Monsters Vs Aliens

 Le cinéma ne nous attire pas des masses en ce moment … j'ai l'impression qu'il y a une sorte de période creuse juste en ce moment, avant la sortie des blockbusters estivaux. Bon, il y a quand même quelques super films à voir : OSS, Ponyo, Frost-Nixon, etc. et le beau temps fait aussi partie des coupables désignés à ce désinteressement de ma part.
 
Bon, je suis quand même allé voir Monsters Vs Aliens, le dernier né de Dreamworks. Une histoire de monstres et d'extraterrestres, pour ceux qui ne pigent pas l'anglais. Imaginons donc un monde dans lequel les monstres existent bel et bien et sont enfermés dans une zone top secrète (genre Area 51quoi), protégés du monde extérieur. 
Manque de bol pour ce monde, un astéroïde contenant une substance nommée quantonium atterit en plein sur une jeune épousée qui se transforme alors en monstre. Enfin, ça va, disons qu'elle mesure simplement une bonne vingtaine de mètres désormais … mais là voilà considérée comme monstrueuse et enfermée avec 4 autres drôles de bestioles : l'Insectovore (une larve de 100 mètres de haut et conne comme ses pieds), le BOB (une sorte de flan sans cerveau à l'humour désopilant), le Chaînon Manquant (aka Link … une sorte d'hybride marin/humain) et enfin un Cafard génial (anciennement un savant un peu fou qui a voulu tester deux ou trois choses sur lui-même).
 
Bref, avec ces 5 drôles de trucs (+ 1 général), il va être question de sauver le monde des enfoirés d'extraterrestres venus récupérer ce fameux quantonium. Et Dreamworks déballe une nouvelle fois son arsenal : graphismes léchés tout en gardant un vrai côté enfantin, blagues grasses, brochette de personnages complémentaires, etc. En somme : la palette d'ingrédients qui a déjà fait son succès auparavant, le tout matiné de bons sentiments et de belles leçons morales.
Voilà voilà … c'est donc un dessin animé de base, comme Dreamworks sait les faire : basique, fonctionnel, marrant, avec de très très bons moments, mais finalement pas transcendant. On ne voit pas le temps passer, mais on est bien loin de l'extase d'un Pixar. A voir si on a l'Illimité ou avec un bon tarif réduit !
 

3 Commentaires

  • Ping : Viinz
  • Je l’ai regardé pendant un trou au boulot..

    C’est mignon, a voir une fois mais quant même très basé enfantin.

    Je ne m’attendais au contraire et ne regrette pas de l’avoir vu

  • Dans ta liste, tu as oublié dans la brume électrique de B. Tavernier, tiré de in the electric mist with confederate dead(juste parce que le titre du bouquin de J.L. Burke vaut son pesant de popcorn), qui sans être extraordinaire est franchement pas mal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.