’avoir un enfant pour devenir adulte, y compris aux yeux de ses parents.
    Je prétends déjà l’être, adulte, sans enfant, y compris pour ma mère. Bref, débat sans fin, déformé par nos prismes.[/MyLife]

    Joëlle > Je garde la fin de ton commentaire : être parent de rend pas plus valable ton jugement … c’était l’essence de mon billet et tu es l’une des rares à l’avoir perçue. Je suppose que j’écris de manière illisible 😉

    pinkbOnO > Nul besoin de faire une étude au cas par cas je crois … Souvent, tu sembles considérer que les « sans-enfants » ne sont pas dignes d’écoute. Par moments, tu tombes parfaitement dans ce que j’évoquais dans ce billet, tu es celui qui dis « ta gueule » aux autres et cela me dérange. Vraiment.

    FX > Joliment dit (et plutôt adapté). Tu y travailles ? 😛

    valerie > Merci …

    pinkbOnO > En effet pour le sujet, mais en même temps, on n’est pas sur un forum, c’est assez ardu de cerner par l’écriture un sujet aussi vague ! Je ne prétends pas avoir réussi à le faire pour le coup 🙁

    Joëlle, Annelise et pinkbOnO > J’aime bien quand vous tombez d’accord sur la forme … Reste à accorder un peu plus le fond, je suis sûr que vous pouvez y arriver !

    JiPeca > Ma foi oui, ici c’est un blog, donc ça se gargarise, y compris dans les commentaires ! Pour le post-ado, par contre, l’aigreur que je devine dans ce commentaire est priée de déserter cet espace car elle juge sans connaître … une aigreur de presque-troll, en somme.
    Toutefois, je te rejoins tout à fait sur l’humilité des animaux et leur ‘expérience’, tout n’est pas perdu !

    Calou > Merci pour ta modération, pour ton recul … Je te sais très proche de ta petite famille et j’apprécie vraiment ton point de vue ici : tu sais avoir de l’expérience, mais tu ne tentes pas de l’imposer, tu nous laisses vivre la nôtre, tranquillement.
    Pour ce qui concerne le schéma de fonctionnement d’un individu, il se construit bien sûr sur des bases sociétales, je ne remets pas cela en question ! Ce que je n’aime pas, c’est la transmission des valeurs/blocages/schémas/pensées de génération en génération, sans remise en question. Pour être un individu unique, il est extrêmement important de se construire son propre schéma, sans pour autant renier les bases inculquées par nos parents.

    pinkbOnO > C’est vrai qu’il y a eu pas mal de billets sur ce thème ces derniers jours … et pas mal de sons de cloches. Il ne s’agit pas ici de dénigrer la vie des parents en tout cas, mais de ne pas considérer leur avis comme parole d’évangile ! C’est ça qui me gêne chez certains parents, tu vois : qu’ils se considèrent comme source de savoir absolu. Relis mon billet, tu verras que je ne souhaitais pas dépasser ce cadre.

    Lilo > Bon, tu cognes un peu sur pinkbOnO, je ne te félicite pas, c’est vilain. Par contre, tu as lu exactement ce que je voulais dire … comme quoi ça existe, les gens qui lisent de haut en bas, sans glisser sur un sujet ou un autre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *